Montre-moi ta barbe et je te dirai qui tu es

Religieux pakistanais dont la barbe est teinte au henné.
 
Qu’elle soit longue, taillée ou teinte, portée par conviction religieuse ou comme simple attribut de mode et de séduction,  la barbe, dans les pays du monde arabe, en dit souvent long sur l’identité de chacun. Pour comprendre ce que chaque barbe signifie, nos Observateurs ont passé au peigne fin les différents styles de pilosité dans leurs pays respectifs.
 
Vous aussi, dites-nous comment on porte la barbe chez vous en envoyant vos témoignages et vos photos à observers@france24.com.
 

"La barbe longue et hirsute était portée hier par les gauchistes, aujourd’hui par les islamistes"

Saïd Djabelkhir est islamologue. Il vit à Boufarik, à 30 kilomètres d’Alger (Algérie).
 
En Algérie, dans les années 1960-1970, la barbe était surtout portée par les sympathisants d’extrême gauche. Elle était souvent longue et hirsute. A la fin des années 1970, avec l’avènement de l’idéologie islamiste, de nombreux hommes se sont aussi mis à l’adopter parce que le prophète Mahomet en portait une et qu’il fallait faire comme lui. Sur ce sujet, les oulémas (autorités religieuses) sont partagés. Une partie d’entre eux affirme que le port de la barbe ne constitue pas une obligation religieuse, arguant que le Prophète la portait seulement parce que c’était la coutume.
 
Certains textes religieux préconisent aussi de se raser juste la moustache. Une particularité qui laisse libre cours à toutes les interprétations, la plus répandue consistant à dire que c’était pour se distinguer des juifs à l’époque. Chez les Frères musulmans, qui comptent une section en Algérie, la barbe doit être courte et taillée. C’est un signe de distinction qui leur permet de mieux se fondre dans la société. Cela leur confère aussi une image d’hommes modérés.
 
N’oublions pas de citer la moustache, qui était sacrée jusque dans les années 1980 en Algérie. Elle a progressivement disparu le jour où le président Chadli Bendjedid [au pouvoir de 1983 à 1992] se l’est rasée. Au départ, ce choix a suscité l’étonnement et quelques moqueries parmi la population car en Algérie un dicton dit qu’un homme qui ne porte pas de moustache est cocu. Mais peu à peu, certains se sont mis à l’imiter : sa garde rapprochée d’abord, puis quelques notables, les universitaires, les intellectuels…
 
Aujourd’hui, la barbe est à la mode, notamment chez les jeunes. Ils la laissent, pousser quelques jours, la rasent puis la relaissent pousser. Cela ne répond à aucun précepte, c’est juste une histoire de look.
 

"Quand je sors avec mes amis, on parie pour savoir qui se cache derrière telle barbe"

Selim Ben Cheikh enseigne les arts plastiques à Tunis (Tunisie).
 
Actuellement, la barbe est très populaire chez les jeunes, en général issus de milieux favorisés, éduqués et engagés dans diverses causes (Droits de l’homme, droit des femmes, etc.). Parmi eux, certains ont été contaminés par le phénomène hipster. Ils sont visibles entre mille avec leur grosse barbe fournie et leurs fringues à la mode.
 
Photo postée sur la page Facebook d'Ayoub Jaouadi, militant d'extrême gauche tunisien.
 
Particulièrement sous Ben Ali [président de la République de 1987 à 2011, ndlr], la barbe ou l’absence de barbe était un indicateur de la catégorie sociale à laquelle on appartenait. Lui, par exemple, se rasait tous les jours. La plupart des universitaires et médecins aussi. En revanche, elle était déjà très présente dans les cercles religieux.
 
On le sait, la barbe est un code. Elle a une signification sociologique. Elle vous dit souvent à qui vous avez affaire avant même d’engager la conversation. Quand je sors avec mes amis, on s’amuse à faire des paris pour savoir qui se cache derrière telle barbe.
 

"Dans les rues du Caire, la mode est au bouc qu’on appelle ‘’Douglas’’"

Ayman Ashraf est enseignant au Caire.
 
En Égypte, les styles de barbe varient selon l’appartenance religieuse. Les salafistes, chez qui la barbe est obligatoire, elle est très longue et se porte souvent sans moustache. Certains d’entre eux se la teignent au henné [une teinte allant du rouge foncé à l’orange, ndlr] en hommage au prophète Mahomet.
 
Chez les Frères Musulmans, c’est beaucoup plus flexible car chacun est libre de porter ou non la barbe. Ceux qui en ont une en prennent vraiment soin. Souvent, elle est taillée à la perfection car elle est censée mettre en valeur le visage. Si la démarche est avant tout religieuse, elle est aussi le signe d’une certaine coquetterie.
 
