L’arnaque du "djihad du sexe"

Vidéo de "djihadistes tunisiennes", diffusée sur des chaînes proches du régime syrien. Ce sont en réalité des combattantes en Tchétchénie filmées en 2010.
 
Depuis plusieurs semaines des médias montent en épingle le "djihad du sexe", qui aurait cour dans les zones contrôlées par les rebelles syriens. Des centaines de femmes musulmanes, venues notamment de Tunisie, se rendraient en Syrie pour s’offrir à des djihadistes en signe de leur dévotion. L’histoire est certes croustillante, mais semble complètement bidon.
 
La première mention du "djihad du sexe" date de décembre 2012, dans un tweet attribué du saoudien Mohamad al-Arefe. Ce cheikh salafiste est une personnalité respectée dans les milieux djihadistes, et connue pour ses prêches rigoristes.
 
Le fameux tweet qui "autorise le djihad du sexe" imputé au cheikh salafiste Mohamad al-Arefe.
 
Ce tweet autorise "les femmes musulmanes, à partir de 14 ans, à se marier avec un djihadiste pour quelques heures, puis à d’autres djihadistes, afin de renforcer le moral des combattants, et d’ouvrir les portes du paradis".
 
Un tel message, émanant d’une personnalité telle que al-Arefe, aurait eu force de fatwa religieuse s’il avait été authentique. Mais on note dès le départ une anomalie : ce tweet fait 200 caractères… dépassant largement les 140 caractères autorisés par Twitter…
 
Malgré cette incongruité, l’affaire avait déjà en 2012 pris de l’ampleur, avant d'être reprise par plusieurs chaînes de télévision arabes et iraniennes.
 
Le cheikh el-Arefe avait très vité nié être à l'origine de ce message, expliquant que "jamais une telle fatwa n’a été diffusée sur mes comptes Facebook ou Twitter officiels".
 
Extrait d'un prêche du cheikh salafiste el-Arefe dans lequel il nie être à l'origine de la fatwa en question.
 
Mais malgré ces dénégations, l’affaire du "Djihad du sexe" a continué à faire son chemin dans les médias, et sur les réseaux. La fatwa n’étant plus toutefois imputée au cheikh salafiste, mais qualifiée "d’origine inconnue".
 
Dès janvier 2013, des chaînes proches du régime syrien se sont saisies de cette histoire. Ces dernières n’hésitant pas à utiliser des images de combattantes tchétchènes, filmées en Tchétchénie en décembre 2010, pour les présenter comme des Tunisiennes parties récompenser de leurs faveurs des djihadistes syriens.
 
Un bidonnage qui a gêné certains journalistes. La reporter Malika Jebari affirme par exemple avoir démissionné de la chaîne de télévision libanaise al-Mayadeen, car on l’avait poussée à "fabriquer de toute pièce l’histoire du djihad du sexe".
 
Après quelques mois d’accalmie, le "djihad du sexe" a une nouvelle fois refait surface en septembre 2013. Des vidéos de "témoignages" et les "plannings" des femmes qui se livrent à cette pratique ont été diffusés par différents médias syriens et libanais.
 
Mais c’est la déclaration, le 20 septembre, du ministre de l’intérieur tunisien, Lotfi Ben Jeddou, devant l’Assemblée Constituante de son pays, qui a propulsé une nouvelle fois le "djihad du sexe" sur le devant de la scène.
 
Le ministre, en conflit avec le parti islamiste Ennahda au pouvoir, n’a toutefois apporté aucune preuve appuyant ses affirmations.
 
Il n’existe d’ailleurs aucun témoignage crédible sur ce genre de pratique. Le dernier reportage en date a été diffusé le 22 septembre 2013 par la chaîne syrienne al-Ikhbariya. On y voit une jeune Syrienne de 16 ans affirmant avoir été victime "d’inceste par son père, avant d’être livrée à des djihadistes". L’adolescente y décrit dans les moindres détails ce qu’elle a subi. Mais il s’agit d’une chaîne qui soutient le régime syrien, et qui œuvre quotidiennement à discréditer les rebelles.
 
Enfin, toutes les sources proches de djihadistes syriens contactées par FRANCE 24 ont nié l'existence de ce djihad du sexe. Une histoire vendeuse, donc, mais qui semble reposer sur du vent.
Contributeurs

"À l’heure où on parle les preuves sont inexistantes… Personnellement je pense c’est une machination du régime syrien"

Anwar Malek est un Algérien qui a été observateur de la Ligue Arabe en Syrie.
 
Je peux vous assurer que j’ai pris contact avec plusieurs officiels, et contacts tunisiens, qui m’ont tous confirmé que cette affaire n’avait aucun fondement. À l’heure où on parle, les preuves sont inexistantes.
 
Personnellement, je pense c’est une machination du régime syrien. Certes il y a des Tunisiennes sur le territoire syrien, mais ces femmes y habitent souvent depuis des années. Parmi elles, il y a des prostituées, mais cela n’a rien à voir avec un quelconque "Djihad du sexe".
Billet écrit avec la collaboration de Wassim Nasr (@SimNasr), journaliste à France24.

