Les Observateurs

Attaquée à répétition par des groupes jihadistes, une commune malienne "tend vers la famine"

Un bus brûlé, un pont dynamité, des champs saccagés : des attaques présumées terroristes se multiplient dans la commune de Dogofry, au centre du Mali. Dans notre émission, notre Observateur explique que selon lui, l’objectif des groupes armés est d’isoler la commune.

Publicité

Depuis plusieurs mois, les habitants de la commune de Dogofry subissent des attaques régulières, attribuées aux jihadistes de la Katiba Macina, un groupe terroriste affilié à Al Qaïda au Maghreb islamique. Le 21 novembre, un bus qui quittait Dogofry pour se rendre à Bamako a été attaqué et incendié par des hommes armés :

Cette vidéo a été transmise par notre Observateur le 21 novembre 2021.

Un autre incident avait eu lieu sur cette même route quelques semaines auparavant : un pont avait été dynamité le 1er novembre, coupant l’accès à Dogofry depuis Bamako.

Cette vidéo a été filmée sur la route entre Dogofry et Diabaly le 1er novembre 2021.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Mali : un village isolé après la destruction d'un pont attribuée aux jihadistes

Notre Observateur, qui habite à Dogofry, a demandé à garder l’anonymat. Il explique que cette route est stratégique pour la commune :

C'est la seule route qui quitte Dogofry pour Bamako en passant par Niono, Ségou, jusqu'à Bamako. S'il n'y a plus de va-et-vient entre Dogofry et Bamako, et entre Dogofry et Ségou, on ne peut pas avoir de denrées comme le sucre ou l’huile, qui doivent être approvisionnées. Mardi, c’est le jour du marché. Déjà, beaucoup [de commerçants] ne viennent plus à Dogofry.

Ce n’est pas la première fois qu’une compagnie de transport est attaquée. La première était la compagnie de transport Air Niono. La compagnie a décidé de ne plus aller à Dogofry.

Les champs sont également visés par des attaques. Plusieurs dizaines d’hectares ont été brûlés autour de la commune, menaçant les récoltes de riz. Ces attaques empêchent les agriculteurs d’accéder à leurs champs. Notre Observateur craint que la commune ne sombre dans la famine. 

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Au Mali, la production de riz menacée par des attaques terroristes dans le centre du pays

Les jihadistes ont déjà utilisé ces tactiques pour faire pression sur des localités au Mali : en octobre 2020, le village voisin de Farabougou avait été coupé du reste du pays en lorsque deux ponts permettant d'y accéder avaient été dynamités. La commune est désormais assiégée par les jihadistes, en proie à une pénurie de denrées alimentaires.