Violences policières à Joué-lès-Tours: "Cette vidéo ne doit pas ruiner les efforts faits dans ce quartier"

  
Cette vidéo amateur est déjà remontée jusqu’à la police des polices. La scène se passe à Joué-lès-Tours, une commune situé en banlieue de Tours au centre-ouest de la France. Un habitant filme de son balcon l’interpellation musclée par deux policiers de trois individus. Un des officiers n’hésite pas à frapper, asperger de gaz lacrymogène et insulter l'une des personnes arrêtées.
 
Mise à jour (22 aout 10:15) : Une nouvelle vidéo diffusée par Mediapart, montre la même scène mais qui débute quelques minutes avant la vidéo diffusée dimanche. Sur cette dernière, le policier frappe d'abord l'une des femmes habillées en rose avec sa tonfa et est ensuite mordu par l'homme à terre. Une vidéo qui diffère de la version du policier qui aurait affirmé avoir d'abord été mordu par l'une des femmes avant de répliquer. Une enquête préliminaire a été ouverte mardi à Tours.
 
La première vidéo de huit minutes postée par le YouTuber Nasser tkt dimanche et intitulée "Honte à la police française" avait déjà été visionnée près de 700 000 fois mardi matin. Selon l’enquête menée par La Nouvelle République, un quotidien local, deux policiers ont repéré une voiture qui transportait sept personnes et qui zigzaguait dans les rues tôt dimanche matin.
 
L’interpellation du conducteur aurait mal tourné quand ce dernier a refusé de se soumettre à un test d’alcoolémie et porté des coups aux forces de l’ordre. D’après des témoignages d’habitants de la rue Pierre de Coubertin, les personnes interpellées sont originaires de Tours et rentraient de boîte de nuit.
 
Vidéo publiée le dimanche 18 août par un témoin de la scène, interviewé mardi par BFMTV .

"Pour moi, c’est un acte de racisme"

Contacté par FRANCE 24, un habitant de la rue Pierre de Coubertin, qui souhaite garder l’anonymat et que nous appelerons "Mohammed JLT", raconte la scène.
 
"Il était un peu plus de 7 heures du matin, nous dormions ma femme et moi, lorsque nous avons entendu des personnes parler très fort dans la rue. Nous nous sommes approchés du balcon et nous avons vu une voiture de police et plusieurs personnes allongées par terre. Ils avaient l’air de se battre et les insultes volaient dans tous les sens. Un homme à terre suppliait les policiers d’arrêter alors qu’ils voulaient lui mettre des menottes.
 
 
Avant le début de la vidéo, on a vu la femme donner des coups de pieds au policier dans le visage [le policier aurait affirmé avoir été mordu à plusieurs reprises par la jeune femme, qui aurait dérobé sa radio portable pour l'empêcher d'appeler rapidement des secours]. Il était sonné, mais il a réussi à se relever et à donner des coups de matraques en criant "dégage" et "ferme ta gueule". C'est ce même policier qui l'a frappée après.
 
 
Excédé, il s’est dirigé vers le coffre et a sorti une bombe lacrymogène pour asperger le visage des deux femmes habillées en rose.
 
 
Ce qui me choque, c’est qu’on entend le policier dire "c’est toujours les mêmes, casse les couilles". Ils ont mis les menottes à la femme en rose et l’ont laissée plusieurs minutes allongée par terre. Lorsqu’une autre voiture est arrivée pour l’embarquer, il lui a lancé "ferme ta gueule connasse".
 
 
Notre rue est à quelques centaines de mètres d’un quartier HLM sensible, mais globalement, le quartier est très calme. Je n’avais jamais vu la police se comporter ainsi. Pour moi c’est un acte de racisme : je ne sais pas si le policier se serait comporté ainsi si ça avait été un Blanc."
 
Le parquet de Tours a été saisi de l'affaire et les policiers ont donné leur version des faits au substitut du procureur de la République, qui communiquera sur une éventuelle sanction envers les forces de l'ordre mardi après-midi. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN, la police des polices) a ouvert une enquête administrative. Par ailleurs, le chauffeur interpellé est inculpé pour "conduite en état d'ivresse" et la jeune femme pour "outrage à agent".
 
La vidéo a déjà fait réagir le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, qui explique qu’il n’y a "pas de place pour la violence dans la police française" mais qui condamne le titre de la vidéo "Honte à la police française".

"C’est un cas isolé, une interpellation qui a mal tourné"

Issouf Elli Moussami est conseiller délégué à la qualité de la vie dans le quartier de La Rabière à Joué-lès-Tours, où a été filmée la scène.
 