Mohamed Morsi, ancien président égyptien issu du mouvement des Frères Musulmans.
 
Les membres du clergé copte portent eux aussi une barbe très longue mais avec une moustache.
 
Évidemment, la barbe n’est pas l’apanage des religieux. Dans la société civile, nombreux sont ceux à arborer tout type de barbe. En ce moment, dans les rues du Caire, la mode est au bouc. Les jeunes le porte avec ou sans moustache. On l’appelle le "Douglas" car pour nous, ça renvoie aux films américains.
 
Prêtre copte en tenue. Photo postée sur Twitter.

"La barbe, chez les jeunes saoudiens, c’est selon l’envie du moment"

Mohammad Alsaeedi vit à Qatif en Arabie Saoudite.
 
Chez les wahhabites [le wahhabisme est une vision rigoriste de l’islam sunnite et constitue l’idéologie d’État officielle en Arabie Saoudite, ndlr], la tradition consiste à se laisser pousser la barbe car elle est un symbole de foi et de respect du Prophète. Chez nos leaders politiques, on la retrouve souvent sous forme de barbichette accompagnée d’une moustache. Parfois, ils portent tout simplement une longue barbe.
 
La barbe touffue, telle qu'elle peut être portée dans les pays du Golfe. Photo postée sur Flickr.
 
Au sein de la minorité chiite à laquelle j’appartiens, elle est notamment synonyme de respect. Mais ce sont surtout les vieux croyants et les membres du clergé qui la portent. En ce qui me concerne et à l’instar de mes amis et de nombreux jeunes Saoudiens, c’est selon l’envie du moment. Je peux aussi bien arborer un bouc fin et taillé de très près - c’est propre et très à la mode – que me raser intégralement.
 
Le Saoudien Mohammad Alsaeedi a opté pour le bouc bien taillé.
 
Pour le roi Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud d'Arabie Saoudite, c'est moustache et barbichette.

"Tout le monde porte la barbe si bien qu’on ne sait plus qui est qui"

Ali Fakhry est un militant des Droits de l’homme libanais. Il vit à Beyrouth.
 
Au Liban, plus particulièrement dans les grandes villes, la barbe est très à la mode. Tous les jeunes la portent si bien qu’il est parfois difficile de savoir à quelle confession appartient telle ou telle personne.
 
Cette confusion entre barbus est à l’origine d’une histoire tristement ironique. Il y a quelques jours, le rappeur libanais Hussein Charafeddine, alias Double A the Preacherman, a été arrêté par les forces de sécurité qui l’avaient confondu avec un kamikaze, au lendemain d’un attentat terroriste. Son seul tort était sa barbe foisonnante.
 
Le rappeur Double A, après sa libération. Photo postée sur sa page Twitter.
 
Dans les années 1980-1990, quasiment seuls les religieux portaient la barbe. Bien sûr, on remarque quand même quelques différences d’une barbe à l’autre. Les salafistes la portent très longue et sans moustache.
 
Un salafiste égyptien qui porte la barbe sans la moustache.

Les jeunes à la mode porte la ‘’frenchie ‘’ barbe

Awab Alvi est dentiste à Karachi.
 
Il n’y a pas de règles à proprement parler au Pakistan concernant la barbe mais on peut dégager quand même trois familles. La première concerne la barbe portée par les religieux. Sa longueur est variable mais celle-ci ne doit pas être trop courte. L’aspect barbe de trois ou quatre jours est par exemple banni. Ensuite, il y a la famille des petites barbichettes dont les représentants sont à mi-chemin entre les normes islamiques et la mode à l’occidentale. Enfin, il y a celle dans laquelle on ne trouve que des jeunes branchés vivant dans les grandes villes qui arborent très souvent la ‘frenchie’’ barbe, un bouc très bien taillé dont l’origine du nom reste un mystère.
Un homme porte la barbe longue et taillée à l'extrême nord du Pakistan. Photo postée sur Flickr.
 

Commentaires

L'origine encore inconnue?!

L'origine encore inconnue?! Mais enfin les amis vous avez jamais regardez un bouc?!!

Loin d'être un animal pratiquant la théologie il n en demeure pas moins qu'il dispose d'une barbe également...Je suis pas éleveur de chèvres et je suis surpris de voir que certains sont passés à côté de ca....

nt: merci france 24 d'avoir corrigé la faute sous une des photos avec le commentaire suivant: un mateur (et pas un amateur) de bouc à la française....

J'avais pourtant été sensible à cette pointe d'humour inattendue!!!

Merci à vous et vive l'année de la chèvre....

Oui mais

il semble clair que le rédacteur fait référence à l'appellation "frenchie" dudit bouc, qui elle, est apparemment mystérieuse pour l'informateur cité.



Fermer