Mendoza, trop chaud pour un ours polaire

Capture d'écran de la vidéo ci-dessous.

Arturo est un ours polaire de 28 ans vivant dans le parc zoologique de Mendoza, en Argentine. Depuis quelques mois, des militants écologistes se mobilisent pour le sortir de là, car selon eux l’animal ne pourrait plus supporter la chaleur du pays. Et bien qu’un parc zoologique canadien se soit proposé pour l’accueillir, les autorités locales ne se décident toujours pas à le laisser partir.
 
Selon les administrateurs du zoo argentin, l’ours Arturo est né en captivité aux États-Unis, puis il a passé 20 ans dans le parc de Mendoza, dont il est le seul ours polaire. Des militants écologistes ont publié des vidéos sur Internet montrant ses conditions de vie. Ils ont également organisé une pétition pour demander à la direction du parc zoologique de le laisser partir au Canada. Malgré tous ces efforts, le déplacement de l’ours ne semble pas être à l’ordre du jour.
 
Les ours polaires vivent entre 15 et 18 ans à l’état sauvage. Mais leur espérance de vie en captivité avoisine les 30 ans. Dans un zoo canadien, un ours polaire a même vécu jusqu’à l’âge de 42 ans.
 
Sur cette vidéo, filmée par des activistes, l'ours Arturo fait les cent pas d'avant en arrière dans le zoo de Mendoza.
Contributeurs

“L’ours n’a aucun moyen de fuir la chaleur, alors que les températures peuvent dépasser 40° ”

Maria Fernanda Arentsen est originaire de Mendoza et enseigne à l’université de Winnipeg, au Canada.
 
J’ai d’abord eu vent de la situation critique d’Arturo grâce à des amis militants écologistes à Mendoza. Leurs rapports et leurs vidéos démontraient clairement la terrible souffrance que causait la chaleur à Arturo. C'est un animal supposé vivre dans un climat très froid. Nous avons commencé à nous préoccuper sérieusement de son cas après la mort d’un autre ours polaire, l’année dernière, dans un zoo de Buenos Aires, à cause de la chaleur. Pourtant, ce dernier vivait dans de meilleures conditions qu’Arturo, il avait un grand bassin dans sa cage et même des blocs de glace.

Comme on peut le voir sur les vidéos, Arturo vit dans une enceinte en béton avec un bassin peu profond. Il n’a donc aucun moyen de fuir la chaleur alors que les températures estivales à Mendoza peuvent dépasser les 40° ! [l’ours polaire du zoo de Buenos Aires est mort à l’âge de 16 ans un jour où il faisait 36.7°]. Sur l’une des vidéos, on voit Arturo se balancer d’avant en arrière, ce qui est, selon les experts animaliers, un signe de détresse. Ces images m’ont brisé le cœur !
 
 
Comme je vis dans un climat qui sied mieux à cet animal, j’ai contacté une réserve pour ours polaires ici au Canada, qui m’a proposé d’envoyer ses experts en Argentine pour évaluer les conditions de vie d’Arturo. Si ce dernier était apte à être transporté, la réserve proposait de le ramener ici à ses frais, pour qu’il finisse ses jours dans de meilleures conditions.
 
Au début, les responsables du zoo de Mendoza ont rejeté la proposition puis ils ont changé d’avis et ont invité les experts à venir voir Arturo au mois de novembre. Mais quelques jours avant la date de la visite, alors que les experts canadiens avaient déjà pris leurs billets d’avion et qu’ils avaient préparé tout l’équipement nécessaire à cette opération, les responsables du zoo de Mendoza se sont rétractés [le ministre de l’Environnement de la province de Mendoza a déclaré sur une radio locale que les Canadiens étaient "quasiment des pirates" qui voulaient voler l’ours. Il a objecté en outre que celui-ci ne pourrait pas supporter le voyage, ndlr]. Nous étions tous très déçus.
 
“J’ai l’impression que le zoo fait passer son orgueil avant le bien-être d’Arturo
 
J’ai l’impression que les autorités de Mendoza font passer leur orgueil avant le bien-être d’Arturo. Il se peut aussi qu’ils ne veuillent pas renoncer à cette attraction qui rapporte de l’argent au zoo.

Les militants écologistes de Mendoza n’abandonnent cependant pas le combat. Ils ont collecté plus de 60 000 signatures et ont présenté la pétition au gouverneur local. Je croise les doigts même si je doute fort que les choses changent tant que les autorités actuelles sont en place.
 
FRANCE 24 a contacté Don Peterkin, le directeur de la réserve de Winnipeg, au Canada. Ce dernier a déclaré que "notre proposition d’accueillir Arturo demeure à l’ordre du jour mais nous n’avons eu aucun contact récent avec les autorités de Mendoza".
 
FRANCE 24 a également sollicité les responsables du parc zoologique de Mendoza pour une interview, sans succès pour l’instant.
 
Vidéo filmée par des activistes montrant les animaux du zoo de Mendoza dans leur enclos, dont Arturo.


Fermer