Lune de miel en Syrie, le pari fou d'un jeune couple

Guevara Kamel et sa femme Yafa à Raqqa. 
 
Il s’appelle Guevara Kamel, elle Yafa al-Dakhil. Tous les deux s’étaient expatriés il y a quelques années. Il y a deux semaines, ils ont emprunté la route des combattants, passant par la Turquie, pour retourner en Syrie. Mais ce couple de sympathisants de l’opposition ne vient pas pour combattre. Ils sont là pour se marier.
 
Guevara et Yafa sont tous les deux originaires de Raqqa, dans le nord de la Syrie. Lui travaille en Arabie saoudite et elle vit aux États-Unis avec sa famille.
 
Une autre photo du couple publiée sur Facebook avec le commentaire :"Nous nous portons bien, que vos prières nous accompagnent".
Contributeurs

"Les Syriens n’ont pas seulement besoin de passeurs d’armes mais également de passeurs de joie"

Guevara Kamel, 32 ans, est technicien en Arabie saoudite.
 
Yafa a quitté la Syrie avec sa famille en 2010 pour les États-Unis. Quant à moi, je suis parti travailler en Arabie saoudite quelques mois plus tard. Nous étions fiancés à l’époque et nus étions certains de revenir vite pour nous marier en Syrie. Mais la situation du pays en a voulu autrement.
 
Nous avons pensé dans un premier temps à nous marier dans un autre pays arabe mais c’est impossible de le faire sans passer par notre ambassade. Or, même si les ambassades n’ont pas fermé dans tous les pays, ce n’était pas envisageable pour moi de m’adresser aux autorités syriennes. Mon père est un militant communiste qui a fait plusieurs années de prison sous le régime de Hafez al-Assad, le père de Bachar. Et mes cousins sont engagés avec l’Armée syrienne libre (ASL).
 
Nous avons finalement choisi de faire cette folie et de nous marier en Syrie. Nous en avions parlé à quelques proches qui ne nous ont pas pris au sérieux. Nous nous sommes donnés rendez-vous en Turquie. Nous avions expliqué à nos familles que c’était pour y passer des vacances. Mais une fois sur place, nous avons cherché à passer la frontière à l’aide du bataillon de Ahrar al-Sham qui fait partie de l’ASL. Cela nous a pris plusieurs jours mais le 20 août, nous sommes entrés en Syrie. Nos proches sur place étaient à la fois surpris et émus.
 
Nous passons nos derniers jours ici [le couple ne sait pas quand il pourra repartir car la frontière avec la Turquie est momentanément fermée, NDLR]. La vie est difficile, les prix des denrées alimentaires sont trois fois plus chers que la normale. Les régions de Raqqa et de Deir Ezzor sont moitié sous le contrôle des djihadistes, moitié sous celui des Kurdes. Du coup, toute personne qui n’est pas d’ici est suspecte et risque de se faire tuer par les uns ou les autres. Toutefois, le fait d’avoir nos familles ici nous aide à passer inaperçus.
 
Profil Facebook de Yafa, la femme de Guevara :"Ils ont fermé les points de passage à la frontière turque mais le plus important c'est que nous sommes chez nous et en bonne santé".
 
Nous passons nos journées entre le marché et les visites à la famille. Nous nous rendons aussi régulièrement au centre de communication des jeunes activistes, car c’est le seul endroit de la ville qui bénéficie d’une connexion satellitaire. Cela permet à Yafa d’appeler ses parents aux États-Unis et sa sœur en Allemagne et de les rassurer.
 
Nous avons tenu à publier nos photos sur Facebook et à rendre notre histoire publique afin de narguer le régime de Bachar al-Assad qui nous a privés de notre pays. Célébrer ici notre mariage, entourés de nos proches, était un défi que nous sommes fiers d’avoir relevé.
 
Tous les jours, on entend parler de combattants armés qui entrent clandestinement en Syrie. Je respecte leur action car c’est la barbarie du régime qui les a poussés à prendre les armes et j’ai moi aussi tenu à me rendre au front, qui se trouve hors de la ville, pour voir mes proches qui y combattaient. Mais les Syriens n’ont pas seulement besoin de passeurs d’armes mais également de passeurs de joie. Célébrer un événement heureux avec nos familles est aussi une manière de les aider à surmonter.
 
Cet article a été rédigé en collaboration avec Sarra Grira (@SarraGrira), journaliste à FRANCE 24.

Commentaires

Je slt leur courage nul au

Je slt leur courage nul au monde ne peut fuir la mort il existe partout et sachez que rien n'est impossible dans ce monde seule le degré de foie suffit

LUNE DE MIEL EN SYRIE

CE SONT LES CONVICTIONS DE CHACUN QUI DONNENT LE SENS DES VALEURS...ET C'EST GRACE A DES GENS COMME EUX QUE LES CHOSES EVOLUENT...C'EST PEUT-ETRE UNE GOUTTE D'EAU DANS LE DESERT MAIS CETTE GOUTTE D'EAU N'AURA JAMAIS AUTANT DE VALEUR QUE DANS LE DESERT...

LUNE DE MIEL EN SYRIE

CE SONT LES CONVICTIONS DE CHACUN QUI DONNENT LE SENS DES VALEURS...ET C'EST GRACE A DES GENS COMME EUX QUE LES CHOSES EVOLUENT...C'EST PEUT-ETRE UNE GOUTTE D'EAU DANS LE DESERT MAIS CETTE GOUTTE D'EAU N'AURA JAMAIS AUTANT DE VALEUR QUE DANS LE DESERT...

Une lune de miel, arme au

Une lune de miel, arme au poing.
Tous mes vœux de bonheur!

lune de miel

vraiment je crois pas que cette nuit de miel serait le souhait de beaucoup de nouveaux couples

un lune de miel en syrie

bonjour,on ne peut pas vivre avec la peur de mourir dans un pays 24h sur 24h ,la joie que nous avons en nous quelques fois nous permet de faire notre vie à deux. j'espère que tout ira pour le mieux dans leur pays de naissance .la guerre finira par prendre fin un jour ,mais ,les morts ne pourront jamais revenir à la vie.l'amour guéri les mots.

que c'est beau

j’espère que le front al nosra donnera a ce couple toute la joie du monde
que tous ces djihadistes qui combattent bashar leur donnera toute leur liberté
on ne va pas se voiler la face.
vive guevara ,vive cuba, vive la Syrie nouvelle, vive le Qatar ,vive l’Arabie saoudite et vive l’adhésion de la TRUQUIE dans l'union européenne



Fermer