Les Observateurs

À la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, les migrants continuent d'être refoulés

Capture d'écran de l'émission des Observateurs de France 24. En Pologne, au niveau de la frontière avec la Biélorussie, des messages diffusés dans des haut-parleurs ordonnent aux migrants de faire demi-tour.
Capture d'écran de l'émission des Observateurs de France 24. En Pologne, au niveau de la frontière avec la Biélorussie, des messages diffusés dans des haut-parleurs ordonnent aux migrants de faire demi-tour. © Observateurs

Depuis le mois de mars, les appels à l'aide de migrants bloqués à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie se sont à nouveau multipliés. En 2021, des dizaines de milliers de migrants avaient emprunté cette nouvelle route migratoire dans l'espoir de rejoindre l'Union européenne. Selon notre Observatrice, membre du collectif d'associations Grupa Granica, la Pologne continue de refouler ces personnes, quel que soit leur état de santé. 

Publicité

Pendant l'hiver, les traversées ont été moins nombreuses, notamment parce que des centaines de migrants ont été hébergés dans un ancien entrepôt transformé en abri par la Biélorussie à Bruzgui, près de la frontière polonaise. La plupart ont été renvoyés dans leur pays. 

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Migrants refoulés à la frontière Biélorussie-Pologne : "On voit des familles et des personnes souffrant de handicap"

En mars, les autorités biélorusses ont délogé les dernières personnes qui se trouvaient dans l'entrepôt de Bruzgui, "notamment des familles avec de jeunes enfants et des personnes souffrant de graves maladies et handicaps", selon Amnesty International. 

"Toutes ces personnes, en grande majorité, sont refoulées par les gardes-frontières polonais, à plusieurs reprises"

Depuis cette évacuation, notre Observatrice Monika Matus, membre du collectif Grupa Granica, constate une augmentation des appels à l'aide à la frontière : 

Nous avons eu environ 150 personnes qui nous ont demandé de l'aide en une semaine [fin avril]. C'est en quelque sorte la moyenne des personnes qui traversent la frontière. Et bien sûr, il y en a beaucoup d'autres qui ne demandent pas d'aide.

Nous voyons, malheureusement, beaucoup de familles avec des enfants, beaucoup de personnes avec différents handicaps, des personnes âgées, des personnes avec des handicaps mentaux aussi.

Toutes ces personnes, en grande majorité, sont refoulées par les gardes-frontières polonais, à plusieurs reprises. Elles sont ensuite forcées de retraverser la frontière par les soldats ou les gardes biélorusses.

Nous savons également qu'un certain nombre de personnes ont passé l'hiver à Minsk et Grodno [en Biélorussie]. Je pense aussi que certaines personnes essaient de traverser maintenant parce que la Pologne construit un mur.

Évidemment, le mur n'est pas un si grand obstacle. En réalité, c'est simplement une clôture métallique. Mais une fois que ce mur sera équipé, comme à de nombreuses frontières européennes, avec toutes les solutions techniques permettant de le surveiller, je pense qu'il sera beaucoup plus difficile à franchir.

En 2021, selon les gardes-frontières polonais, 39 700 tentatives d'entrées illégales depuis la Biélorussie ont été comptabilisées, dont près de 17 000 sur le seul mois d’octobre.

>> VOIR SUR LES OBSERVATEURS : Pologne, Biélorussie : piège en forêt pour les migrants (octobre 2021)