Info ou Intox

Un drone armé utilisé par les FARC en Colombie ?

Cette vidéo montre t-elle un drone utilisé par les FARC en Colombie ? Explications de l'origine de cette image dans cet épisode de Info ou Intox.
Cette vidéo montre t-elle un drone utilisé par les FARC en Colombie ? Explications de l'origine de cette image dans cet épisode de Info ou Intox. © Studio graphique FMM

Une vidéo impressionnante prétend montrer une arme dont se seraient dotés les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) : un drone armé capable de tirer en lévitation. Elle n’a pourtant rien à voir avec le conflit entre les rebelles marxistes et le gouvernement colombien. Voici comment la vérifier avec votre téléphone portable. 

Publicité

Dans cette épisode, l’équipe d'Info ou Intox revient sur l’utilisation des applications de recherche d’image inversée disponibles sur les boutiques en ligne sur le PlayStore ou l'Apple store pour vérifier l’origine d’une vidéo d’un drone armé supposément utilisé par les FARC en Colombie. 

Il s’avère que cette vidéo est ancienne, puisqu’elle existe depuis 2015 sur internet. Ce drone a été fabriqué par un étudiant américain, âgé de 18 ans au moment des faits, Austin Haughwout, connu pour avoir modifié plusieurs drones pour en faire des armes. Son cas avait entrainé une enquête de l’Administration Fédérale de l’Aviation américaine (FAA) et la conclusion qu’il était totalement illégal pour un non-militaire américain de modifier un drone pour en faire une arme.

Austin Aughwout a également été expulsé de son université à cause de propos sur les armes à feu et de ses tendances à publier des vidéos de drones armés.

Qu’en est-il de l’utilisation des drones par les FARC en Colombie ? 

Si cette vidéo n’illustre pas la situation du conflit armé en Colombie, il est pourtant exact de dire que les FARC, et des groupes dissidents, ont utilisé par le passé des drones.  

Un article du site Infodefensa rappelle notamment qu'en septembre 2019, l’armée colombienne avait présenté deux drones remplis d’explosifs qui avaient visé des soldats dans la région de Tumaco, et qui avaient été lancés par le Front Oliver Sinisterra, dissident des FARC. 

Le site expliquait que ce type de drone librement disponible dans le commerce pour l'équivalent d'environ 1200 euros pouvait être chargé avec des bombes allant jusqu’à un kilo et constituaient donc une menace certaine pour l’armée colombienne. 

Dernière déclaration en date sur le sujet : dans une conférence de presse en septembre 2021, le ministre de la Défense colombien, Diego Molano, a expliqué :   

“Des informations des renseignements secrets ont indiqué que certains de ces dissidents des FARC ont voulu acquérir des drones pour développer des activités de surveillance ou de suivi de l'autre côté de la frontière [entre la Colombie et le Venezuela, NDLR]”. 

L’armée colombienne a affirmé avoir intercepté un drone à la frontière entre la Colombie et le Venezuela, pays voisins où sont réfugiés de nombreux guerilleros pour poursuivre leur lutte armée.