Les fausses fesses du Faso

 
Sur les marchés de Bobo-Dioulasso, elles fleurissent sur les étals, au milieu des sous-vêtements. Les prothèses en forme de postérieur se vendent comme des petits pains. Car au Burkina Faso, selon notre Observatrice, la mode est aux derrières rebondis.
 
Être stéatopyge -  avoir un postérieur charnu - est loin d’être un désavantage en Afrique de l’Ouest. Pour beaucoup il s’agit d’un signe de beauté et de fertilité. Mais si on n’est pas assez gironde, rien n’est perdu. Notre Observatrice Bassératou, blogueuse à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso, a en effet découvert qu’on pouvait maintenant acheter des prothèses de fesses sur son marché.
Contributeurs

"Ces fesses artificielles coûtent la moitié d’un salaire minimum au Burkina"

J’ai découvert ces fesses artificielles il y a quelques jours lorsque j’ai dit à une amie 'Tiens, tu as grossi ?' Elle a ri et m’a dévoilé la supercherie. J’ai ensuite un peu creusé le sujet. Ce sont des sortes de prothèses, parfois en laine, parfois en tissu, remplies avec de la mousse ou des chiffons. Il en existe aussi pour les hanches. Ces produits sont principalement confectionnés artisanalement au Mali et importés.
 
Sur le marché Sya, on en trouve de toutes les tailles, mais aussi de toutes les couleurs car les filles essaient de les assortir à leurs robes. Ça coûte entre 7 500 et 15 000 francs CFA selon la qualité [entre 11 et 22 euros, NDLR]. Pour une femme qui touche le salaire minimum, soit 36 000 francs CFA [55 euros, NDLR], c’est quasiment la moitié de ses revenus.
 
Malgré le coût élevé, les marchands sont très souvent en rupture de stock, en ce moment. Ce sont en fait des produits qui s’usent rapidement. La prothèse de mon amie par exemple, qui est de mauvaise qualité, commence à se déchirer. Il est fréquent que ces fesses artificielles ne soient utilisées que peu fréquemment avant d’être jetées.
 
Photos prises par Bassératou Kindo début mai sur le marché Sya de Bobo-Dioulasso.

"Un peu ridicule, mais mille fois mieux que des comprimés"

La mode des fesses rebondies est devenue un problème de santé publique dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, notamment au début des années 2000 lorsque des médicaments et des crèmes, présentés comme efficaces pour faire grossir le postérieur, se sont multipliés. À Abidjan se vendent par exemple des crèmes ou des pilules "C4". À Kinshasa, c’est le Deca-Durabolin, un produit destiné aux culturistes, qui est présenté comme la recette magique pour grossir. Il y a quelques années, des médecins avaient même dû communiquer sur les dangers de l’utilisation des cubes de bouillon Maggi en suppositoire, utilisés pour accumuler de la graisse...
 
Certaines filles de Bobo-Dioulasso n'hésitent pas à porter des fausses hanches en plus de fausses fesses. Photo Bassératou Kindo.
 
"Imaginez la tête de l’homme qui va découvrir la supercherie !"
 
Des médicaments similaires existent au Burkina, selon notre Observatrice.
 
Beaucoup de filles achètent sur les marchés des produits qui sont supposés faire grossir les fesses. Par exemple, la pilule Bobarabani revient à environ 1 000 francs CFA la boite [1,50 euros, NDLR]. Mais souvent les notices sont absentes. On ne connaît donc ni la posologie, ni la composition. Même si c’est un peu ridicule, je trouve que ces fesses artificielles sont mille fois mieux que des comprimés dont on connaît encore mal les effets secondaires.
 
Ce business témoigne surtout de la pression qui pèse sur les femmes. Au Burkina Faso, il y a des rendez-vous incontournables, les djandjobas, des cérémonies festives organisées durant les mariages ou les baptêmes. À ces occasions, les filles se comparent, se jugent : une fille qui n’a pas de formes généreuses sera victime de railleries. Mais franchement, imaginez la tête de l’homme qui va découvrir la supercherie lorsque la fille va se déshabiller ! Il faudrait un débat sur le sujet entre les femmes africaines.
 
Les fesses artificielles ne sont pas seulement présentes dans les étals des marchés du Burkina Faso, des reportages réalisés au cours de ces derniers mois font état de produits similaires au Sénégal ou au Togo.

Et vous, que pensez vous de ce phénomène ? N’hésitez pas à donner votre avis !
 

