Les débuts du "djihad familial" en Syrie

Photo "de famille" d'hommes et d'enfants kazakhs en armes. 
 
Alors que des centaines de milliers de Syriens fuient la guerre, d’autres font tout pour rejoindre les champs de bataille syriens. Quelque 150 Kazakhs issus d’une même famille, enfants en bas âges, adolescents, femmes et hommes, ont ainsi quitté leur pays "pour accomplir leur devoir de djihad au Levant". Et les réseaux djihadistes font circuler fièrement les images de leur installation en Syrie.

Depuis lundi une vidéo de propagande de l’État Islamique d’Irak et du Levant (EIIL), un groupe lié à Al-Qaïda,
circule sur les réseaux sociaux djihadistes. Son titre est omérique : "Lettres des terres des batailles épiques, l’hospitalité d’une famille djihadiste" et son contenu inédit. C’est la première fois, en effet, qu’un djihad "en famille" est ainsi montré.
 
Vidéo : "Lettres des terres des batailles épiques, l’hospitalité d’une famille djihadiste" promue et partagée sur les réseaux djihadistes.
 
La vidéo débute par une marche militaire, puis par l’arrivée de trois véhicules qui arborent les drapeaux noirs adoptés par Al-Qaïda et par l’EIIL, au portail d’une villa. Au bout de quelques minutes on peut lire en blanc sur fond noir "l’institution Al-Fourqan [organe médiatique de l’EIIL] jouit de l’hospitalité d’une famille mouhajira [étrangère]. Les 150 membres de cette famille kazakhe ont parcouru des milliers de kilomètres et dépensé des fortunes pour émigrer au Levant". Puis on entend des versets du Coran lus par un petit garçon, avant de voir une vingtaine d’enfants, y compris des bébés de quelques mois, assis par terre devant des adolescents djihadistes. On voit également dans la vidéo de toutes jeunes fille voilées, certaines portant un voile intégrale. On découvre ensuite l’enfant que l’on entendait réciter le Coran, qui n’a pas plus de 6 ans.
 
À 02 :57, dans la vidéo ci-dessus, un jeune homme dont le nom de guerre est "Abdel-Rahman le Kazakh" explique les raisons de la venue de sa famille en Syrie. Il dit "accomplir son devoir en application des préceptes de l’Islam". Puis il enchaîne en récitant un verset à la gloire des martyrs, dont il souhaite "faire partie au plus vite pour accéder au paradis". À 05 :07,  "Abou Khaled le Kazakh", un autre jeune djihadiste qui semble un peu plus âgé exprime à son tour son souhait "de mourir en martyr".
 
Les djihadistes accolent en général, à leur nom de guerre, leur pays d’origine. Ces hommes viennent donc très probablement du Kazakhstan, une ex-république soviétique d’Asie centrale située à près de 5 000 kilomètres du territoire syrien.
 
 
Plus tard dans la vidéo, on entend en fond sonore un hymne à la gloire du djihad international qui énumère les terrains de "lutte", des Philippines jusqu’au Sahel et en passant par l’Afghanistan, le Pakistan, le Caucase, la Bosnie et bien sûr le Levant.
 
La vidéo enchaîne sur un troisième djihadiste, "Seïf el-Din le Kazakh", qui explique qu’"il est du devoir de chaque musulman de rejoindre le djihad pour défendre les terres des musulmans à travers le monde quand celles-ci sont attaquées".
 
À 13 :22, un certain "Abou Hafiz le Kazakh", cinquième djihadiste à prendre la parole, "remercie Dieu d’avoir permis à la famille d’émigrer et de se réunir en Syrie pour accomplir son devoir de djihad".
 
C’est la première fois qu’une vidéo montrant ainsi une famille entière de djihadistes étrangers est diffusée. Habituellement, ces derniers voyagent seuls, ou exceptionnellement en couple, vers les territoires de conflit. Ces combattants sont présentés comme des candidats au martyr, voire à l’attaque suicide, comme le montre la référence au kamikaze saoudien Abou Zoubair al-Madani, @halb_1 sur Twitter, à 15’39 de la vidéo. Ce jeune saoudien s’est fait exploser à la mi-septembre dans un attentat suicide à Nabak, dans la région de Qualamoun à l’ouest de Damas.
 
Contributeurs
Billet écrit par Wassim Nasr (@SimNasr), journaliste à France24. 


Fermer