Les Observateurs

Covid-19 : au Brésil, la campagne "SOS Amazonas" contre la pénurie d'oxygène à Manaus

Plusieurs associations et collectifs de Manaus, au Brésil, se mobilisent pour fournir de l'oxygène dans les hôpitaux débordés par les patients atteints par le Covid-19.
Plusieurs associations et collectifs de Manaus, au Brésil, se mobilisent pour fournir de l'oxygène dans les hôpitaux débordés par les patients atteints par le Covid-19. © Observateurs

Dans le nord-ouest du Brésil, la ville de Manaus est confrontée depuis début janvier à une brutale seconde vague de Covid-19, doublée d'une grave pénurie d'oxygène. Mi-janvier, les appels de détresse se sont multipliés sur les réseaux sociaux. Face à la crise sanitaire plusieurs associations et collectifs citoyens ont lancé la campagne "SOS Amazonas" pour soutenir les hôpitaux de l'État. 

Publicité

"S'il vous plaît, si vous en avez les moyens, de l'oxygène". Le 14 janvier, Thalita Rocha, une habitante de Manaus, publie sur son compte Instagram une série de vidéos aux abords d'un hôpital de la ville pour appeler à l'aide. "Il n'y a simplement plus d'oxygène du tout dans l'unité de soins", s'alarme-t-elle, paniquée. 

Son témoignage a fait le tour du Brésil. Dans la presse, elle a expliqué avoir tourné ses vidéos devant l'hôpital de la Redençao alors que sa belle-mère, atteinte du Covid-19, y était hospitalisée en soins intensifs. Thalita et son mari ont eux-mêmes acheté une bonbonne d'oxygène pour tenter de la sauver, mais il était trop tard. "C’était horrible. Les mots me manquent pour décrire ces scènes dignes d’une guerre. Les gens souffraient et mourraient asphyxiés. Imaginez : ils essayaient d’aspirer l’air et n’y arrivaient pas", a-t-elle confié à RFI

Dans la presse et sur les réseaux sociaux, des témoignages comme celui de Thalita Rocha se sont multipliés à Manaus. En janvier, la recrudescence des cas de Covid-19 dans cette ville au cœur de la forêt amazonienne a rendu la situation ingérable. Les hôpitaux, saturés, ont fait face à une grave pénurie d'oxygène. 

Ce chaos sanitaire a poussé plusieurs associations et collectifs de la ville à s'organiser pour venir en aide aux hôpitaux, aux soignants et aux malades. Avec la campagne "SOS Amazonas", ces bénévoles ont ainsi réussi à lever des fonds pour acheter des cylindres d'oxygène, les acheminer par avion ou par bateau et les distribuer dans les unités de soins intensifs. "C'était un autre scénario, nous n'avions jamais vu cela", souligne Gustavo Melo, l'un des coordinateurs de cette campagne. Dans notre émission, il explique : 

L'idée de la campagne était d'aider avec de l'eau et de la nourriture. Et tout à coup, un profil sur Instagram a relayé une de nos photos et la campagne est devenue virale. Nous avons alors réussi à travailler sur la principale demande au sein de l'État : le fait que nous étions en train de voir de nombreuses personnes mourir à cause du manque d'oxygène. C'est quelque chose que nous n'avions jamais vu. Avec l'argent des donations, nous avons commencé à acheter plusieurs cylindres d'oxygène et à les acheminer depuis d'autres États du Brésil.

C’est nous qui faisons cette négociation avec les compagnies aériennes, qui allons chercher les donations à l'aéroport. C’est nous aussi qui allons faire les distributions dans les hôpitaux avec des bénévoles et avec l’aide de la police civile. Nous mettons de nombreuses informations sur notre Instagram, nous faisons des "lives", nous expliquons ce que nous faisons pour être transparents auprès de toutes les personnes qui souhaitent accompagner notre action.

Au Brésil, le 4 février, le procureur général a ouvert une enquête préliminaire sur de possibles négligences imputées au président Jair Bolsonaro et à son ministre de la Santé dans la gestion du Covid-19 à Manaus, dans l'Amazonas, et dans l'État voisin du Pará.

Déjà, le 25 janvier, un juge de la Cour suprême brésilienne a autorisé l'ouverture d'une enquête pour déterminer la possible responsabilité du ministre de la Santé, Eduardo Pazuello, dans l'effondrement du système sanitaire à Manaus lors de la deuxième vague de la pandémie de coronavirus.

Avec plus de 228 000 morts, le Brésil est le deuxième pays le plus endeuillé de la planète par le Covid-19 et le troisième le plus touché.