Plusieurs vidéos de fraude électorale présumée en Afghanistan

Capture d'écran de la première vidéo ci-dessous. 
 
 
Depuis plusieurs jours, des vidéos amateur qui semblent montrer des fraudes survenues lors du scrutin électoral en Afghanistan samedi dernier circulent sur les réseaux sociaux. Certaines montrent des personnes remplissant à la chaîne des piles de bulletins. Il est difficile de prouver que ces derniers ont effectivement été décomptés, mais d’après plusieurs de nos Observateurs afghans, ces documents compromettants sont crédibles.
 
Cette première vidéo (ci-dessous) montre plusieurs personnes, qui parlent pachtoune, cochant des dizaines de bulletins de vote. Un homme dit, "Vite, vite, votez beaucoup pour Ashraf Ghani [Ahmadzai]" - l’ancien ministre des finances afghan et candidat à la présidentielle. Un autre se plaint : "Il y a tellement de travail !" Un troisième répond, "Ne t’inquiète pas, tu seras payé en dollars." Le plus jeune s’exclame, "Bien sûr, on ne travaille pas juste pour Dieu !"
 
 
Certains internautes se demandent s’il pourrait s’agir d’une mise en scène pour discréditer Ashraf Ghani Ahmadzai. Mais pour Sara (pseudonyme), une observatrice électorale étrangère pour le scrutin afghan, la vidéo parait authentique. Elle a toutefois préféré rester anonyme.
 
Tout le matériel de vote que l’ont voit  – les bulletins, les tampons, les urnes – est le même que celui utilisé dans les bureaux de vote. Les bulletins verts sont ceux des élections provinciales, et les bleus sont pour l’élection présidentielle. Il y a une seconde étape du vote que l’ont ne voit pas dans cette vidéo, celle où il faut remplir la liste des votants, mais il est bien sûr possible qu’ils aient tourner la scène ailleurs.

Ces personnes semblent cocher des noms de différents candidats, peut-être pour avoir l’air plus authentique. Cela dit, s’il y a une enquête, je pense qu’on pourrait repérer la fraude en comparant les marques qu’ils apposent sur les bulletins.
 
Ils auraient pu se procurer ce matériel de différentes façons, en particulier s’ils sont dans une des nombreuses provinces de l’Afghanistan où la sécurité est déficiente, et où la Commission électorale indépendante [l’organisme chargé du bon déroulement du scrutin] a du mal à inspecter les bureaux. Le matériel électoral est parfois saisi par la force, ou, plus souvent, dérobé parce qu’il a été laissé sans surveillance.
 
Cette deuxième vidéo se déroule à l’extérieur, dans un endroit inconnu.
 
 
L’analyse de Sara :
 
Cette vidéo semble montrer un bureau de vote installé le long d’une route. Des hommes votent apparemment dans l’isoloir, à droite. D’autres portent des gilets bleu clair qui indiquent qu’ils travaillent pour la Commission électorale indépendante. Les urnes, les bulletins, tout est authentique. Et on voit des hommes, sans gilet, qui sont assis par terre et qui semblent bien être en train de cocher de multiples bulletins de vote.
 
La troisième vidéo montre un groupe d’hommes attroupés autour d’une pile de bulletins de vote, sur le bord d’une route. Un des hommes explique qu’ils se trouvent à Zourabi, dans la région de Kiligai (province de Baghlan), et que cette scène se déroule le lendemain de la journée de vote. Il dit que des citoyens ont appréhendé un homme transportant des centaines de bulletins de vote, et qu’ils l’ont remis à la police. L’homme dit que tous les bulletins ont été remplis au nom du même candidat, et montre plusieurs exemples.
 
 
Cette dernière vidéo fait état d’une entorse plus subtile au règlement électoral. Un journaliste interpelle une candidate au Parlement, Latifeh Saeedi, et l’accuse de demander à des électeurs de voter pour son parti à l’intérieur d’un bureau de vote à Takhar (nord du pays) ce qui est contraire à la loi. Elle reconnaît d’ailleurs les faits.
 
 
Alors que le décompte des votes est toujours en cours, tous les candidats de poids dans l’élection présidentielle ont déjà dénoncé des fraudes. Hashmat Karzaî, le cousin du présidant sortant Hamid Karzaî, a annoncé que ses observateurs électoraux avait rassemblé plus de 20 vidéos amateur montrant des fraudes, et qu’il les avait envoyées directement à la Commission des plaintes électorales.
 
Le président de cette commission, Abdul Satar Sadaat, a indiqué que des fraudes avaient bien eu lieu pendant ce scrutin "et pas en petit nombre". Il a aussi déclaré que la plupart des plaintes portaient sur les agissements des personnes tenant les bureaux de vote. La commission a reçu plus de 3 000 plaintes, et compte en traiter environ la moitié.
Contributeurs

"Le gouvernement a imprimé trop de bulletins, ce qui rend la tâche plus facile pour les fraudeurs"

Selon notre Observateur Haseeb Motaref, un défenseur des droits de l’Homme afghan qui travaille pour le Forum des élections libres et justes (FEFA), ces vidéos ne sont que la face émergée de l’iceberg.
 
Bien que nous n’ayons pas encore pu confirmer la véracité des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, nos 10 000 observateurs électoraux, qui ont été déployés dans le pays entier, nous ont rapporté de nombreuses fraudes. Il y en a moins, tout de même, que pendant les élections de 2009, époque où il y avait moins de contrôles. Un problème majeur, c’est que le gouvernement a imprimé 14 millions de bulletins de vote, ce qui est beaucoup plus que le nombre d'électeurs en Afghanistan. [Environ 7 millions de personnes auraient voté samedi dernier]. Ce volume de bulletins inutilisés rend la tâche plus facile pour les fraudeurs.

Nous demandons à la Commission des plaintes électorales de mener une enquête sur toutes les vidéos de fraudes présumées qui circulent sur Internet. Je pense qu’ils vont vraiment le faire, car l’un des membres les plus prééminents de cette commission, Aziz Ariafar, a déjà publié plusieurs de ces vidéos sur son compte Facebook personnel, et promis de les vérifier.
 
 


Fermer