"L’eau de putois", arme de puanteur massive à Jérusalem-Est

Camion de la police israélienne lançant de "l'eau de putois". Crédit : Wadi Hilweh Information Center.

Une odeur pestilentielle, qui imprègne la peau, les vêtements, les rues et persiste pendant plusieurs jours malgré douches et nettoyages : ce sont les caractéristiques de "l’eau sale". Un mélange que la police israélienne projette depuis trois semaines quasi-quotidiennement à Jérusalem-Est sur les manifestants opposés à l’intervention à Gaza, rendant au passage certains quartiers irrespirables.

En anglais, elle est surnommée "skunk water", littéralement "eau de putois", un nom qui en dit long sur l’odeur qu’elle dégage, tant l’animal est réputé pour sa puanteur. Skunk, c’est d’ailleurs le nom du produit lui-même, développé par la société israélienne Odortec, indique l’ONG de défense des droits de l’Homme B’Tselem, dans un rapport de 2012, consacré aux techniques de dispersion des foules utilisées par les forces de l’ordre israéliennes. Selon cette enquête, le produit serait composé d’eau, de levure et de bicarbonate de soude, la réaction chimique du mélange de ces deux derniers éléments créant une odeur très forte. Une odeur décrite par un journaliste de Sky News comme quelque chose "entre l’animal mort les excréments humains".

Le premier cas d’utilisation de la skunk remonte à 2008, selon B’Tselem, lors d’une manifestation palestinienne à Ni’lin. D’abord stockée dans un réservoir porté sur le dos par les forces de l’ordre, elle est désormais projetée depuis des camions, et utilisée notamment contre les manifestants qui se regroupent régulièrement dans certains villages sensibles de Cisjordanie. Et selon plusieurs témoignages, dont ceux de nos Observateurs, la skunk vient de faire son arrivée à Jérusalem-Est, où la police l’utilise régulièrement pour réprimer les manifestations quasi-quotidiennes contre l’intervention de l’armée israélienne à Gaza.

En 2013, David Ben Haroush, le responsable du développement technologique de la police israélienne avait assuré que le skunk n’était "pas toxique" et même "potable". Nos Observateurs décrivent pour leur part une substance extrêmement malodorante et qui peut causer des nausées. Alors que la procédure d’utilisation de la police israélienne stipule que seuls les manifestants doivent être visés par les canons, l’ONG Association for Civil Rights in Israel (ACRI) et des journalistes sur place rapportent qu’elle n’hésite pas à asperger aussi les murs et les passants.


Photos d'une intervention de la police israélienne usant du skunk à Jérusalem-Est. Crédit : Wadi Hilweh Information Center.

"Dans le restaurant, les gens ont été pris de nausée et certains ont vomi"

Abdallah (pseudonyme) vit à Jérusalem-Est.

J’étais courant juillet rue Salah-Eddine, une rue commerçante de Jérusalem, avec ma femme et mon petit garçon pour faire quelques courses. Une dispute a éclaté entre des policiers israéliens et quelques Palestiniens, provoquant un attroupement et des échauffourées. Subitement, un camion avec un canon à eau est arrivé.

J’avais entendu parler de "l’eau sale" avant et j’ai vite compris. J’ai filé avec ma femme et mon fils dans le premier magasin que je voyais, qui a baissé son rideau dans la foulée. Heureusement : le camion a tiré quelques secondes plus tard. Ça nous a évité d’être aspergés, car même si nous ne prenions pas part à la manifestation, le camion a tiré dans toute la rue, mouillant les maisons et les restaurants.

Le jet d’eau a notamment touché le restaurant Waari, un des plus réputés de la vieille ville de Jérusalem. Des clients qui étaient en train de manger ont été pris de nausée, d’autres ont carrément vomi. Je suis retourné rue Salah-Eddine une semaine après cet épisode pour changer un de mes achats. Croyez-moi, ça puait toujours et presque aussi fort. Beaucoup de magasins qui ont été touchés, tentent de diffuser différents désodorisants dans leur échoppe, mais du coup, l’odeur du mélange avec l’eau sale n’est pas vraiment plus supportable. Désormais, dans les rues, des gens circulent avec des mouchoirs sur le nez.

