Percer "le mystère nord-coréen" en photos

La plage Galma, en Corée du nord. La version en 360° est disponible ici.
 
Un Singapourien s’est mis en tête de photographier la Corée du Nord dans ses moindres recoins. Pour ce faire, il utilise un système de prise de vue à 360°. Il est parvenu à photographier des évènements officiels, des monuments, des hôtels, une plage... Les autorités du pays le plus fermé du monde le laissent faire. Mais pour combien de temps ?
 
À l’automne dernier, Aram Pan, originaire de Singapour, a été autorisé à se rendre en Corée du Nord. Sur place, il a pu photographier plusieurs lieux grâce à une technique qui permet ensuite de naviguer dans l’image et d’avoir en tous points une vision à 360° du lieu. Les plus enthousiastes parlent déjà du projet "DPRK 360° Project" comme d’un “Google street view” nord coréen. Le photographe explique sur son site que son travail ne cherche pas aborder les sujets politiques sensibles, mais plutôt à encourager le public à s’intéresser au pays et à "percer ses mystères".
 
Son travail montre que malgré les restrictions drastiques imposés à la liberté d’expression en Corée du Nord, une certaine couverture apolitique du pays est aujourd’hui tolérée.  
 
Contributeurs

"Beaucoup diront que ce n’est pas l’entière réalité, mais actuellement, avons-nous d’autres moyens de connaître ce pays"

Avant de partir, j’ai peu a peu gagné la confiance de certains Nord-Coréens à l’étranger, mais aussi dans le pays, bien que ces derniers soient difficiles à joindre. Il ne s’agit pas de hauts responsables, mais de gens normaux. Ceux que j’ai rencontrés à l’étranger ont d’ailleurs des vies simples, leurs enfants vont dans les mêmes écoles que les nôtres.
 
Je n’ai eu aucun mal à obtenir une autorisation. D’ailleurs, ces derniers temps, il est plus facile de se rendre dans le pays. Des centaines de personnes à Singapour, en Malaisie ou en Thaïlande ont déjà visité la Corée du Nord. Les Malaisiens n’ont d’ailleurs même pas besoin de visa pour s’y rendre.  J’ai croisé des dizaines d’entre eux en voyage touristique au palais du Soleil de Kumsusan [ancienne résidence de Kim Il-sung].
 
La tour du Juche à Pyongyang. Cliquez sur la photo pour naviguer dans l'image.
 
Sur place, ma seule restriction était de ne pas photographier de personnel, d’équipement ou d’installations militaires [La Corée du Nord est le pays le plus militarisé du monde proportionnellement à sa population.]. À part cela, les autorités ne se sont pas montrées particulièrement inquiètes. J’ai même été autorisé à dévier de l’itinéraire établi pour me rendre sur une plage. Et quand nous en avions le temps, j’ai pu me balader dans les rues au milieu de la population avec mes guides. [Les touristes sont généralement accompagnés de "guides" chargés de surveiller leurs déplacements].  
 
Mangyongdae Childrens Palace rassemble les enfants les plus doués du pays dans différentes disciplines.
 
 
"J’ai commencé par me concentrer sur les éléments qui sont une source de fierté pour le pays"
 
Mon objectif est de plonger au cœur du pays et de photographier la vie de tous les jours. Et pour avoir accès à cela, j’essaie d’abord de prouver la sincérité de ma démarche. Si tout ce passe bien, je compte y retourner souvent. J’ai donc commencé par me concentrer sur les éléments qui sont une source de fierté pour le pays, des parcs, des monuments qui font partie des programmes touristiques. Actuellement, j’attends le OK de Pyongyang pour un second voyage au printemps. Je me concentrerai davantage sur les coins plus reculés.
 
La station de métro Puhung est le terminus de la ligne Chollima ouverte en avril 1987.
 
"Sur place, les gens que j’ai vu donnent l’impression de se dire que la vie continue"
 
On peut résumer en quelques mots l’image médiatique actuelle du pays : Kim Jong-un, des soldats, des blindés, Jang Song-thaek [oncle du chef d’État accusé de traîtrise et exécuté en décembre] ou encore Dennis Rodman ! Mais la Corée du Nord, ce n’est pas que cela. Si un jour ce pays devait être économiquement intégré au reste du monde, nous devons essayer de voir plus loin que les questions politiques. Mes photos tentent de donner au public cette impression qu’il est sur place. Beaucoup diront que ce n’est pas l’entière réalité, mais actuellement, avons-nous d’autres moyens de connaître ce pays ?
 
Ce qui m’a surpris c’est que sur place, la vie continue. D’ailleurs, la grande majorité de la population n’a d’ailleurs aucune idée de l’image du pays à l’étranger. Ceux que j’ai vus sont davantage intéressés par le dernier smartphone ou encore la bière qu’ils se paieront à la fin de la journée.
 
Le mont Kumgang, un des sites touristiques de Corée du nord.


Fermer