Les Observateurs

En Iran, la mode des safaris met en péril les écosystèmes

En Iran, la mode des safaris met en péril les écosystèmes
En Iran, la mode des safaris met en péril les écosystèmes © Les Observateurs

Ces dernières années, de plus en plus d'Iraniens cèdent à la mode des safaris. À bord de voitures tout-terrain, ils arpentent des espaces vierges voire protégés, au risque de les endommager ou de mettre en danger la faune locale. Notre Observateur, un activiste défenseur de l'environnement à Téhéran, s'inquiète de ce phénomène. 

Publicité

En octobre 2020, la vidéo d'une chèvre sauvage, morte d'épuisement après avoir été poursuivie par un 4x4 a fait scandale. Dans notre émission, Alireza Shahdari, activiste environnemental à Téhéran, explique que ces accidents sont fréquents. Selon lui, les amateurs de safaris "détruisent les plantes, tuent les insectes, les rongeurs, mais aussi les chats des sables, toutes ces espèces qui vivent justement sous les dunes". Il s'inquiète de cette nouvelle attraction, qui séduit de plus en plus :

Ces cinq dernières années, ce phénomène des safaris n'a fait que s'accroître. Ces régions sont vierges tant qu'elles restent inconnues du grand public. La majorité des déserts sont en danger, particulièrement ceux de Kavir Mesr ou de Maranjab qui sont faciles d'accès. Ces gens pensent qu'il n'y a rien [de vivant] dans ces déserts, alors qu'en fait, ils roulent sur des êtres et des organismes vivants.