ETATS-UNIS

Les "Superdélégués" peuvent-ils stopper Obama?

Photos: Cheryl Biren-Wright et "serlingrod" Aucun candidat ne parvient à atteindre le nombre de délégués nécessaire pour gagner l’investiture démocrate. Le choix entre Obama et Clinton va donc revenir aux "Superdélégués", c'est-à-dire à des caciques du parti qui n’ont pas eu à se faire élire lors des primaires. Les voix des simples militants vont-elles donc compter pour du beurre ?

Publicité

Photos: Cheryl Biren-Wright et "serlingrod"

Aucun candidat ne parvient à atteindre le nombre de délégués nécessaire pour gagner l’investiture démocrate. Le choix entre Obama et Clinton va donc revenir aux "Superdélégués" (ou grands électeurs), c'est-à-dire à des caciques du parti qui n’ont pas eu à se faire élire lors des primaires. Les voix des simples militants vont-elles donc compter pour du beurre ? La réponse d’un Superdélégué.

Les partis américains élisent leurs candidats à l’élection présidentielle au moyen d’un suffrage indirect : les militants élisent des délégués chargés de les représenter lors d’un vote final. Mais, chez les démocrates, il existe également une catégorie de délégués, les Superdélégués, qui ont le droit de voter à l’élection finale sans avoir eu à se faire élire eux-mêmes lors de primaires ou de caucus.

Pour obtenir l’investiture de leur parti, les candidats démocrates doivent rassembler plus de la moitié des voix (Sur un total de 4047) lors de l’élection finale. Or, fait exceptionnel, ni Obama ni Clinton ne sont parvenus à réunir assez de délégués (2025) pour obtenir la majorité à l’élection en se passant du vote des Superdélégués. Ce sont donc ces Superdélégués, qui ne représentent pourtant qu’un cinquième des votants, à qui reviendra de décider entre Clinton et Obama.

Les résultats au 24 avril 2008

© Wikipedia

"Je ne pense pas que nous ayons le droit de prendre une telle décision".

Constance Borde, qui vit à Paris, est la vice-présidente des Démocrates à l’étranger. Elle a le statut de Superdélégué.

Les Superdélégués sont des personnes qui ont déjà été élues au sein du parti démocrate. Jusqu’en 1968, seuls les Superdélégués votaient pour choisir les candidats. Ce n’est qu’à cette date que le système a été changé pour permettre à tout le monde de voter. La plupart du temps nos votes [des Superdélégués] ne comptent pas car le candidat a déjà été choisi lors des primaires et caucus. La situation dans laquelle nous nous trouvons est inédite. Les gens semblent indécis. Nous devons donc interpréter leur volonté… Car il faut bien prendre une décision.

En tant que Superdélégué, vous pouvez voter quand vous le voulez ; vous pouvez même revenir sur votre vote jusqu’à la fin. Je vais voter pour Obama parce que la section à laquelle j’appartiens a voté à 71% pour lui. Et d’ailleurs, je trouve qu’il est extraordinaire. Mais si je vois que Clinton passe en tête, je peux aussi voter pour elle. Je pense qu’Obama va gagner parce qu’il a de l’avance en terme de délégués et en terme de voix récoltées au total. La plupart des Superdélégués vont donc probablement voter pour lui. Mais on ne sait jamais. Ils peuvent aussi considérer que Clinton est plus costaud et qu’elle sera une meilleure candidate.

Les équipes des deux candidats m’ont appelée. Plus souvent le camp Clinton, d’ailleurs. Ils vous demandent quelles sont les choses que l’on aime et que l’on n’aime pas chez leurs candidats et ils essaient de vous faire changer d’avis. Clinton est très forte pour faire monter la pression. Comme sénatrice, elle a également prouvé sa détermination et elle mérite donc qu’on s’intéresse à elle. Mais il faut reconnaître qu’Obama a su gagner le cœur de beaucoup de gens...

Nous sommes vraiment dans une situation délicate. On parle beaucoup sur Internet avec les autres Superdélégués. Jusque-là, nous ne voulions pas qu’Hillary se retire, mais maintenant… Car sa dernière victoire [en Pennsylvanie] n’a rien changé. Aujourd’hui, je ne comprends plus pourquoi elle continue. Elle doit vraiment parier sur les Superdélégués. Mais je ne pense pas que nous ayons le droit de prendre une telle décision.