ISRAEL - TERRITOIRES PALESTINIENS

Actualisation : Une marche pro-palestinienne sombre dans la violence

Hier, Amal Ziada, était en route pour une manifestation pro-palestinienne pacifiste dans le nord d'Israël. L'événement a sombré dans la violence. Notre observateur nous a fait parvenir une vidéo et des photos.

Publicité

Hier, une de nos observatrices, Amal Ziada, nous a dit qu'elle était sur le point de rejoindre une manifestation pro-palestinienne pacifiste organisée par des arabes israéliens dans le nord d'Israël. L'événement s'est déroulé comme prévu avec ses discours et ses symboliques lâchés de ballons noirs. Mais en partant, Amal affirme que le groupe s'est retrouvé confronté à un groupe d'Israéliens de droite arborant des banderoles. La tension est montée d'un cran et la police israélienne est intervenue avec du gaz lacrymogène et des bombes sonores (un type de bombes non mortelles destiné à produire une explosion bruyante pour disperser les foules), selon les manifestants. Notre observateur nous a fait parvenir une vidéo et des photos.

Avant le chaos: la foule écoute des discours dont celui de Makbula Nassar.

 

Des ballons noirs lâchés dans les airs pour commémorer al-nakba (Ce qui signifie catastrophe en arabe).

 

Des manifestants de droite venus protester contre le ralliement. On peut lire sur leurs pancartes : "Vous devez savoir d'où vous venez et où vous allez" et "Ce n'est pas une légende mais un droit de vivre et de respirer" (une référence à la célèbre phrase de Theodore Herzl : "si vous le voulez vraiment, ça ne restera pas une légende" à propos d'Israël).

 

La police arrive à dos de cheval.

 

L'enveloppe d'une bombe sonore.

 

Un homme blessé hier qui fut plus tard emmené à l'hôpital.

 

Photos de Makbula

Vidéo filmée par Muhammad Craim. Postée le 9 mai 2008

"Nous mourrons peut-être mais la Palestine vivra !"

Makbula Nassar était à Saffuriyya pour faire un discours hier. Dans ce village, des cérémonies se déroulent pour commémorer le "al-nakba", (la catastrophe). Le gouvernement israélien a donné son autorisation.

Après le ralliement, nous étions environ 1000 personnes encore sur place. Nous avons commencé à nous diriger vers le bois. Là, nous avons croisé le chemin d'Israéliens de droite qui se sont mis à crier des insultes anti-arabes à notre encontre. Ils étaient protégés par la police israélienne. "Nous mourrons peut-être mais la Palestine vivra !", avons-nous répondu. La police s'est alors mise à nous tirer dessus et a même utilisé des bombes sonores. C'était le chaos, des gens ont été blessés alors que nous n'étions même pas armés !"

"Je pense qu’ils nous veulent vraiment du mal"

Lorsque nous avons parlé à Amal hier, elle allait au rassemblement :

La police israélienne nous tirait dessus et les gens couraient dans tous les sens. Pourquoi nous traitent-ils comme ça ? Nous ne sommes jamais entrés en conflit militaire avec l'Etat. J'ai l'impression qu'ils nous veulent vraiment du mal, quoi que l'on fasse. C'était une manifestation pacifiste ! La même chose s'est passée en Octobre 2000 [des affrontements ont éclaté entre la police israélienne et des manifestants pro-palestiniens]. Le gouvernement israélien devrait avoir honte."