Commentaires

J'ai beau cherché les

J'ai beau cherché les contributions de Monsieur Anwar Malek mais rien, certainement c'est un parasite islamiste qui s'est introduit dans ce blog, se faisant passer pour un expert.
De faux experts infiltrent de grands sites d’info
http://www.tunisiadaily.com/2013/10/01/de-faux-experts-infiltrent-de-grands-sites-dinfo/
Prétendre que le "djihad du sexe" est une arnaque, c'est discrédité tous les travaux d'investigations des journalistes, s'il a besoin de preuves qu'il me contacte, je lui en ficherai une dizaine sur sa figure.

lol islamophobie

"Le mariage temporaire (persan zawaj mouakat زواج المؤقت), mariage de plaisir (zawaj al-moutaa زواج المتعة) ou Muta, est un des mariages de la tradition musulmane. Cette institution pré-islamique est toujours reconnue par certains chiites. Il est aussi connu sous le nom de sigheh en Iran. Et rejeté comme étant prohibé par les sunnites. Il consiste à contracter un mariage musulman pour une durée déterminée convenue entre les époux" source wikipedia
"ET REJETé COMME ETANT PROHIBER PAR LES SUNNITE"

par contre ton article de tunisiadaily ecrit par laurence benhamou n'est pas très catholique mdrrrrr elle doit faire partie des gens dont elle mème parle qui se dise expert et qui son la juste pour la propagande d'un pays qu'on connait tous et qui viole sans cesse les résolution de l'onu on dira pas quel pays ...

Djihad du sexe

Ce sujet me fais penser à un autre sur le conflit syrien, celui des journalistes italiens ex-otages des "rebelles"... Ces derniers affirmaient que, selon eux, les attaques chimiques imputés au régime syrien avaient été perpétrées par les insurgés afin de provoquer l'intervention militaire des Occidentaux. Cette affaire est passée complètement sous silence par les "grands" medias internationaux dont France 24. Donc prudence avec l'information ou la désinformation des masses, l'enfer n'etant pas forcement les autres!

l'arnaque du Jihad du sexe ?

Et les déclarations du Ministre de l'intérieur tunisien qui affirme devant l'Assemblée Constituante que des Tunisiennes ont été en Syrie pour le Jihad du Niqah et que quelques une sont rentrées enceintes au pays, c'est également le régime syrien qui les a inventées ?
Et celles de la Ministre de la femme tunisienne qui confirme que des cellules de prise en charge de ces filles et de leur futur enfant ont été mise en place, c'est également le régime syrien qui les a inventées?
Notre gouvernement en Tunisie est pourtant l'un des gouvernements les plus hostiles à Bashar a ce que je sache

Honte aux pervers parmi les musulmans

Menteur... le gouvernement est composé de plusieurs figures avec
d'énormes différences idéologiques. Tu oublies de rappeler que y'en a parmi eux des ministres qui rejettent ces allégations de leurs propres collègues. Méditez en attendant sur ce verset :"ils veulent éteindre par leur bouche Mais Allah parachèvera sa lumière n'en déplaise aux infidèles" Wallahi vous trompez de combat en participant à la salissure de votre religion et de vos compatriotes. Et tout ça parce Que vs pensez que enahda et les salafistes Seront les seuls blâmés par les non-musulmans.

alors ne jetons pas la pierre aux soldats japonais.

Rien ne vaut la femme du légionnaire , "le cactus" dans le djebel j'ai connu des héros paras qui protégèrent des femmes fells .Mais nous sommes Français d'honneur.

les paras qui protègent les femmes...

il est regrettable que des gens qui se vantent d'une chose : avoir fait la guerre d'Algérie , pour arriver au fait que ces paras protégeaient les femmes des FELLAGHAS .
On dirait que ce paras a toujours peur des guérilléros Algériens du moment qu'il se refusent d'écrire le mot en entier..
Rien de cela n'est vrai . La femme , une fois arrêtée, est soumise à une tournée au sein du groupe de paras pour l'offrir par la suite aux Harkis ou collabos de l'époque.
Aucune femme n'a été protégée par les paras .
Du rafistolage de basse besogne.

Une PN d'Algérie

reponse a PN

Bjr
tu as subit ou participé pour affirmer et contredire cet homme..? des details d'une participante... !

Il n'y a pas de propagande enfumée sans réalité brulante !

Pour ceux qui s’offusqueraient de cette pratique odieuse appelée «djihad sexuel» une sorte du devoir de participation à la «guerre sainte», il faut connaître d'abord l'idéologie sectaire et criminelle des guerriers fanatisés et l'usage du viol comme arme dans l'histoire de tous les conflits armés.
indépendamment de son usage à des fins de propagande vrai-faux tweets, photos, vidéos ... L'endoctrinement des djihadistes islamistes comprend une panoplie de littérature juridico-religieuses (fetwas), qui absout ses adeptes de toute limite inhumaine de la violence à des fins eschatologiques. Quand on justifie par des fetwas le crime, de profaner les corps de ses victimes par la mutilation et l'exposition de l'horreur, endoctriner et/ou soumettre des femmes aux concubinage esclavagiste dans les camps des terroristes islamistes, est encore plus simple par une manipulation de la littérature du djihad extraite malheureusement d'une tradition «sacralisée» et non encore épurée.
Par ailleurs, il est très difficile de recueillir les témoignages - bien tardifs en général - de ces victimes, vu la sociologie des populations exposées. Il suffit de revoir les sorts tragiques de ces jeunes femmes kidnappées, soumises, enrôlées par ses hordes criminelles en Bosnie, les maquis terroristes en Algérie des années 90, l'Irak, la Syrie aujourd'hui ... Une réalité qu’il serait encore plus cynique de vouloir la réfuter pour couvrir son usage propagandiste par les belligérants !

Tout ca se passe dans les

Tout ca se passe dans les camps de refugies syriens au liban.
C'est vrai et ca a ete reporte par les NGO qui travaillent sur le champ.



Fermer