Info ou Intox

Vaccination et magnétisme en Belgique ? Les explications d'un expert

Cette femme affirme avoir eu son téléphone collé à la verticale à son bras après sa vaccination contre le Covid-19. Examens à l'appui, Jean-Michel Dogné de l'université de Namur nous explique ce phénomène.
Cette femme affirme avoir eu son téléphone collé à la verticale à son bras après sa vaccination contre le Covid-19. Examens à l'appui, Jean-Michel Dogné de l'université de Namur nous explique ce phénomène. © Studio graphique FMM

De nombreuses vidéos tentent de prouver que la vaccination contre le Covid-19 entrainerait des effets de magnétisme sur les bras des patients et aimanterait téléphones portables et autres cuillères. Une vidéo filmée à Namur en Belgique a notamment suscité beaucoup de réactions. Un expert, qui a mené des tests sur une jeune femme affirmant avoir son bras aimanté, nous explique les conclusions de ses analyses. 

Publicité

La plupart de ces vidéos montrant des téléphones, des fourchettes ou des aimants tenir seuls sur le bras sont des tours de passe-passe dont le contexte n’est souvent pas clair. Dans un précédent épisode de Info ou Intox, nous expliquions notamment que ces vidéos avaient été popularisées autour du hashtag du "Magnet Challenge". 

Mais d’autres vidéos donnent des indications beaucoup plus précises et sourcées. C’est le cas d’une vidéo filmée à Namur en Belgique, début juin, où une jeune femme retourne sur son lieu de vaccination, à Namur expo, pour faire constater ce qu’elle pense être une réaction magnétique après s’être fait vacciner. Nous détaillons ce qu'on sait sur cette vidéo dans l'épisode ci-dessus de Info ou Intox.

Les détails de notre enquête

La rédaction des Observateurs de France 24 a contacté le docteur Dominique Henrion de la cellule Covid Namuroise, qui a confirmé que la scène était bien authentique. Il a déploré non seulement que le personnel médical n’ait pas su répondre à ce couple, mais a aussi expliqué que le couple s’était montré particulièrement véhément et “dans une démarche revendicatrice”. 

À Namur, des analyses ont été menées par le département de pharmacie et de physique de l’université de la ville. Jean-Michel Dogné, directeur du département de pharmacie, a mené des tests sur une dizaine de personnes, des infirmières et des particuliers, qui affirmaient avoir leur bras aimanté. 

Les tests ont été réalisés avec deux types d’appareil de mesure : un premier appareil mesurant une variation de champ magnétique, et un deuxième appareil quantifiant un champ magnétique.  Dans tous les cas, aucune variation ni aucun champ magnétique n’a été constaté et ce pour tous les cas étudiés, dont la jeune femme de Namur, qui s’est également présentée pour effectuer ces tests. 

Jean-Michel Dogné propose une hypothèse quant au fait que des objets puissent coller au bras après le vaccin : un phénomène d’adhérence provoqué par une réaction inflammatoire due à la vaccination modifiant temporairement la structure de la peau par un excès de sébum ou de liquide.  

Pour annuler cet effet, l’application d’une poudre de sulfate de magnésium, contenue dans le talc, annule l’effet d’adhérence pour l’ensemble des objets collant à la peau. Jean-Michel Dogné ajoute la possibilité d’un simple test pour vérifier l’effet magnétique ou non : se procurer une boussole militaire dans le commerce, et la coller à son bras pour vérifier si un champ magnétique la perturbe ou non. 

Selon Jean-Michel Dogné, il s’agit d’une hypothèse crédible méritant cependant une étude plus détaillée. De son côté, l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé affirme avoir reçu des notifications sur des cas similaires, qui ont “fait l’objet d’une évaluation qui est ensuite encodée dans la base de données européenne EudraVigilance". Ces cas ne permettent pas, à ce stade, d’établir de lien avec la vaccination, selon nos confrères de la RTBF.

Le département de pharmacie et de physique de l’université de Namur a précisé à la rédaction des Observateurs de France 24 qu’il était ouvert à recevoir toute personne voulant effectuer des tests avec des appareils calibrés pour vérifier ou non le magnétisme.