AFRIQUE DU SUD

Comme au bon vieux temps de l’apartheid

Cette vidéo, où l’on voit des étudiants afrikaners payer des employés noirs de leur université pour boire de l’urine, fait scandale dans le monde entier. Nos Observateurs en Afrique du Sud nous parlent de cet apartheid qui, bien que légalement terminé, perdure dans les esprits.

Publicité

Cette vidéo a été tournée en septembre dernier par des étudiants de l’université de Free State à Bloemfontein en Afrique du Sud (centre). Les jeunes Afrikaners pastichent le jeu télévisé Fear factor, payant des hommes et des femmes de ménage noirs pour qu'ils se livrent à des jeux stupides et humiliants. Ces images ont réapparu sur Internet le 26 février. Les quatre étudiants participant à cette "initiation" vont être jugés pour leurs actes, qui ont déclenché des manifestations dans tout le pays.

" Les Afrikaners ont encore une mentalité marquée par l’apartheid "

Daniel Theunnissen est une sudafricaine de Port Elizabeth. Elle habite en Angleterre depuis 1999.

J'ai été vraiment choquée. Je ne pensais pas que ce genre de chose se produisait encore en Afrique du sud. Quand j'y habitais encore, il y avait certes une ségrégation de fait, car tout le monde pensait que les blancs étaient meilleurs que les noirs. Mais on s'arrangeait. On vivait d'un côté, et eux d'un autre.

Il faut se rendre en Afrique du sud pour coprendre à quel point les Afrikaners ont encore une mentalité marquée par l'apartheid. Ce genre de chose a toujours existé, mais avant Internet on ne le savait pas."

" Est-ce qu’avoir le sens de l’humour est passible de prison ? "

Le blogueur Nick Vanderleek est étudiant à l'université Free state, où a été tournée la vidéo.

Avant de condamner, il faut être au clair sur ce qui s'est passé. Peut-être que tout était joué, comme au théâtre. Si c'est le cas, alors c'est beaucoup de bruit pour rien. Les médias, vous m'entendez ? Cette vidéo arrive à un moment difficile pour les Sud-africains. Elle nous fait retourner en arrière, sur des polémiques à la con entre noirs et blancs. Est-ce qu'avoir le sens de l'humour est passible de prison ?

Le billet original, posté le 28 février 2008.

" On ne peut pas faire disparaître le mal en si peu de temps "

Ndumiso Ngcobo est professeur de Sciences à Johannesburg.

Ces vidéos m'ont remué. C'est choquant et débile. J'aimerais pouvoir dire que c'est un incident isolé, mais ce n'est pas le cas. Ce genre de choses arrivent. Mais il faut garder la tête froide et ne pas devenir aussi stupides qu'eux. Ce qui me choque le plus c'est que ces jeunes sont censés être des ‘intellectuels'.

Mais je ne suis pas surpris. Qu'est-ce qu'on peut attendre en seulement 14 ans [depuis la fin de l'apartheid]? On ne peut pas faire disparaître le mal en si peu de temps. C'est comme une maladie. Une fois que vous l'avez attrapée, elle est en vous et vous ne pourrez jamais vous en débarrasser complètement. Vous pouvez juste essayer de la contrôler. Ca n'est pas chose facile en Afrique du Sud. On peut juste espérer que la maladie ne se transmette pas à la prochaine génération."

La vidéo sous-titrée en français

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.