ETATS-UNIS

Primaire en Pennsylvanie : un "blue collar" raconte son premier vote

Un bureau de vote du comté de Cumberland, Pennsylvanie. Photo de Sandra Miller, une agricultrice qui suit les primaires pour Les Observateurs. Hillary Clinton a remporté hier la primaire démocrate de Pennsylvanie, se remettant en course pour l'investiture. Plutôt que de se lancer dans une énième analyse des résultats, nous donnons la parole à Mike Ruddy, un jeune maçon - l'un de ces fameux "blue collars" dont tout le monde parle - qui a voté hier pour la première fois.

Publicité

Un bureau de vote du comté de Cumberland, Pennsylvanie. Photo de Sandra Miller, une agricultrice qui suit les primaires pour Les Observateurs.

Hillary Clinton a remporté hier la primaire démocrate de Pennsylvanie, se remettant en course pour l'investiture. Plutôt que de se lancer dans une énième analyse des résultats (vous en retrouverez ici), nous donnons la parole à Mike Ruddy, un jeune maçon - l'un de ces fameux "blue collars" dont tout le monde parle - qui a voté hier pour la première fois.

"Tous les jours, j’avais trois ou quatre messages de campagnes sur mon répondeur"

Mike Ruddy :

Je me suis enregistré auprès du parti démocrate et j'ai donc pu voter pour la première fois aujourd'hui. Depuis quelques temps, quand je rentre chez mois après le boulot, j'ai trois ou quatre messages qui me demandent de voter pour Obama ou Clinton. Comme c'était la première fois que je votais, je ne savais pas trop quoi faire. Mon syndicat m'incitait à voter pour Hillary Clinton. En écoutant tous ces messages de campagne sur mon répondeur, je me suis mis à douter. Ca m'a vraiment mis en boule d'entendre qu'Obama avait fait ce commentaire sur les blue collars [ouvriers] qui s'accrochent à leurs armes et à la religion. Ca a été la goutte qui a fait déborder le vase. A partir de là, je savais que j'allais voter pour Clinton.

 

Le jour de l'élection, j'ai encore eu quatre messages sur mon répondeur. Tous en faveur d'Obama. Je me suis ensuite rendu dans la ville de mes parents pour voter. (...) J'ai fait la queue 15 minutes. En attendant, j'essayais de comprendre la procédure. Ca avait l'air simple, mais j'étais quand même un peu nerveux. Mes parents essayaient de me rassurer, mais ils ne se rappelaient sûrement ce que ça fait de voter pour la première fois. Quand mon tour est arrivé, j'ai été étonné de voir que mon nom était bien sur la liste. J'ai coché le nom de mon candidat et j'ai passé le bulletin dans le scanner. A la sortie, ma mère m'a dit : "c'était facile, hein ?". J'ai juste hoché la tête, mais au fond j'étais très fier d'avoir fait ça."