ROYAUME-UNI

Ne téléchargez pas ce manuel

Hicham Yezza, l'assistant algérien d'un professeur d'université, est en passe d'être expulsé de Grande-Bretagne pour avoir imprimé un manuel d'Al-Qaïda pour des étudiants. L'un de ses proches nous explique que cette arrestation n'aurait jamais eu lieu "si Hicham avait été blanc".

Publicité

Le livre peut être commandé sur Amazon

Hicham Yezza, l'assistant algérien d'un professeur d'université, est en passe d'être expulsé de Grande-Bretagne pour avoir imprimé un manuel d'Al-Qaïda pour des étudiants. L'un de ses proches nous explique que cette arrestation n'aurait jamais eu lieu "si Hicham avait été blanc".

C'est un étudiant de l'université de Nottingham, Rizwaan Sabir (22 ans), spécialiste de l'islamisme, qui avait demandé à Hicham Yezza (30 ans) d'imprimer ce document. Les deux jeunes hommes ont été arrêtés le 14 mai, en vertu de la loi sur le terrorisme passée en 2000, après avoir été dénoncé par un employé de l'université. Ils ont été relâchés six jours après leur interpellation, mais Hicham Yezza a été de nouveau arrêté peu après au motif qu'il ne remplirait pas les conditions requises pour obtenir un titre de séjour sur le sol britannique. Malgré un tollé dans la presse et l'intervention de plusieurs hommes politiques, il devrait être expulsé ce dimanche.

La campagne "Free Hich"

Posté sur le site web de la campagne "Free Hich". Il existe aussi un groupe sur Facebook qui compte déjà 1800 membres.

Le manuel d’Al-Qaïda

Le document ayant causé l'arrestation des deux étudiants est disponible sur Internet. Il avait été découvert par la police britannique lors d'une descente dans un appartement de Manchester, puis publié sur le site du gouvernement américain. Il peut même être commandé sur Amazon pour 16,95 livres (21 euros). Ce texte de 1 500 pages, intitulé le "manuel d'Al-Qaïda", explique comment devenir un martyr du Jihad. Il indique par exemple qu'il faut être discipliné, sain et toujours maître de soi. Toujours selon ce manuel, il faut "faire des femmes [des 'dominants'] des veuves et de leurs enfants des orphelins". Le document complet est accessible en anglais ici.

"Leur première réaction (…) a été de dire 'tu n’as rien a faire chez nous'"

Hich Yezza, actuellement détenu au centre de rétention de Colnbrook, dans l'attente de son expulsion, nous a fait parvenir ce commentaire.

"J'ai essayé de leur expliquer que c'était une énorme incompréhension et une perte de temps. J'ai été bien traité par les policiers, surtout quand ils m'ont mieux connu, mais leur première réaction, lors de mon arrestation, a été de dire 'tu n'as rien a faire chez nous'. Tout ce temps passé en détention est extrêmement difficile à supporter mentalement. Je lis et j'écris pour passer le temps.

 

J'adore la Grande-Bretagne. Je fais tout ce que je peux pour combattre l'extrémisme ici. Je comprends que la police fait un travail difficile et je ne suis pas un adepte des théories du complot. Mais j'ai vraiment le sentiment que mon activisme politique [dans le domaine des droits de l'Homme] ces dernières années n'est pas étranger à ce qui s'est passé. J'espère que cela n'indique pas que désormais en Grande-Bretagne l'activisme politique est considéré comme subversif. Ce serait vraiment un retour en arrière pour les Britanniques, qui se sont tant battus pour la liberté d'expression."

"Ce document est (…) sur les listes de lecture (…) de l’université"

Gearóid Ó Cuinn, doctorant à l'université de Nottingham, est un ami proche de Hich Yezza.

"Hich est un type extra, je ne comprends pas ce qui lui arrive. Tout cela aurait pu être réglé par un seul coup de fil de la police au responsable des études. Ils auraient compris que ce document est en accès libre sur le Net et qu'il est même sur les listes de lecture du département d'études politiques de l'université. Comme on dit, il n'y a pas de fumée sans feu. Et dans ce cas là, le feu, c'est le fait que Hich est musulman. S'il avait été blanc, il n'aurait pas eu de problème."