MAROC

Les Marocains se mobilisent pour le prisonnier de Facebook

Fouad Mourtada a été condamné à trois ans de prison ferme pour avoir créé une fausse fiche profil du frère du roi sur Facebook. Les internautes se mobilisent, du Maroc au Canada, pour obtenir sa libération.

Publicité

Fouad Mourtada, un jeune ingénieur marocain de 26 ans, avait créé sur Facebook une fiche profil au nom du Prince Moulay Rachid (frère de Mohamed VI, roi du Maroc). Ce pastiche lui a valu d'être arrêté en pleine rue le 5 février. Après quelques semaines en détention préventive, durant lesquelles sa famille affirme qu'il a été torturé, il a comparu devant le tribunal de Casablanca. Bien qu'il ait expliqué avoir créé ce faux profil par admiration pour le prince, sans aucune mauvaise intention, la cour a voulu faire de l'internaute « un exemple » en le condamnant, fin février, à trois ans de prison ferme pour « usurpation d'identité » .

Depuis, la blogosphère et la société civile marocaines ne décolèrent pas. Les jeunes, en particulier, ne comprennent pas pourquoi une plaisanterie, sans aucune intention crapuleuse, a débouché sur une condamnation aussi sévère. Samedi dernier, au Maroc et dans plusieurs pays européens, des manifestations ont été organisées pour demander la libération du prisonnier de Facebook.

Photos de soutien sur Flickr

Publiée par " Houdac ", Casablanca, Maroc le 2 mars 2008

 

Publiée par " Miriam ", Marrakech, Maroc le 26 février 2008

Page Flickr

Les manifestations à Rabat, Paris et Montréal

Posté par DemocracyProjects le 3 mars 2008.

"Cette affaire crée un véritable malaise au Maroc"

Mohamed Zainabi, notre Observateur au Maroc. Il a participé à la manifestation de soutien à Rabat :

L'affaire Fouad Mourtada ne laisse personne de marbre. Ce samedi 1er mars, des manifestations ont été organisées dans plusieurs pays, et bien sûr à Rabat. Dans la capitale du Maroc, cette manifestation avait valeur de symbole. Elle s'est déroulée devant l'école Mohammedia où Fouad a été formé Mourtada. De nombreux ingénieurs de la même école sont venus lui exprimer leur solidarité. Ils n'étaient pas les seuls. A leurs côtés, il y avait des militants de l'association marocaine des droits de l'homme, des blogueurs, des membres de Facebook et d'autres utilisateurs d'Internet venus de Casablanca et d'ailleurs. Tous ont protesté contre l'injustice qui a frappé Fouad. Tous ont plaidé pour sa libération. De l'avis général, la condamnation de Fouad Mourtada - en première instance - à une peine de trois ans de prison ferme assortie d'une amende de 10 000, simplement parce qu'il s'est pris pour le prince Moulay Rachid sur Facebook, est une grave injustice. "Nous risquons tous le sort de Fouad", m'a dit un ingénieur en herbe. Il est clair que cette affaire crée un véritable malaise au Maroc.

"La mobilisation internationale en soutien à Fouad ne fait que grandir jour après jour"

Amina, la Sœur de Fouad Mourtada :

La mobilisation internationale en soutien à Fouad ne fait que grandir jour après jour. Au-delà de sa famille, des milliers de citoyens du monde soutiennent mon frère. Le Maroc est le premier pays à poursuivre un internaute pour la création d'un faux profil sur Facebook. Le monde entier nous observe maintenant. De nouvelles décisions injustes seraient néfastes pour l'image du Maroc, pays considéré jusqu'alors comme en avance sur ses voisins dans le domaine de la démocratie. Emprisonner Fouad est une injustice atroce. Mon frère est un jeune ingénieur en informatique qui a choisi de rester dans son pays pour le servir, alors qu'il avait la possibilité d'aller travailler ailleurs. L'emprisonner, ce n'est pas seulement infliger à ses parents et sa famille un grand drame. C'est bien plus que ça : c'est briser les ambitions et les rêves de beaucoup de jeunes Marocains qui s'identifient à lui, c'est ébranler leur foi et leur confiance en leur pays, en sa justice et en sa transition démocratique. C'est réduire à néant tous les efforts qui ont été consentis pour promouvoir la liberté d'expression et les droits de l'homme dans le pays. Ca serait un grand gâchis et un mauvais signe envoyé aux citoyens, aux touristes et aux investisseurs qui croient en ce pays. Nous voulons croire que le Maroc du XXIème siècle ne laissera pas une telle injustice se produire. Nous espérons que notre pays ne va pas décevoir tous ceux qui suivent cette affaire et soutiennent Fouad ".