Attaque contre des églises en Syrie : "Des djihadistes n’ont pas accepté les carillons"

Djihadistes de l'EIIL qui plantent leur drapeau à la place de la croix sur le dôme de l'église al-Chouhada à Raqqa.
 
Le 26 septembre, un groupe de djihadistes lié à Al-Qaïda a investi et saccagé deux églises de la ville de Raqqa, situées au nord-est de la ville. La croix du dôme a été décrochée, icônes et livres saints ont été brûlés en public. Une démonstration de haine religieuse visant à punir les chrétiens d’avoir un peu trop fait sonner leurs cloches.
 
Début mars, la ville de Raqqa, chef lieu de la province du même nom, est tombée entre les mains des groupes djihadistes, suite à une opération conjointe du Front al-Nosra et du groupe Ahrar al-Cham. Un mois plus tard, en avril, une partie de ces combattants islamistes faisaient allégeance à une nouvelle organisation présente dans la ville, plus rigoriste, l’État Islamique d’Irak et du Levant (EIIL). Alors que les signes de tension entre groupes djihadistes se multipliaient, le front al-Nosra s’est récemment retiré de Raqqa, prétextant qu’il lançait une opération de "formation religieuse" de ses éléments en-dehors de la ville.
 
À son arrivée dans la ville, le chef du Front al-Nosra avait exigé que les chrétiens ne soient pas pris pour cible par ses éléments. Les habitants, qui attribuent l’attaque des deux églises à l’EIIL, affirment que l’organisation a profité de l’absence du Front al-Nosra pour s’en prendre aux chrétiens.
 
Contributeurs

"Des combattants djihadistes m’ont affirmé qu’ils allaient transformer l’église en mosquée"

Ahmed, habitant de Raqqa.
 
L’origine du problème remonte à une semaine avant la mise à sac de l’église. Des djihadistes de l’EIIL sont venus demander aux chrétiens d’arrêter de sonner les cloches de leur église au moment où le muezzin appelle à la prière. Depuis l’arrivée des islamistes dans la ville, ils avaient commencé à faire sonner les cloches trois fois par jour au moment de l’appel à la prière musulmane, en plus des carillons habituels du dimanche. Les responsables de l’église disent qu’ils faisaient sonner les cloches matin, midi et soir pour marquer ces moments de la journée et non dans l’intention de provoquer les musulmans.
 
Des combattants de l’EIIL étaient venus devant l’église al-Chouhada il y a une dizaine de jours. Ils ont mis en garde les chrétiens et leur ont ordonné d’arrêter de sonner les cloches en même temps que l’appel des muezzins dans un délai de 48h, sinon ils "brûleraient l’église".
 
Les chrétiens se sont exécutés ! Pourtant le 25 septembre, près de 40 combattants de l’EIIL ont attaqué l’édifice religieux et l’ont saccagé, avant de descendre la croix qui se trouvait sur le dôme et de la brûler avec d’autres objets en public devant l’église.
 
Photo de la croix à terre diffusée sur Twitter par un djihadsite de l'EIIL.
 
Il n’y a pas eu de communiqué officiel de l’EIIL concernant cette affaire, mais ce sont leurs combattants qui ont fait l’attaque et qui sont toujours présents dans l’église. [Une information confirmée par plusieurs de nos contacts sur place. L’EIIL n’a ni revendiqué, ni nié être impliqué dans cette attaque]. Après la mise à sac, des combattants djihadistes m’ont affirmé qu’ils allaient transformer l’église en mosquée dès le vendredi suivant [28 septembre]. Finalement ils ne l’ont pas fait.
 
Façade de l'église de Raqqa avec l'inscription "L'État islamique d'Irak et du Levant".
 
Ce n’est pas le premier incident entre l’EIIL et la communauté chrétienne. Beaucoup de chrétiens ont été menacés d’expropriation, c’est pour cela que certaines familles de Raqqa et de ses environs se sont converties. C’est le cas d’un notable de Mansourah. Il a été surveillé par l’EIIL pendant près d’un mois, puis s’est convertit.
 
Je pense aussi que la prise de l’église est une mise en garde destinée à tous les habitants de Raqqa. Car la place devant le bâtiment a été d’abord le point de départ des manifestations contre le régime puis le point de ralliement des manifestations contre l’EIIL.
 
"Une majorité des habitants de Raqqa pense que les pratiques de l’EIIL ne font que renforcer le régime d’Assad"

L’EIIL est devenu puissant dans la région par la force des choses. L’organisation a les moyens financiers et militaires nécessaires pour asseoir son pouvoir. Tous leurs combattants sont très bien payés et très bien équipés. Ils achètent toutes les armes du marché noir, si bien que le prix d’une kalachnikov a triplé depuis quelques mois. C’est grâce à cela qu’ils s’assurent l’allégeance d’un grand nombre de combattants. Le Front al-Nosra, de son côté, essaye de regagner le terrain perdu en réintroduisant un nombre de combattants dans la région. Mais surtout en marquant sa différence avec l’EIIL vis-à-vis de la population.
 
Une majorité des habitants de Raqqa pense que les pratiques de l’EIIL ne font que renforcer le régime d’Assad et sa propagande [des manifestations de soutien de la population à l’EIIL ont aussi été signalées].
 
Manifestation d'habitants de Raqqa contre l'EIIL.
 
Billet écrit avec la collaboration de Wassim Nasr (@SimNasr), journaliste à France24.

Commentaires

belle france pays des philosophes des lumieres

et pendant ce temps la, deux" intellectuels" font tout pour les aider.
et monsieur ribery ,lui il marque des buts et des points.

tristus et rigolus

La géopolitique du monde actuel se résume à cette vieille BD publiée dans PIF Gadget de mon enfance: les tristus et les rigolus... pour ceux qui connaissent. Une vision presque prophétique!



Fermer