ISREAL - TERRITOIRES PALESTINIENS

Israël fête ses 60 ans, joyeux anniversaire ?

L'Etat d'Israël a été créé il y a 60 ans. Alors que les Israéliens fêtent leur anniversaire, les Palestiniens pleurent la perte de leur territoire et s'apprêtent à commémorer "al nakba" (la catastrophe). Nos observateurs israéliens et palestiniens nous apportent leurs témoignages.

Publicité

Photo : David A McKee

L'Etat d'Israël a été créé il y a 60 ans. Alors que les Israéliens fêtent leur anniversaire, les Palestiniens pleurent la perte de leur territoire et s'apprêtent à commémorer "al nakba" (la catastrophe). Nos observateurs israéliens et palestiniens nous apportent leurs témoignages.

"Hier soir, les gens ont fait la fête jusqu’à quatre heures du matin"

Lisa Goldman est une journaliste et écrivain israélienne qui vit à Tel Aviv.

C'est très animé à Tel Aviv. Hier soir, les gens ont fait la fête jusqu'à quatre heures du matin. Ma voisine a organisé une soirée transe. Ma fenêtre a vibrée toute la nuit, j'ai fini par craquer et j'ai appelé la police. Ils m'ont dit qu'ils ne pouvaient rien faire car c'était une occasion spéciale. Heureusement qu'aujourd'hui c'est férié !

D'un coté les Israéliens sont très fiers de leur pays, ils ont le sentiment d'avoir bâti un réel vivier culturel à partir de rien, mais en même temps ils sont conscients des problèmes. J'aime ma vie ici et je souhaite vraiment que la situation avec la Palestine s'améliore".

"Il y a beaucoup plus de réactions aujourd’hui [aux fêtes d’anniversaire de la création d’Israël] qu’il y a 10 ans"

Ghassan Abdalah est un Palestinien de 65 ans vivant à Ramallah en Cisjordanie. Il avait 6 ans en 1948 quand les juifs se sont installés sur ses terres.

Je me rappelle très bien de la conquête sioniste de notre pays et je ne l'accepte toujours pas. Il y a beaucoup plus de réactions aujourd'hui [aux fêtes d'anniversaire de la création d'Israël] qu'il y a 10 ans. En 1998, on était plus optimiste parce que des pourparlers étaient en cour et la situation économique n'était pas trop mauvaise. Aujourd'hui, on voit que rien n'avance.

Une nouvelle génération de Palestiniens n'accepte pas que les Israéliens puissent fêter cet anniversaire qui pour nous est une catastrophe. Plusieurs marches en direction d'Israël, symboliques du retour sur nos terres, sont organisées à partir de plusieurs villes palestiniennes".

"Il y a des bus remplis qui vont y aller [aux manifestations anti-Israël]"

Quand Israël est devenu un Etat en 1948, certains Palestiniens ont décidé de rester chez eux, dans ce qui est devenu le territoire israélien et sont devenus des citoyens israéliens. Aujourd'hui, 20% des Israéliens sont palestiniens. Amal Ziada est l'un d'entre eux. Elle se dit d'identité palestinienne mais de nationalité israélienne. Elle commémore le soixantième anniversaire en voyageant, avec des amis, au village de Sufari, ou des événements sont prévus toute la semaine.

Je vais au village de Sufari avec mes amis. Le 15 mai, on commémore al-nakba. Mais aujourd'hui, pour le soixantième anniversaire d'Israël, plusieurs événements se déroulent à Saffuriyya pour promouvoir l'identité palestinienne. Beaucoup d'écrivains internationaux sont arrivés à Ramallah et vont faire des discours aujourd'hui. Il y a de la musique, des manifestations et des ballons peints en noir vont être lâchés dans le ciel de Jérusalem. Il y a des bus remplis qui vont y aller depuis Haifa. Heureusement j'ai trouvé une voiture à la dernière minute !"

"A chaque Nakba, ça empire"

Mohamed vie à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Ses grands-parents ont quitté Yebna, une ville du nord de Gaza, lorsqu'Israël a été créée en 1948.

Les gens sont tristes ici aujourd'hui. Ils se réunissent pour se remémorer et portent des clés, le symbole des maisons qu'ils ont perdu. A chaque Nakba, ça empire et cela fait maintenant 60 ans. Nous attendons juste avec impatience de pouvoir enfin rentrer chez nous. La plupart des gens ici à Gaza viennent d'ailleurs. Ma famille est de Yebna. Mes grands-parents n'avaient que 14 ans et 15 ans quand on les a forcés à partir. Mais ils se rappellent de tout. Je pense qu'ils retourneront chez eux. Beaucoup de gens sont morts sans revoir leurs maisons mais il n'est jamais trop tard. Nous gardons tous précieusement nos clés ; nous sommes prêt à repartir".

Mémoires de “al-nakba” (la catastrophe)

Un montage de photos d'archive accompagné de témoignages de Palestiniens qui ont quitté leur territoire en 1948. Vidéo de Balata Refugee Camp et posté par The Palestine Video Blog.

La vidéo date de 2005 et a été re-postée pour la 60ème commémoration.

Extraits :

Première femme : Quand on nous a forcés à partir, nous n'avons même pas fait le lit des enfants. Le chef des Israéliens nous a dit que nous n'étions pas obligés de partir, que nous pouvions vivre tous ensemble. Mais je ne l'ai pas cru. Je pense qu'il aurait fini par tous nous tuer. Ils en ont tués beaucoup, même des femmes enceintes."

Deuxième femme : Ils ont commencé à tirer du côté est des champs en direction de jeunes enfants qui jouaient. Puis les gens sont partis à dos d'ânes et de chameaux. Nous sommes allés à Lid, puis à Tire, à Jimzu, à Funduq... et puis à Deir Ghassana, Deir Sharaf, au village de Balata. On a fini près du puits de Jacob. Nous nous sommes construits des huttes à partir de sacs en toile de jute et de poteaux en bois. Mais les tentes n'ont pas résisté à l'hiver. Il n'y avait aucun problème jusqu'à ce que l'Intifada débute et les Israéliens nous ont envahis. Il faut rendre aux gens leurs territoires."

Les 60 ans d’Israël : Que célébrons-nous ?

Un montage d'images d'archive illustrant la naissance d'Israël en 1948. Compilé par Ezrat Avot, une organisation pour les israéliens âgés.

A la fin de la vidéo, on peut lire : "Regardez ce qu'ils ont accompli au cours de leurs vies pour nous".