Les étudiants pakistanais couvrent les manifestations (suite)

Dossier de Team Observers

Le président Pervez Musharraf a annoncé jeudi que les législatives auraient lieu avant le 15 février. Mais il maintient l’état d’urgence et bloque toujours l’accès aux télévisions privées. Les internautes locaux passent aujourd’hui à la vitesse supérieure pour animer le mouvement de protestation. L’Equipe Observer a récolté quelques documents produits par ces « journalistes citoyens ».

Photos prises par un étudiant à Lahore

Rehman couvre les manifestations avec son appareil photo numérique et poste ses clichés sur Flickr. Il floute les visages des manifestants pour les protéger des représailles des services de sécurité.

Vidéo publiée sur le blog « Pakistan Martial Law »

Cette vidéo a été mise en ligne par un étudiant à l’université FAST de Lahore.

La police empêchait les étudiants de sortir de leur campus.

Groupes sur Facebook

Shan Rais a créé un groupe sur Facebook appelé… Student protests for a free Pakistan. Les étudiants y discutent des événements, et partagent les derniers billets et vidéos sur les événements.


Il y a de nombreux autres groupes comme celui-là. 'We Oppose Emergency in Pakistan' est un autre exemple de groupe.

« Un sentiment d’impuissance… »

Adil Najam, blogueur des Etats-unis, s'exprime sur le sujet:

L’imposition de l’Etat d’urgence a créé un ressentiment et une frustration qui se retrouvent dans toutes les conversations des Pakistanais. (…) Ce sont bien sûr des sentiments complexes, nés d’un environnement politique complexe. Mais il existe chez les citoyens un fort désir de "faire quelque chose", tout en constatant qu’ils sont complètement impuissants. »

Dernière option pour contourner la censure : acheter une antenne satellite

Les télévisions privées sont bloquées sur le câble, mais toujours accessibles par satellite. Selon le blogueur Islamabad, les pakistanais se ruent actuellement pour acheter des antennes satellites.

Photo © Islamabad.metblogs.com

 



Fermer