Le mur à la frontière entre le Mexique et la Californie, près de San Diego.

Le gouvernement américain a construit en deux ans un mur de 615 kilomètres entre les Etats-Unis et le Mexique. Alors que le ministère de la Sécurité intérieure américain (Department of Homeland Security) est sur le point de l'allonger encore, notamment en Californie et au Texas, des locaux s'interrogent sur les motivations du gouvernement et s'inquiètent des conséquences économiques et écologiques de ce projet pharaonique. S'agit-il d'un moyen de "mieux assurer la sécurité aux frontières" ou s'agit-il en réalité de "verser l'argent des contribuables dans les poches d'entreprises privées".

"Il aurait fallu construire des ponts [plutôt qu’un mur]"

Robert Garza Crosby est un Mexicain vivant à la frontière avec le Texas

Je pense que cette barrière est une aberration. Il y a un lien très spécial qui unit les Mexicains et les Américains vivant des deux côtés de la frontière. Nous vivons en voisins, mais des gens à Washington ont décidé de bâtir ce mur entre nous, alors qu'il aurait fallu construire des ponts, créer des emplois au Mexique, y financer la création d'entreprises et subventionner les fermiers. C'est la seule façon de dissuader les Mexicains de franchir la frontière. D'ailleurs, bloquer complètement l'immigration ne serait pas bon pour les Etats-Unis, car les étrangers acceptent des boulots dont ne veulent pas les Américains.

Cette barrière est également sensée aider à lutter contre le trafic de drogue. Pourtant, au Mexique, la police saisit des tonnes de cocaïne, de marijuana et de cachets, alors que rien n'est fait aux Etats-Unis. Le gouvernement américain ferme les yeux sur ce commerce et n'arrête pas les gros trafiquants.

Enfin, ce genre de mur est mauvais pour l'environnement. Il empêche les animaux de migrer et isole les espèces de part et d'autre du fleuve. Les Mexicains sont dans l'ensemble opposés à ce mur, mais le gouvernement américain s'en fiche."

"L’immigration illégale est une menace pour l’environnement"

Jim Wilkinson est le fondateur du site Texasborderfence.com, favorable au mur. Il vit à Mercedes, à la frontière entre le Texas et le Mexique.

Je soutiens la construction de ce mur à 100%. C'est essentiel pour empêcher l'afflux d'étrangers sur notre sol. Je pense que la plupart des Américains pensent comme moi. Bien sûr, il y aussi beaucoup de gens qui ont de la famille de l'autre côté du mur et qui y sont donc opposés.

L'immigration illégale est une menace pour l'environnement. Les clandestins laissent leurs vêtements sur le chemin et détruisent les barrières des propriétaires terriens. Les locaux ont peur car des immigrés peuvent traverser leur terrain à tout moment. Les fermiers demandent au gouvernement de rembourser leurs barrières détruites. Pour ma part, je ne suis pas un socialiste, je pense donc que l'Etat n'a pas à donner d'argent aux fermiers. Il doit juste prendre des mesures pour bloquer l'immigration illégale."

"Nous avons constaté une baisse de 78% des interpellations de clandestins"

Michael V. Bernacke est un agent de la police des frontières dans le secteur de Yuma, en Arizona

La barrière est utilisée pour sécuriser la frontières et elle a déjà prouvé son efficacité. Elle dissuade les gens de tenter d'entrer illégalement dans le pays. Nous avons déjà des barrières contre les piétons ou les voitures, le gouvernement souhaite simplement en ajouter là où c'est nécessaire. En un an, dans mon secteur, nous avons constaté une baisse de 78% des interpellations de clandestins. Et cela grâce à la barrière, au nombre de bottes dans le secteur et aux nouvelles technologies que nous utilisons (caméras, radars, etc.)."

"Un moyen (…) de verser l’argent des contribuables dans les poches d’entreprises privées"

Jay Johnson est un entrepreneur de Del Rio, au Texas. Il a fondé une association, Border Ambassadors, qui milite contre le mur.

Le mur a servi de diversion lors des élections parlementaires de 2006. Avec l'Irak, Katrina et les scandales d'ordre sexuel qui ont touché Washington, les Républicains avaient besoin de détourner l'attention des gens. La plupart des Démocrates ont également voté en faveur de cette loi [qui prévoyait la création du mur] parce qu'ils ont peur de s'opposer sur ce sujet sensible. Les blancs suprématistes sont une minorité puissante dans notre pays. Ils disposent d'une véritable machine de propagande.

Construire ce mur était également un moyen d'augmenter les dépenses militaires et de verser l'argent des contribuables dans les poches d'entreprises privées. L'Etat va doubler sa présence militaire à la frontière, en passant notamment par des sociétés comme Blackwater.

Cette politique va avoir des conséquences économiques désastreuses car le Mexique est l'un des principaux partenaires commerciaux du Texas. Ce qui explique d'ailleurs pourquoi autant de maires locaux sont contre ce projet."

Le mur à la frontière avec l'Arizona.

Affiche à Ancuña, au Mexique : "Ceux qui construisent des murs n'excluent pas les autres mais s'enferment eux-mêmes".

Photos : Jay J Johnson-Castro