Vidéo : un Britannique agressé par la police religieuse saoudienne


Un agent de la police religieuse qui bondit sur un ressortissant britannique pour le frapper : cette vidéo, qui circule depuis dimanche sur les réseaux sociaux, fait polémique en Arabie saoudite, où la police religieuse est souvent accusée d’outrepasser ses droits.

Cette courte vidéo de 9 secondes a été tournée par un passant sur le parking d’un centre commercial de Riyad. On y voit un agent de la police religieuse sauter littéralement sur un ressortissant britannique. Son épouse saoudienne s’interpose et s’accroche à son tour avec l’agent. On entend alors le Britannique crier : "C’est ma femme ! Comment osez-vous ?".


Selon plusieurs témoignages recueillis par la presse locale, l’homme s’appelle Peter Howarth. Dans un centre commercial, il a refusé d’obtempérer aux ordres de la police religieuse qui lui reprochait de se tenir, avec son épouse, dans une file d’attente réservée aux femmes. Les agents l’ont ensuite suivi à l’extérieur du centre, où a eu lieu l'altercation.

Les Saoudiens ont été nombreux à dénoncer cet "abus" de la police religieuse sur les réseaux sociaux. La polémique a pris une ampleur telle que le chef de la Commission pour la Promotion de la Vertu et la Prévention du Vice (nom officiel donné à la police religieuse), Abdel Latif al-Cheikh, a dû annoncer la suspension des agents impliqués dans l’incident et la mise en place d’une commission d’enquête.
Contributeurs

"Ils m’ont frappé à plusieurs reprises sur la tête et l’un d’eux m’a piétiné le visage"

Peter Howarth a publié son témoignage à propos de cet accrochage, survenu vendredi 29 août, sur le blog de notre Observatrice Laylah, une ressortissante finlandaise installée à Riyad. Avec son autorisation, nous en publions ici quelques extraits.

"Alors que nous étions en train de faire nos achats, nous avions déjà remarqué trois jeunes hommes qui avaient l’air de religieux et qui erraient dans les allées du magasin (…). Au moment de nous rendre en caisse, on nous a demandé de nous rendre à celle réservée aux familles (…).

On était donc devant la caissière quand les trois hommes se sont approchés et ont tenté de nous empêcher d’utiliser cette caisse. Ils nous ont harcelé pendant qu’on payait. Je leur ai demandé de nous laisser tranquille et de s’en aller. Mais ils ont continué (…).

La caissière a du intervenir pour leur expliquer qu’ont était à la bonne caisse (…). Les agents de sécurité du centre commercial sont également intervenus mais les agents n’en démordaient pas. Ils se sont mis à me pousser et à agresser verbalement mon épouse (…).

Les trois hommes nous ont ensuite poursuivi jusqu’au parking (…). J’ai demandé à ma femme de renter rapidement dans la voiture et de verrouiller les portières (…).

J’ai vu l’un des agents en train de filmer la plaque d’immatriculation de ma voiture (...). J’ai décidé à mon tour de prendre en photos des trois hommes, de telle sorte qu’on puisse les identifier si je décidais de porter plainte contre eux pour harcèlement (...).

Soudain, les trois hommes m’ont violemment attaqué. Ils m’ont jeté à terre et essayé en vain de m’arracher mon portable. Tandis que je me trouvais à terre, les trois hommes m’ont frappé à plusieurs reprises sur la tête et l’un d’eux m’a piétiné le visage.

Quand elle a vu la scène, mon épouse les a repoussés et j’ai pu me relever. Ensuite, comme le montre la vidéo, l’un d’eux s’est mis sur le capot d’une voiture et m’a sauté sur le dos (...).

Nous avons appelé la police locale, qui s'est déplacée. Mais les policiers n’ont pas voulu intervenir et nous ont dit qu’ils ne souhaitaient pas être impliqués. Nous avons alors sollicité l’aide de l’ambassade de Grande-Bretagne.

Après un moment, une voiture de l’ambassade est venue nous escorter jusqu’à chez nous (…). Le lendemain, nous avons porté plainte auprès de la police qui, cette fois, a pris l’affaire au sérieux et nous a traité avec courtoisie et respect.

Dieu merci, nous n’avons pas été gravement blessés, mais nous sommes toujours sous le choc (...). Cet incident n’altère en rien notre amour et notre loyauté envers ce pays, mais nous attendons des explications de la part des autorités.

