Les billets qataris indésirables en Arabie saoudite ?

Capture d'écran d'une vidéo montrant un pompiste en Arabie Saoudite qui refuse d'encaisser en monnaie qatarie. 
 
Les tensions diplomatiques entre le Qatar et ses voisins du Golfe commencent à se répercuter sur les citoyens qataris. Sur ces images, un Qatari en déplacement en Arabie saoudite se voit refuser de payer dans sa monnaie à une station service, comme il l’a pourtant toujours fait.
 
La vidéo a été postée dimanche 16 mars sur YouTube. Elle montre une discussion entre un conducteur qatari et l’employé d’une station service dans la région d’al-Ahsa, selon la presse locale, dans le sud-est de l’Arabie saoudite. Au moment de payer, le conducteur tend un billet de 50 riyals qataris au pompiste. "Je ne prends plus d’argent qatari", répond celui-ci en repoussant le billet. Il explique au chauffeur que la station n’encaisse plus en monnaie du Qatar depuis quatre jours, et ce sur instruction du responsable.
 
L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Bahreïn sont en froid avec le Qatar, qu’ils accusent de soutenir le mouvement des Frères musulmans, notamment en Égypte. Le 6 mars dernier, les trois pays ont décidé conjointement de sanctionner le royaume en rappelant leurs ambassadeurs. "Le problème, c’est que c’est maintenant le peuple qui trinque", déplore le conducteur en rangeant son billet.
 
À 0’22’’
Le conducteur : "Tiens."
Le pompiste : "Je ne prends pas l’argent qatari."
Conducteur : "Tu ne prends l’argent qatari ? Pourquoi ?"
Pompiste : "C’est fini, c’est fini."
Conducteur : "Depuis quand ?"
Pompiste : "Depuis quatre jours."
Conducteur : "Quatre jours ? À cause de ce problème, hein ?"
Pompiste : "Tu es en train de filmer là ?"
Conducteur : "Mais quel est le problème ?"
Pompiste : "Le problème, c’est que le directeur nous a dit de ne rien prendre."
Conducteur : "Pas d’argent qatari ?"
Pompiste : "Pas d’argent qatari."
Conducteur : "Le problème, c’est que maintenant c’est le peuple qui trinque !"
 
Notre Observateur en Arabie saoudite, Mohammed al-Saeedi, explique que l’utilisation du riyal qatari est d’habitude très répandue dans la région d’al-Ahsa.
  
Doha, la capitale du Qatar, est distante de seulement 200 kilomètres de la ville d’al-Ahsa. Les ressortissants qataris sont nombreux à se rendre régulièrement dans cette région, notamment le week-end, pour faire leurs emplettes, car les centres commerciaux ici sont moins chers qu’au Qatar. Les stations services, les grands magasins et les hôtels acceptent d’habitude sans rechigner la monnaie du Qatar, d’autant plus qu’elle est plus forte que la monnaie locale.
L’incident de la station service n’est pas isolé.
 
Hamad (pseudonyme) est un homme d’affaires Qatari qui voyage régulièrement en Arabie Saoudite. Il a réclamé l’anonymat car il craint d’être interdit d’entrée dans le pays.
  
Je me suis rendu avant-hier à l’aéroport de Dammam (est) pour voyager. Quand j’ai voulu payer le parking, l’employé a refusé de m’encaisser en monnaie qatarie, comme j’avais l’habitude de le faire jusqu’ici. Intrigué, je lui ai demandé pourquoi et il m’a juste dit : "la banque refusera de prendre cet argent". Je suis inquiet et j’espère que cette crise ne va pas affecter les hommes d’affaire qui, comme moi, ont investi beaucoup d’argent en Arabie Saoudite.
 
De leurs côtés, les autorités saoudiennes assurent que les échanges commerciaux sont stables avec le Qatar malgré la crise. Mais elles ont beau répéter que le Riyal qatari reste admis dans les commerces, elles n’arrivent pas à rassurer les commerçants qui se montrent de plus en plus inquiets. La presse locale raconte qu’une rumeur faisant état du refus des bureaux de change de convertir le Riyal qatari, a suscité un vent de panique chez les vendeurs d’un grand centre commercial de Médine, qui ont rejeté massivement les paiements dans cette monnaie…
 
 
 
 


Fermer