"Cette technique est inhumaine"

Ma sœur vit dans cette rue. Sa cage d’escaliers, qui avait été aspergée, sentait également toujours très fort. Elle m’a dit qu’elle avait essayé tous les produits de nettoyage possibles, du savon, du produit vaisselle, de l’eau chlorée notamment, et que rien n’y faisait. Elle a honte de recevoir des amis avec cette odeur, alors qu’elle n’y peut rien.

Cette technique est inhumaine et inéquitable. Avant on utilisait de l’eau froide ou de l’eau colorée qui faisait des tâches, c’était moins violent. Même si, tout comme avec la skunk, j’ai vu des gens être blessés par la puissance du jet. Si la police veut empêcher les gens de manifester et de se regrouper, qu’elle les disperse en les affrontant d’homme à homme, pas en balançant ce liquide comme on lance de l’insecticide.

"Les camions arrosent toute la rue, c’est une punition collective"

Mahmoud Qaraeen est chercheur pour le centre d’information de Wadi Helweh à Jérusalem.

Je suis les manifestations quasi-quotidiennes contre l’intervention à Gaza, et j’ai fini par expérimenter l’eau sale vendredi dernier, lors d’échauffourées entre des jeunes et la police. Après les échanges de pierres et de balles en caoutchouc, un camion est arrivé et a aspergé les manifestants et toute la rue.

J’ai été touché deux fois par le jet d’eau, et depuis je prends deux à trois douches par jour. Et l’odeur n’a pas encore vraiment quitté ma peau… Le terme anglais de "putois" convient bien à cette eau tellement elle pue. On ne peut pas en décrire l’odeur, mais c’est affreux. Quand les canons commencent à tirer, même si vous n’êtes pas touché, l’odeur est tellement forte qu’elle vous importune forcément. Même en vous couvrant le visage du mieux possible, vous ne pouvez pas ne pas la sentir.

Le fait d’asperger toute la rue, les murs, les portes, les enseignes de magasins, c’est une punition collective : la police n’arrive pas à attraper ceux qui lui jettent des pierres, alors elle sanctionne toutes les personnes autour. C’est un peu comme à Gaza, en moins grave, où ils tuent des civils faute de pouvoir tuer les combattants du Hamas.

Article écrit en collaboration avec Corentin Bainier (@cbainier), journaliste à France 24.

Commentaires

Ça pue on est d'accord mais

Ça pue on est d'accord mais ça reste toutefois moins dangereux et tout aussi efficace que des bombes lacrymogènes, des balles en caoutchouc voir même des matraques ou les pierres et cocktails molotovs jetés par les manifestants. On est rarement blessé par une nausée.

Quelque soit les

Quelque soit les conséquences, ce procédé est indigne d'un pays qui se revendique démocratique. La liberté d'expression, le droit de manifester sont inaliénables, un pays qui réprime les manifestations est un Etat autoritaire, c'est tout. On ne répond pas à des manifestations ainsi, sauf si l'on souhaite transformer une manifestation en émeute. L'eau de putois est un procédé vexatoire et humiliant, il est loin d'être létale bien sûr mais ça n'en fait pas un procédé acceptable

Je pense que l'homme

je pense que l'homme est entrain de perdre ce qui faisait son humanité. Pourquoi toute cette barbarie?

De tel methodes de sanction

De tel methodes de sanction collective en s'attaquant au commerce, maison et quartier arabe me rapelle tristement les methodes utiliser en Allemagne dans les annes 30 et 40...

De tel methodes de sanction

il est vrai que ce genre de comportement est inacceptable mais "me rapelle tristement les methodes utiliser en Allemagne dans les annes 30 et 40..." .... alors là j'en suis bouché bée ! vous les avez vu ces "méthodes" ??? n'importe quoi la pensée américaine dans toute sa splendeur !

Oui vous avez tout à fait

Oui vous avez tout à fait raison, il faudra d'ailleurs en parler aux dizaines de milliers de victimes d'exécutions sommaires, d'égorgement, de mutilations et autres tortures, et bientôt d'excisions en Irak et en Syrie...

Comparer cela avec les méthodes des années 30 et 40 en Allemagne... Honteux.
Triste Sire...

Je suis pas sur que vous

Je suis pas sur que vous réagisseriez comme ça si c'était votre rue qui serait prise pour cible par ces camion lanceurs ou des chasseur balançant des missiles!

Encore un pro Israélien....

Encore un pro Israélien....



Fermer