Commentaires

les fesses

Je pense la valeur de la femme ne dépend pas de ses fesses, Qu'on ait de gros ou de petit fesse . Cela ne veut rien dire ! l'essentiel s'est comment s'y prendre au lit. En plus
nous devions rester plus naturelle que possible pour avoir une durée de vie adéquate.Voyons les animaux ne cherchent pas a avoir une autre ressemblance que celle que Dieu leurs ont donné. Pourquoi pas nous? Le temps est si court je pense l'homme en lui même. Vive devait profiter a admirer contemple les merveilles de la vie au lieu de perdre son temps à modifier ou corriger ce que Dieu ou la nature a créé .Vivez la vie pleinement comme vous l'avez reçu c'est si simple.

Priorité

La femme africaine aura sa place dans la société seulement le jours où elle va cesser de placer le sexe au premier plan de sa vie. Ici dans mon pays la RDC et principalement à Lubumbashi je remarque que si une femme n'a pas un homme elle se sent dimunuée or il ne doit pas en être ainsi; pour être utile à la société il n'est pas nécessaire d'avoir un homme à ses côtés. Femme réveillez vous nous ne sommes pas à l'époque de l'australopithecus.

Fesses artificielles

le phénoméne des grosses fesses a un fondement dans la culture africaine. En effet dans certaines traditions et us des nos communautés la femme qui a des fesses insignifiantes n'attirent pas le regard des hommes et peut passer innaperçue alors les femmes pratiques ce qu'on appelle chez nous la technique de la gavation qui consiste à s'alimenter à longueur de journée pour prendre une forme appréciable
ce phénoméne de la gavation est trés repandue dans la communauté Djerma du Niger ou generalement la culture de la grosse fesse est au rendez vous.
Les femmes par exemple lors des ceremonies exhibent leur rondeur en public pour etre convoitée et celles qui n'en possédent pas sont en marge du groupe et sont trés souvent humiliées car certaines de femmes se plaisent à les tendre des ailes des poules bien préparées pour les sonner de se racheter et avoir des grosses fesses.
La femme qui est alaise par rapport à son derriére beneficie de la bonne viande de poulet preuve qu'elle est bien entretenue par son mari
ce nouveau phénoméne des fesses artificielles en afrique va avec cette situation décrite ici haut mais seulement il parait dangereux dans le sens de l'utilusation des produits qui ont le sait sont des mauvaises qualités et comme on dit chez nous en afrique quelqu'en soit la durée d'un arbre dans le fleuve il ne deviendra jamais crocodille. Il faut s'accepter comme on l'est et il faut relativiser les femmes minces aussi attirent la convoitise des hommes

Fausses fesses

C'est le monde à l'envers. En France on cherche à être mince, et en Afrique, c'est l’inverse.
Prendre des comprimés pour grossir, déjà pour maigrir, ça ne marche pas.
Toutes ces femmes en arrivent au même point, S ABIMER LA SANTÉ

En France, certes le cul n'a

En France, certes le cul n'a pas la même importance qu'en Afrique, mais dois-je rappeler combien de femmes passent au bistouri et dépensent des fortunes pour avoir une poitrine imposante? Autant les femmes européennes ont un complexe pour les petites poitrines, autant les africaines ont un complexe pour un petit postérieur. Les femmes ont leurs complexes, quelle que soit leur origine ethnique ou sociale.

Les hommes africains aiment

Les hommes africains aiment des femmes charnues bien en forme pendant que les hommes européens cherchent des femmes squelettes

Non mais...

C'est toi la femme squelette !

Les hommes africains aiment

C'est con de vouloir tout changer pour un homme!
Une femme mince n'est pas synonyme de femmes squelettes, c'est avec des raisonnements pareil que beaucoup de filles gâchent leur beauté naturelle pour ressembler à du n'importe quoi!! il n'y a pas que les européens qui aiment les femmes mince! sortez un peu de vos cases!

Jamais au grand jamais, je ne changerai quoi que ce soit sur moi pour un homme. s'il n'aime pas la personne que je suis, qu'il aille voir ailleurs! c'est tout simple!!

heureusement que chez nous, il y'a pas cette histoire de prothèse mammaire! silicone et autres!! enfin bon, espérons que ça reste là où ça commencer!!

Arrêtez vos clichés svp

Vous me plaisez

Je suis ravi de lire votre reaction. Mais notre monde est foutu, la majorité a toujours des choix etonnants et Il y aura toujours des gens uniques comme vous. Le qualificatif utilisé par le monsieur plus haut n'etait certainement pas le bon, mais au regard de certaines realités il n'a pas tort de dire que les Européens aiment plus les femmes minces, ce qui est vraiment le contraire en Afrique. à toute règle(permettez ce mot ici), il y a toujours une exception, je connais beaucoup d'Africains, dont je fais partie, qui preferent les femmes minces.

Les fausses fesses au Bénin

Chèrs amis, le cas est plus grave au Bénin, surtout avec cette nouvelle génération de jeunes filles. Même les vieilles femmes en portent



Fermer