Info ou Intox

Une vidéo d’Irlande détournée pour diffuser un message anti-immigration en France

Une vidéo d'agression sur un quai de gare a été présentée comme représentant des violences par des personnes issues de l'immigration en France, alors que la vidéo vient d'Irlande et n'a rien à voir avec des étrangers.
Une vidéo d'agression sur un quai de gare a été présentée comme représentant des violences par des personnes issues de l'immigration en France, alors que la vidéo vient d'Irlande et n'a rien à voir avec des étrangers. © Studio graphique FMM

Dans une publication datant du 14 septembre, un membre du parti d’extrême droite français Rassemblement national, a partagé une vidéo montrant une agression dans une gare en prétendant qu'elle se déroulait en France et que les violences auraient été commises par des personnes issues de l’immigration. Mais il s'agit d'une manipulation... le point sur les leçons à tirer de cet exemple avec Barbara Joannon de Désinfox migrations. 

Publicité

Thierry Tsgalos, ancien candidat aux élections départementales en France sous l’étiquette du Rassemblement National, a repris dans sa publication les termes “racailles et “chances pour la France”, pour accuser des personnes issues de l’immigration d’être à l’origine de violences dans une gare. Il sous-entend par là que la scène se passait en France.  

Or, la vidéo a en réalité été prise en Irlande le 1er avril 2021. Elle a été documentée par des médias irlandais. Dans cet épisode d'Info ou Intox, Alexandre Capron de la rédaction des Observateurs de France 24 retrace l’origine de cette vidéo et ce que l’on sait de la scène. 

Que répond l’auteur de la vidéo autour de la diffusion de cette vidéo hors contexte ? 

Contacté par notre rédaction, Thierry Tsagalos a répondu qu’il ne “souhaitait pas réagir, n’en sachant pas beaucoup plus”. 

Après avoir publié la scène prétendant qu'elle montrait ironiquement "les chance pour la France", en référence aux personnes issues de l'immigration, ce dernier avait édité sa publication sur Facebook trois heures plus tard. La nouvelle publication affirmait :

“"Les chances pour L Europe " … dans leurs œuvres ignobles. 

Sur un quai de gare, des racailles crachent au visage des jeunes filles et les frappent, au hasard ! L’une tombe sur les voies. Ignoble ! 

Le multiculturalisme en Irlande en action subventionné par nos élites UMPS Françaises et Européenne” 

Capture d'écran de l'historique des modifications de la publication de Thierry Tsagalos.
Capture d'écran de l'historique des modifications de la publication de Thierry Tsagalos. © Facebook Thierry Tsagalos Politique

Pourtant, aucun élément factuel, notamment le rapport de la police irlandaise, ne permet d’affirmer quoi que ce soit sur l’origine ethnique ou la nationalité des agresseurs. Des journalistes irlandais ont cependant affirmé à notre rédaction que le gang à l’origine de ces agressions serait composé de jeunes Irlandais non issus de l’immigration. 

Desinfox Migrations, ou la lutte contre les intox “anti-immigration” 

Pour Barbara Joannon du collectif “Désinfox Migrations”, cet exemple est représentatif des manipulations récurrentes autour des thématiques anti-immigration :

Le terme de "racailles" a été rendu célèbre par Nicolas Sarkozy en 2005. C'est un terme régulièrement utilisé par la droite et l'extrême droite. Ces "racailles" sont associées plus ou moins explicitement à ceux qui sont souvent appelés "jeunes des quartiers" ou "jeunes issues de l'immigration, en référence aux jeunes Français d'origine non-européennes visibles, habitant dans des quartiers dits "sensibles" des périphéries urbaines et souvent de culture musulmane. Le terme de racailles est ici utilisé en opposition avec l’expression "les chances pour la France" avec une intention claire de décrédibiliser cette idée.

L’expression “Les chances pour la France” fait directement référence à l’immigration. Elle est apparue en 1984 avec la parution du livre de Bernard Stasi "L’immigration, une chance pour la France". Le 29 mai dernier, Emmanuel Macron a repris cette terminologie en s'adressant depuis l’Afrique du Sud où il était en visite, aux jeunes Français qui "ont une histoire avec l'Afrique" et en déclarant "vous êtes une chance pour la France".  

Pour Barbara Joannon, cet exemple relaie une thématique récurrente des opposants à l’immigration : le lien supposé entre l'immigration et la délinquance et le supposé refus "d'intégration" des étrangers et des jeunes issues de l'immigration.

“Ces thèmes sont récurrents parmi les sujets de désinformation sur les migrations. L'article produit par Désinfox-Migrations qui est le plus consulté est d'ailleurs celui qui interroge le lien entre immigration et délinquance

En fait la nationalité ne devrait pas nous importer : quelle que soit l'origine de celui qui commet de tels actes, c'est condamnable! Il est aussi intéressant de noter que les faits divers d’agressions, de crimes, d'incivilités, sont toujours plus relayés lorsqu’ils concernent des personnes étrangères ou françaises issues de l’immigration.

Les travaux de recherche montrent pourtant que les principaux facteurs derrière les actes de délinquance, ce sont les inégalités socio-économiques et territoriales, et les discriminations dont font l’objet les jeunes des quartiers, plus que leur nationalité ou leur origine ethnique.

Le même constat s’applique au niveau d’intégration scolaire et professionnelle : l’environnement social est un plus grand déterminant que les "origines". Sur ce sujet, on peut se référer par exemple aux travaux des chercheurs de l’Institut national d’études démographiques et aux enquêtes Trajectoires et Origines conduites par l’Ined et l’Insee.” 

Pour en savoir plus sur le travail de Désinfox Migrations, vous pouvez suivre leur compte Twitter ici, ou vous rendre sur leur site internet.