ETATS-UNIS

Condamnés à s’excuser sur YouTube

Deux ados américains qui s'étaient filmés en train d'agresser un serveur viennent d'être condamnés à poster des excuses sur YouTube.

Publicité

Deux ados américains qui s'étaient filmés en train d'agresser un serveur viennent d'être condamnés à poster des excuses sur YouTube.

Les petits malins, de 15 et 16 ans, avaient balancé leur boisson au visage d'un serveur de drive in. Contents d'eux, ils avaient ensuite posté la vidéo de leur exploit sur YouTube. Interpellés peu après, ils ont été condamnés à 100 heures de travaux d'intérêt généraux et 30 dollars d'amende (20 euros). Mais le juge a décidé d'innover en assortissant son verdict d'une obligation de poster des excuses sur YouTube et de filmer une reconstitution de l'incident. Une démarche peut être contre-productive puisque ces cyber-excuses ont déjà été visionnées par 24 000 internautes. De quoi donner des idées à tous les adolescents de la planète.

Les agressions au drive in, une mode aux Etats-Unis

Agresser les serveurs de drive in était devenu cet été une sorte de mode chez les adolescents américains. YouTube fourmille de vidéos où l'on voit des employés de Taco Bell et de McDonalds recevoir des sodas et des milkshakes au visage. En général, le jeune crie "feu dans le trou" ["fire in the hole" - une expression employée dans les mines] en lançant son projectile.

 

Vidéo prise par une camera de surveillance et diffusée par la police. Source : ThePittsburghChannel.com. 6 août 2007.

 

Parfois l'employé riposte...

Posté le 10 juin 2008.

"Le juge a utilisé les nouvelles technologies de manière imaginative"

Dominic Bascombe est le responsable du bulletin d'information childRIGHT édité par le centre d'assistance juridique aux enfants (The Children's Legal Centre) au Royaume-Uni.

Le juge a utilisé les nouvelles technologies de manière imaginative. Bien sûr, certains enfants pourraient avoir envie d'imiter ces deux ados américains pour avoir leur vidéo d'excuses sur YouTube. Mais ça peut aussi en faire réfléchir d'autres. Et puis quelles sont les alternatives ? Les enfermer ou leur coller des amendes ? Il faut faire circuler cette vidéo.

Ici, au Royaume-Uni, on essaie de faire se rencontrer l'agressé et l'agresseur. L'agresseur doit faire ses excuses à l'agressé et faire quelque chose pour lui. Nous cherchons à humaniser les deux parties, pour faire comprendre que ce sont de ‘vraies personnes'. C'est ce qu'on appelle de la justice restauratrice, qui est de plus en plus utilisée.

Les juges américains ont plus de marge de manœuvre que chez nous. Ils peuvent donc tenter de nouvelles méthodes pour traiter ces cas de violence juvénile."

Les excuses : "On pensait que c’était drôle"

Posté le 3 mai 2008.