 
J’ai été l’un des premiers à voir cette vidéo dimanche après-midi, des habitants de la rue Pierre de Coubertin ulcérés qui avaient assisté à la scène m’avaient contacté pour me la montrer. Il y a des éléments qui nous échappent avant le début de cette vidéo. Mais ce qui est clair sur les images, c’est que l’un des deux policiers a eu un comportement très violent et disproportionné par rapport aux raisons de l’interpellation.
Le quartier La Rabière est l'un des quartiers résidentiels et populaires les plus peuplés de Joué-lès-Tours, où résident beaucoup de populations d’origine étrangère. La zone est généralement très tranquille et il n’y a pas de souci d’insécurité majeur. Le problème de ce quartier, c’est qu’il y a une grande concentration de chômage, notamment des jeunes.
 
Depuis plusieurs années, la municipalité de Joué-lès-Tours tente de gommer les appellations négatives qui collent au quartier de la Rabière, tels que ZUP [zones à urbaniser en priorité]. Les efforts de la ville pour rénover le bâti et ceux de la police pour faire de la pédagogie auprès des jeunes ne doivent pas être ruinés par un seul comportement isolé.
 
Il ne faut pas accorder plus d’importance à cet acte, la preuve : dans le quartier, tout le monde parle de la vidéo, mais aucune voiture n’a brûlé, aucune émeute n’a lieu. C’est un cas isolé, une interpellation qui a mal tourné.
 
Cet article a été rédigé en collaboration avec Alexandre Capron (@alexcapron), journaliste aux Observateurs de FRANCE 24.

Commentaires

Manif 24/08

Suite à l'intervention brutale à la Rabière dimanche 18/08 :
http://www.youtube.com/watch?v=enV7lBDsMuI (Aperçu)
http://www.dailymotion.com/video/k3huE5d9Z1vkfR4tGdQ

Grande manifestation contre les violences policières ce samedi 24 août à 9h à Joué-Lès-Tours, départ rue de Coubertin, direction commissariat de Joué-Lès-Tours

Joué les Tours

Ces personnes n'étaient que de passage, semble-t-il, donc, rien à voir avec le quartier! Ensuite, les réactions violentes de la part de la femme ne sont intervenues qu'à partir du moment où son compagnon devait être menotté! Alors pourquoi monter tout cela en épingle, pourquoi en parler? On fait monter la pression pour un événement banal: rébellion! Mais il y en a des centaines par jour! Il n'est pas bon être Policier dans un tel climat!!!

Beaucoup critique le

Beaucoup critique le comportement des agents de police qui ne font qu'arrêter un individu qui conduisait en état d'ivresse (donc dangereux pour les autres et lui même) même si leur réaction eu été vive mais faites vous agressez et mordre par une femme (peut être elle même sous l'effet de l'alcool) et vous me direz comment vous réagiriez face à cette femme.

Pour le reste il y a une enquête administrative ou de la police des polices pour mieux comprendre toutes les circonstances de ce qui c'était vraiment passé, on en aura la conclusion bien assez tôt.

JE PENSE QU IL A ETE DIT 1

JE PENSE QU IL A ETE DIT 1 PEUT PLUS HAUT QUE C ETAIT LE POLICIER QUI AVAIT AGRESSE LA DAME ET QUE L HOMME L AVAIT MORDU UNE PREMIERE FOIS PFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF

Le videaste...

il faudrait lui expliquer que une camera, meme celle d'un portable, ca se tient pas a la verticale mais a l'horizontale. Heureusement que le ridicule et la betise ne tue pas!

Et donc???

Excusez-moi mais je ne vois pas du tout la violence qui pourrait etre une violence policiere ici! Et raciste.

1 - le policier semble a bout, semble lui meme blesse, debraille, chemise hors du pantalon, le pauvre bougre fait son boulot. Il tape avec un baton, sans acharnement ignoble meme si le premier coup choque, il se defend et tente de faire cesser ce que lui-meme subit. Il use du spray. Baton et spray.
2- Que s'est-il passer avant? Le comportement de ses gens est contestable et je vois moi-meme trop de gens irresponsables, irrespectuexu voire degueulasses, de toiutes les couleurs, pourrir la vie des autres. On est les premiers a appeler la police dans ses cas la. La deniere fois que j'ai essaye de parler a des connards qui faisaient n'importe quoi sur la voie publique, je me suis faite insultee, menacee et intidimee physiquement. Bref, que croyez-vous? Ce n'est pas parce que c'est une femme que l'on voit que tout est rose (meme si elles portent du rose fluo) : elle etait avec un groupe de gens a la derive dans leur vehicule. Et ce n'est pas parce que le flic est blanc et les gens interpeles noirs ou minorites visibles, que le flics est motive par la haine et est raciste.
3 - Il est temps de grandir et aussi de cesser de faire circuler de fausses verites, racourcis, non-infos, qui font du mal a tous.
La violence injustifiee de la part de fonctionnaires existe, le racisme existe, sous plusieurs forme. Mais le crime egalement, la violence quotidienne et les incivilites, la penibilite du travail de la police aussi.
4 - La video postee par ce type qui a filme montre une orientation et une manipulation , et en lisant tous les commentaires de haines ... ce ne sont que des racistes d'extreme-droite et de jeunes paumes a la Mohammed Merah qui echangent sur cette video! Le reste d'entre nous, moderes, et france arc-en-ciel, nous pouvons penser et voir ce qui s'est reellement passe!

