RUSSIE

Le “démocrate fantoche”, seul candidat d'opposition à l’élection présidentielle

Comme les Etats-Unis, la Russie détermine actuellement quels seront les candidats qui participeront à l’élection présidentielle, en mars prochain. Mais pour les opposants russes, le principal obstacle n’est pas de remporter la primaire de leur parti, mais bien de faire valider leur candidature par le Kremlin. Andreï Bogdanov (rien à voir avec les frères) est le seul candidat « d’opposition », mis à part un leader communiste, qui pourra se présenter à l’élection. Celui qui est surnommé par les opposants le « démocrate fantoche » nous explique pourquoi, selon lui, sa candidature a été acceptée.

Publicité

Quatre candidats d’opposition ont essayé de présenter leur candidature à l’élection présidentielle. Le principal rival de Poutine, l’ancien Premier ministre Mikhail Kasyanov, ne pourra pas concourir parce qu’il aurait, selon les autorités, ajouté 13% de « fausses » signatures à son dossier - chaque candidat doit produire 2 millions de signatures de citoyens russes. En revanche, Andreï Bogdanov, le responsable du Parti démocrate russe, très peu connu dans le pays et qui n’est crédité que de 3,5% des intentions de vote, a reçu l’autorisation de se présenter à l’élection. Interrogé par notre Observateur pour la Russie, Allena Ponomaryova, Andreï Bodganov explique comment il est parvenu à faire valider sa candidature.

Le commentaire d’Andreï Bogdanov

La seule raison pour laquelle la candidature de l'Union démocratique du peuple [le parti de Mikhail Kasyanov] a été invalidée, c'est que les membres de ce parti ne s'entendent sur rien. J'ai réussi à collecter deux millions de signatures parce que mon message est clair. Nos 82 000 membres ont fait du porte à porte pour les réunir. Le parti de Kasyanov n'avait ni l'infrastructure ni l'expérience pour faire ce travail de terrain. Seule une équipe expérimentée pouvait établir un dossier de candidature qui satisfasse les critères officiels. Par exemple, beaucoup de signataires ne font pas renouveler leur passeport, et un passeport périmé invalide leur signature. C'est juste un exemple, mais il y a plein de pièges de ce type qu'il faut savoir éviter. Je suis persuadé que Kasyanov et son équipe ont fait beaucoup d'erreurs, ce qui a été démontré lors de l'examen de leur dossier par la Commission centrale des élections ».

Notre Observatrice explique le processus de validation des candidatures

Pour être enregistré, il y a deux solutions. Soit le candidat est présenté par un parti présent à la Douma, ce qui est le cas de Dmitri Medvedev, le leader de Russie Unie ; Gennadi Zyuganov, du parti communiste ; et Vladimir Zhirinovsky, du Parti démocrate libéral [nationaliste, proche du Kremlin]. Sinon, il faut collecter deux millions de signatures. C'est ce qu'ont du faire Mikhail Kasyanov et Andreï Bodganov. La candidature de Mikhail Kasyanov a été invalidée par la Commission centrale des élections. Les analystes s'étonnent qu'un candidat aussi important n'ait pas réussi à réunir deux millions de signatures valides, alors que le parti de Bogdanov, qui n'a fait que 89 000 voix dans toute la Russie lors des élections parlementaires de décembre, y soit lui parvenu ».