ISRAEL

« Je classe mes amis en fonction de leurs peurs »

Notre Observatrice en Israël, Lisa Goldman, réagit à l’attentat à , une petite ville du sud du pays, près de la frontière égyptienne. C’était le premier attentat suicide sur le sol de l'Etat juif depuis près d’un an.

Publicité

Notre Observatrice en Israël, Lisa Goldman, réagit à l’attentat à la bombe qui a tué une personne ce lundi à Dimona, une petite ville du sud du pays, près de la frontière égyptienne. C’était le premier attentat suicide sur le sol de l'Etat juif depuis près d’un an.

La vidéo amateure de l'intervention de la police contre les kamikazes

© Ronen Peretz, Channel 2 News, 4 février 2008

 

« Seulement » une personne a été tuée. Il fut un temps où je n'aurais même pas remarqué un attentat tuant une personne. Je vis toujours dans l'attente qu'une bombe explose, et je classe mes amis en fonction de leurs peurs : ceux qui veulent bien aller boire un coup dans un bar, et ceux qui ont peur de le faire ; ceux qui dépensent tout leur argent dans des taxis car ils trouvent le bus trop risqué.

Beaucoup pensaient que les responsables de l'attentat venaient de Gaza, à travers le Sinaï - ce qui s'est avéré faux - et ça a aggravé l'hystérie ambiante à propos de la frontière de Rafah [qui a été ouverte le 23 janvier 2008, à l'aide d'explosifs, par le Hamas].

L'un des kamikazes n'a pas réussi à détoner sa bombe et il a été liquidé par le policier Kobi Mor, maintenant surnommé « le héros du sud ». J'ai regardé les images de Kobi Mor en train de tirer sur le kamikaze blessé, à trois reprises. Je sais que c'était une intervention délicate, car si le policier l'avait raté, le kamikaze aurait pu faire exploser sa bombe. Mais, très vite, je me suis sentie écœurée par ces images qui tournaient en boucle, et par moi qui ne pouvais pas m'empêcher de les regarder ».