"Je doute que les autorités décident de punir sérieusement ces hommes"

Pour notre Observatrice Laylah, cet incident risque d’écorner encore plus l’image de l’Arabie saoudite.

Je n’ai pas entendu une histoire aussi choquante sur la police religieuse saoudienne depuis longtemps.

Les supermarchés saoudiens ont commencé à introduire depuis une année des guichets distincts pour, d’un côté les familles et de l’autre, les hommes seuls (…).

Les caisses réservées aux familles peuvent accueillir aussi bien les femmes seules que celles qui sont accompagnées de leur époux ou de leurs enfants. Dans le cas du ressortissant britannique, il n’a donc rien fait de mal puisqu’il faisait la queue en compagnie de son épouse. Malgré cela, la police religieuse a décidé de faire tout un tapage (…).

En général, quand ils commettent des infractions, ces agents sont suspendus pour un certain temps, ou simplement mutés dans d’autres régions. Il n’y a pas si longtemps [octobre 2013], des agents ont été impliqués dans une course poursuite qui a entraîné la mort de deux personnes. Ils n’ont jamais vraiment été inquiétés par les autorités [La loi saoudienne ne permet pas de juger les membres de la police religieuse au pénal, ndlr].

C’est honteux que des hommes censés représenter l'islam agissent de la sorte. Par leur faute, les gens ont une mauvaise image de l’islam et de l’Arabie saoudite(…).

Mardi, la Commission pour la Promotion de la Vertu et la Prévention du Vice a rendu public le rapport rendant compte des résultats de son enquête. Le rapport indique que Peter Howarth n’a commis aucune infraction. Il ajoute que les trois agents ont commis un "parjure" dans leurs déclarations et qu’ils seront mutés hors de Riyad et seront affectés au travail administratif.

Commentaires

Même si la réaction sembler

Même si la réaction sembler très violente et exagérée, "A Rome tu fais comme chez les romains", dites vous? donc il n'avait cas obéir aux lois qui régissent ce pays. Et si il n'est pas content il part. Ici, c'est pas les hommes qu'on agresse c'est les femmes voilées... et celle qui le sont entièrement elles payent des amendes...

Même si la réaction sembler

Même si la réaction sembler très violente et exagérée, "A Rome tu fais comme chez les romains", dites vous? donc il n'avait cas obéir aux lois qui régissent ce pays. Et si il n'est pas content il part. Ici, c'est pas les hommes qu'on agresse c'est les femmes voilées... et celle qui le sont entièrement elles payent des amendes...

Quelle idée d'aller vivre en

Quelle idée d'aller vivre en Arabie Saoudite !

Pas besoin de ça pour avoir

Pas besoin de ça pour avoir une mauvaise image de l'arabie saoudite, où un véritable système apartheid règne. La police religieuse a surement pensé qu'il était inimaginable qu'un britannique soit avec une saoudienne, franchement, ce couple me fait pitié, les voir forcé de dire à la fin qu'ils aiment ce pays et qu'ils ont confiance en lui. Beurk, ça me dégoûte. Quand le pétrole ne vaudra plus rien, alors vous réaliserez dans quel enfer vous vivez, appréciez bien votre cage dorée, parce que bientôt le verni tombera.

l'argent peut nous faire des

l'argent peut nous faire des betises

comme tu le vois dans la vidéo

je trouve cela inquiétant

il viendra un temps...

Vivement que le pétrole ne soit plus la source d’énergie principale dans le monde.
La dictature des pétrodollars... personne ne dit rien ... et ils parlent de religion ... écœurant !
Tirez vous tous de ce pays. On verra ce qu'ils en feront.
Evidemment, si vous êtes là bas pour profiter de la manne financière ... on ne peut pas avoir que les avantages sans les inconvénients (le lai, le beurre, l'argent du beurre et ...).

À notre époque nous avons

À notre époque nous avons tous besoin d'argent. Tout le monde veulent être riche.
On n'est pas née de la bonne étoile
Mais la puissance de l'argent domine le monde, elle permet d'ouvrir toutes les portes
Ce que tu vois là
Ce n'est que la frime

Les autorités mondiales son impuissante face aux pétrodollars.



Fermer