ISRAEL

Israël fait de la propagande "anonyme" sur YouTube

Nous avions publié un billet sur le massacre perpétré début mars par un terroriste dans une école talmudique de Jérusalem. Le journal israélien Haaretz a révélé que son gouvernement utilise YouTube, sous le couvert de l'anonymat, pour diffuser des vidéos rappelant cette attaque et incitant la population à réagir.

Publicité

Nous avions publié un billet sur le massacre perpétré début mars par un terroriste dans une école talmudique de Jérusalem. Le journal israélien Haaretz a révélé que son gouvernement utilise YouTube, sous le couvert de l'anonymat, pour diffuser des vidéos rappelant cette attaque et incitant la population à réagir.

Cette vidéo, d'apparence amateur, a été publiée sur YouTube, le 10 mars, sous le nom de "AtiyaRachel". Mais le supplément business du quotidien Haaretz, TheMarker, a révélé que le bureau du Premier ministre était derrière ces vidéos intitulées "Appel d'urgence" et "Agissez maintenant : arrêtez le massacre, arrêtez la terreur".

Appel d'urgence : "Je suis dans la yeshiva, j'entends des coups de feu"

Attention, certaines images peuvent choquer.

Posté par "AtiyaRachel" le 10 mars 2008

Cette vidéo reprend l'enregistrement d'un appel passé à la police par un étudiant de la yeshiva Merkaz Harav. L'étudiant est caché, mais il entend les coups de feu autour de lui.

"Le gouvernement a réalisé qu’il fallait (…) communiquer directement avec les gens"

Notre Observateur, Ariel Woolf, qui travaille dans une école talmudique près de Tel-Aviv :

J'ai été frustré par la réaction du gouvernement au massacre de la yashiva Merkaz Harav, qui a coûté la vie à huit innocents. Un massacre qui s'ajoute aux bombardements quotidiens que nous subissons à Sderot. Le gouvernement n'a fait qu'en appeler à la sympathie de la communauté internationale, mais il n'a rien fait pour que ceux qui ont commis ces crimes horribles soient punis. Mais je sais gré au gouvernement d'avoir réalisé qu'il fallait se passer d'intermédiaires et communiquer directement avec les gens. C'est ce qu'il a fait avec cette vidéo.

Pendant une ou deux semaines après la tuerie, des mesures de sécurité supplémentaires ont été prises dans les yeshiva. Nous avons par exemple installé des digicodes à l'entrée des dortoirs. Nous avons peur, bien sûr, mais nous avons décidé de continuer à vivre normalement."