Vidéo : l’armée israélienne complice des violences des colons ?

À gauche, un soldat israélien armé et à sa droite un colon qui jette des pierres en direction du village.
 
Sur cette vidéo amateur filmée début janvier, des colons israéliens s’en prennent à coups de pierres à un village de Cisjordanie. Chargés de sécuriser la zone, les soldats de l’armée israélienne ne font pourtant rien pour empêcher les colons cagoulés de s’attaquer aux bâtiments du village.
 
B’Tselem, l’organisation israélienne de défense des droits de l’Homme qui a diffusé la vidéo, explique que cet incident a eu lieu le 6 janvier dans le village d’Urif, près de Naplouse, et a duré une cinquantaine de minutes. Sur les images filmées par un habitant du village palestinien, un groupe de colons, visages masqués, s’attaque à coups de pierres à des maisons palestiniennes, avant de monter sur une colline où sont parqués plusieurs véhicules de l’armée israélienne. Les assaillants ne sont à aucun moment inquiétés.
 
Vidéo filmée par Osama Safadi  et postée par B'Tselem.
 
Contacté par FRANCE 24, un porte-parole des Forces de défense israéliennes a affirmé que, selon une enquête préliminaire, "les militaires présents n’ont pas réagi de manière appropriée à la situation". Il a ajouté que les Forces de défense sont effectivement supposées "prévenir les actions menées par des activistes masqués, faire un rapport et en référer à la police". Il a également évoqué que ce règlement sera rappelé afin que ce genre d’incidents n’ait plus lieu.
 

"Les soldats n’ont fait que regarder jusqu'au moment où les Palestiniens ont riposté"

Ossama Safadi est un villageois d’Urif. Il a filmé la scène avec une caméra fournie par B’Tselem.
 
Les assaillants sont venus de la colonie voisine de Yizhar. Quand ils sont arrivés aux abords de notre village, ils étaient accompagnés de militaires israéliens [sur la vidéo, les soldats n'arrivent pas avec les colons mais ils repartent avec eux, NDLR]. Les soldats sont basés en bas de la colline, qui sépare Urif de cette colonie.
 
Il n’y avait pas de raison apparente à cette attaque, qui n’est d’ailleurs pas la première. Urif comme d’autres villages alentours est régulièrement ciblé par des colons. Ce jour-là, ils ont commencé à lancer des pierres sur des maisons et sur une école, tout en restant à l’extérieur du village. Comme toujours, l’armée israélienne n’a rien fait pour les en empêcher. Les soldats sont restés là à regarder jusqu'au moment où les Palestiniens ont riposté. C’est là qu’ils ont réagi… pour défendre les colons ! Ils ont répondu en faisant usage de gaz lacrymogènes contre les villageois.
 
Nous avons appelé les membres de COGAT [Coordinator of Government Activities in the Territories, une unité chargée de faire la médiation entre les colons et la population palestinienne en Cisjordanie et à Gaza, NDLR] qui sont intervenus pour ramener le calme mais sans sanctionner les colons. Nous avons à plusieurs reprises filmé ce genre d’attaques et nous avons donné au COGAT des vidéos qui montrent que l’armée ne fait pas son travail. À chaque fois, on nous promet une enquête mais les choses ne vont jamais plus loin.
 
 
Ces affrontements entre Palestiniens et colons sont fréquents dans les territoires occupés. La semaine dernière, un groupe de Palestiniens avait enlevé et battu plusieurs colons, les accusant d’avoir attaqué des fermiers locaux. Par ailleurs, les forces de défense israéliennes ont elles-mêmes été visées par des attaques : vendredi dernier, des personnes non-identifiées ont crevé les pneus d’un officier supérieur de l’armée en visite à la colonie de Yizhar.

"Comment ne pas conclure que l’armée venait pour assurer la sécurité des colons ?"

Sarit Michaeli est une activiste israélienne, porte-parole de B’Tselem.
 
Si nous avons l’habitude de voir les soldats agir dans l’intérêt des colons, il est rare d’avoir une vidéo aussi éloquente que celle d’Ossama. Comment ne pas conclure que l’armée était là pour assurer leur sécurité ? On les voit d’ailleurs clairement marcher entre les véhicules des militaires et à aucun moment les soldats essaient de connaître leur identité ou de les arrêter.
 
Pourtant, il est du devoir de l’armée, dans ce genre de situations, de protéger à la fois les colons et les Palestiniens de Cisjordanie. La sécurité dans cette zone relève de la responsabilité des forces de sécurité israéliennes [d’après les accords d’Oslo, le village d’Urif fait partie de la "zone B" dont la sécurité doit être assurée par l’armée israélienne, NDLR].
 
Les soldats obéissent à des ordres. Ce déplacement, ainsi que ses modalités, a donc probablement été décidé par des supérieurs pour différentes raisons. Certains soldats israéliens sont d’ailleurs eux-mêmes des colons ou, du moins, soutiennent ces derniers [plus de 540 000 Israéliens vivent dans les colonies, ce qui représente près de 4 % de l’électorat. Et le service militaire est obligatoire sauf rares exceptions, NDLR]. Cela biaise donc la situation. De plus, certaines bases militaires se trouvent à l’intérieur des colonies afin d’en assurer la protection, les soldats sont donc régulièrement en contact avec les habitants. Enfin, les colons israéliens représentent un puissant lobby politique et chaque officier qui veut faire carrière dans l’armée devra donc réfléchir à deux fois avant de se les mettre à dos. 
 
De manière générale, ce genre d’attaques crée délibérément un climat de peur et de violence dont l’objectif est, selon moi, d’élargir la sphère d’influence de la colonie. Et les autorités israéliennes, en déplaçant les Palestiniens qui habitent aux alentours des colonies et en mettant en place des zones spéciales de sécurité, encouragent cette stratégie d’expansion. [Selon un rapport de l’ONU, des terres saisies aux Palestiniens ont été transformées en "zone tampon" autour des colonies et parfois même placées sous juridiction israélienne, NDLR.]
 
 
Sur cette capture d'écran de la vidéo, un homme au visage dissimulé passe à côté des véhicules de l'armée israélienne.
 
Cet article a été écrit avec la collaboration d'Andrew Hilliar (@andyhilliar), journaliste à FRANCE 24.


Fermer