Vague de solidarité pour les soldats iraniens otages de djihadistes

Photomontage de la photo des otages publiée sur Twitter par le compte des insurgés Jaish al-Adl.
 
Le 8 février, les photos de cinq soldats iraniens retenus en otage ont été postées sur les réseaux sociaux, provoquant la colère de nombre d’Internautes. Elles ont été publiées sur le compte Twitter et le blog des insurgés sunnites du Jaish al-Adl (l’armée de la Justice), un groupe de fondamentalistes religieux implanté à la frontière entre le Pakistan et l’Iran, qui avaient revendiqué la prise d’otages.
 
 
Sur les images, les soldats sont photographiés devant une banderole sur laquelle est inscrite la profession de foi de l’islam "Il n'y a de divinité digne d'adoration qu'Allah et Mahomet est son messager ". Une phrase inscrite aussi sur les drapeaux des membres du groupe Al-Qaïda. Sous le sabre, ils ont signé : "Armée de la justice d’Iran".
 
 
D’après les autorités iraniennes, les soldats se trouvaient sur cette zone dans le cadre de leur service militaire, qu'ils effectuaient dans le corps des gardes-frontières. Ci-dessus, une internaute s'indigne : "Je ne comprends pas pourquoi ils doivent servir dans des endroits aussi dangereux." En effet, la frontière entre le Pakistan et l'Iran est gangrénée par le trafic de drogues et les groupes armés.
 
 
En réaction à cette prise d'otages, les internautes iraniens ont pris d’assaut le hashtag #FreeIranianSoldiers pour attirer l’attention sur le sort des soldats et dénoncer les violences. Ci-dessus, une internaute écrit  "#FreeIranianSoldiers, nous voyons les soldats comme nos frères et non pas comme les forces du régime. Ils defendent leur peuple".
 
 
D’autres internautes ont dénoncé la passivité du site de microblogging Twitter face à cette opération de communication menée par un groupe terroriste : "@twitter c'est une honte que Twitter permette à des terroristes d'exposer aussi ouvertement des photos d'otages" explique un twittos ci-dessus. Selon un de nos Observateurs en Iran, les internautes ont en revanche réussi à faire fermer la version persane de la page Facebook du groupe Jaish al-Adl. Elle existe en revanche toujours en arabe.
 
Le groupe d’insurgés balouche Jaish al-Adl a été créé il y a environ un an et défend une idéologique fondamentaliste de l’Islam sunnite, ainsi que l’autonomie vis-à-vis du gouvernement iranien, pays à majorité chiite. Téhéran le qualifie de groupe "terroriste". Ses membres, dont seulement une partie sont iraniens, opèrent principalement dans la zone du Sistan et Balouchistan, une véritable plaque tournante du trafic de drogues venus d’Afghanistan et du Pakistan voisins.
Contributeurs


Fermer