Pro et anti Assad : la guerre des clips de campagne

 
La campagne électorale pour la présidentielle syrienne, prévue le 3 juin, a été officiellement lancée dimanche 11 mai. Les clips de campagne ont d’ores et déjà fait leur apparition sur les réseaux sociaux, où une bataille de propagande et de sarcasmes fait rage entre partisans et opposants à Bachar al-Assad. 
 
Si le président syrien est pratiquement assuré de remporter ce scrutin, le taux de participation demeure l’un des enjeux principaux de cette élection. Bachar al-Assad devra démontrer qu’il bénéficie d’un large soutien populaire alors que le pays est ravagé par trois ans de guerre.
 
Pour convaincre la population de se rendre en masse aux urnes, le pouvoir s’appuie notamment sur les artistes qui lui sont acquis. Sous le titre "La Syrie vote", une campagne de clips vidéo a été lancée récemment sur la chaîne Sama, proche du régime. On y voit des chanteurs et comédiens expliquer, sur fond de musique épique et de paysages verdoyants, qu’il faut voter pour la "liberté" et la "sécurité" du peuple syrien.
 
Le comédien Wael Charaf.
 
En réponse, des opposants syriens en exil ont lancé une contre-campagne sarcastique sur les réseaux sociaux, sous le titre "Baisse ta voix". Dans des parodies de clips de campagne, les participants appellent les Syriens vivant dans les régions contrôlées par le pouvoir – les seules zones concernées par le vote - à boycotter cette élection considérée comme "une nouvelle mascarade visant à légitimer Bachar al-Assad au pouvoir". Dans ces vidéos, les paysages naturels ont laissé place aux images de villes en ruines. Et, sur un ton humoristique, les intervenants exhortent les Syriens à voter s’ils veulent la "disparition des opposants", être dirigés par une "main de fer", ou encore s’ils souhaitent la "destruction" du pays.
 
 
"Votez, si vous cherchez à être étouffés"
 
 
"Votez pour la main de fer !"
 
 
"Va voter espèce de bourrique !"
 
 
Ces vidéos humoristiques, réalisées par des jeunes militants à visage découvert mais sans révéler leur identité, sont rassemblées sur la page Facebook de la campagne. Elle a récolté plus de 7 000 likes depuis son lancement, le 30 avril.
 
Lors de cette élection, Bachar al-Assad sera opposé à deux candidats, Maher al-Hajjar, un député indépendant et ancien membre du parti communiste, et Hassan al-Nouri, un homme d'affaires qui a été membre d'une formation de l'opposition tolérée par le régime.
 
À plusieurs reprises, l'ONU a appelé Damas à renoncer à l’organisation du scrutin dans le contexte actuel. Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a notamment affirmé que ces élections seraient "incompatibles" avec le plan d'action. Adopté en 2012 lors de la première conférence de paix, il appelle à la formation d'un gouvernement de transition pour préparer des élections libres et équitables.
 
 
Contributeurs


Fermer