GHANA

Le Ghana qualifié pour la demi-finale : « C’était vraiment bon d’être Ghanéen ce jour là »

J’étais sûr que ce match allait être serré, mais je ne pensais pas qu’il serait aussi riche en rebondissements. A des moments, on se croyait perdu, et à d’autres nos joueurs nous redonnaient espoir. Là où j’ai regardé le match, au Polo club, il y avait un écran géant et c’était la grosse fête. L’atmosphère était fantastique. Nous étions plus de 10 000 fans ! Après le but du Nigéria, tout le monde s’est tu. Le silence était impressionnant.

Publicité

Après le match au Polo club d'Accra

J’étais sûr que ce match allait être serré, mais je ne pensais pas qu’il serait aussi riche en rebondissements. A des moments, on se croyait perdu, et à d’autres nos joueurs nous redonnaient espoir. Là où j’ai regardé le match, au Polo club, il y avait un écran géant et c’était la grosse fête. L’atmosphère était fantastique. Nous étions plus de 10 000 fans ! Après le but du Nigéria, tout le monde s’est tu. Le silence était impressionnant. Pourtant, deux minutes avant, on ne pouvait même pas téléphoner tellement c’était bruyant. L’égalisation a ranimé tout le monde. C’était comme si on avait déjà gagné. Mais il y a eu ce carton rouge contre notre capitaine, John Mensah, qui a demoralisé tout le monde. On pensait que seul un miracle pouvait encore nous sauver. Et le miracle est effectivement arrivé, huit minutes avant la fin du match. Je n’avais jamais vu le Ghana aussi uni qu’après le but de Junior Agogo. On a sauté pendant une éternité. On a dansé aussi, sur un seul refrain : GOAAAAAL ! Ca a été vraiment un grand moment, d’autant plus que le Nigéria était favori. Et c’était vraiment bon d’être Ghanéen ce jour là. Les Camerounais, nous voici !

Cameroon, here we come!!!"

 

Tenue incorrecte exigée