Reflechissez et arretez de tout voir en mode binaire!

raciste ?

Pour moi la phrase "c’est toujours les mêmes, casse les couilles" n'est pas raciste mais plutôt statistique. Énoncitation de fait ?

Si il avait dit "c’est toujours les noir/arabes/peluches les casse couilles" alors là ça aurait été raciste.

Respect de l'ordre établi

Je suis noir, d'origine camerounaise et vivant en France. Certes, je condamne la violence outrancière de la police sur la FEMME, pas parce qu'elle est noire, mais parce qu'elle est femme.

Par ailleurs, je condamne avec la dernière énergie les comportements des suspects qui ont amené la police à agir ainsi. On doit respecter l'ordre établi. Ces personnes d'origine subsaharienne en conflit avec la police savent, je présume de par leur éducation, (j'ai pas dit instruction), de par les proverbes, sagesses d'aînés, et autres sources de connaissances africaines, que lorsqu'on est l'hôte d'un tiers, on doit le respeter et chanter sa chanson. Alors, s'ils sont en France leur pays d'accueil et même s'ils seraient (devenus) français(e)s, ils doivent respecter les lois de la France, respecter les institituions françaises et les personnes qui les incarnent. Tout petit au Cameroun, mes parents me disaient de respecter toutes personnes arborant une uniforme que ce soit un lycéen, collégien (Dans beaucoup de pays en Afrique, le port de l'uniforme est la règle au secondaire), policier, militaire et je ne sais quoi encore. Ce n'est pas parce que je suis aujourd'hui en France que j'ignorerais ces précieux enseignements au nom des "droits de l'Homme" et de la "liberté".

Je dis sans cesse à ma copine française et blanche, que l'excès de loi accordant des pouvoirs aux citoyens en France, ont fait qu'il y'a un déficit d'autorité dans presque tous les domaines ou il devrait en avoir. Ce sont les parents qui manquent d'autorité sur les enfants, la police sur les citoyens comme c'est le cas dans la vidéo et tutti quanti. C'est mon avis et je l'assume. Ces personnes qui s'en prennent à la police, sous réserves de la connaissance de leur nationalité, ne peuvent le faire dans aucun pays d'Afrique, surtout pas au Cameroun. Cela se serait terminé au mieux, aux urgences, au pire dans un funérarium. En Afrique, la police aurait durement et amèrement reprimé ce comportemant anticivique avec une exemplarité légendaire. trop de droit de l'homme tuent finalement les droits des hommes. Je les mets au défi de réïtérer cela dans leur pays d'origine et l'histoire nous en dira. Sauf bien sur s'ils sont les "fils de". Et même, c'est après une bonne bastonne qu'on s'en redra compte, mais qu'ils auront tout de même encaissé.

D'ailleurs, quand je vois certains noirs se comporter ici en France cela me fait rire. Le problème de fond reste la qualité de l'immigration. Sans être élitiste, je serai curieux de savoir quel est le niveau d'instruction de ces derniers. L'éducation est aussi come la confiture, moins on en a et plus on en étale. Et l'altercation de la vidéo en est une illustration. La crainte du gendarme étant le commencement de la sagesse, on ne peut s'attaquer, ni refuser d'obtemperer aux injonctions des fonctionnaires de police surtout lorsqu'on est en infraction.. Vaut mieux un comportement atténuant, qu'aggravant!

Il faut aussi condamner la tournure des commentaires qui tournent au vitriol saupoudrés aux zestes de racismes réactionnaires. Encore une histoire de confiture. Certes, le champ lexical des expressions utilisées par la police "encore les mêmes", "c'et toujours eux...." peut laisser croire à des propos racistes ou xénophobes. Mais faut pas se laisser emporter. La vidéo filme le cours de l'opération de police et non le début. On peut donc les interpréter à toutes les sauces. Sur ce, peace and love

Je comprend pourquoi Paul

Je comprend pourquoi Paul Biya, né le 13 février 1933 à Mvomeka’a (Cameroun), sous le nom de Paul Biya’a Bi Mvondo, le second président de la République du Cameroun, en fonction depuis le 6 novembre 1982, est encore Président au Cameroun en 2013. Vive le cameroun et son peuple.

incident de joués les tours

Tout à fait d'accord avec cet homme d'origine camerounaise...Nous avons la chance dans notre pays, d'avoir une police discipliné e , capable de faire face à toutes les situations de désordre public, sa présence doit être d'abord dissuasive, mais bien évidemment, il n'y a rien d'anormal que dans une situation d'ivresse dangereuse sur la voie publique, les policiers soient amenés à appréhender des individus complètements "allumés" en utilisant les moyens dont ils disposent pour leur faire passer le reste de la nuit en cellule de dégrisement..c'est ce qu'on appelle la "force publique", c'est ce que l'immense majorité des français souhaite pour leur assurer un quotidien paisible.



Fermer