Comment trouver une prostituée en Iran ? Sur Facebook !

 
Être prostituée en Iran est une activité à haut risque : vendre son corps contre rémunération est puni de la peine de mort par loi islamique. En théorie du moins, car le plus vieux métier du monde existe aussi dans ce pays très conservateur, et ces dernières années le business marche bien, notamment grâce à Facebook…
 
La prostitution touche surtout les grandes villes iraniennes, en particulier Téhéran. Sous le Shah, les prostituées - déjà dans l’illégalité - se concentraient dans le "quartier rouge" de la capitale appelé Shahr-e-no ou ville nouvelle. En 1979, ces bordels furent détruits par les révolutionnaires qui réprimèrent leurs occupantes. Risquant désormais la peine de mort, les prostituées iraniennes ont continué d’exercer discrètement depuis la rue. Pour contourner l’interdit, les prostituées ont également développé d’autres moyens de solliciter les clients.
 
Déjà avant l’avènement des réseaux sociaux, les prostituées essaimaient leurs numéros de téléphones de client à client, en évitant le racolage dans la rue. Les réseaux sociaux ont permis d’élargir ce carnet potentiel de clientèle tout en restant chez soi. Ces cyber prostituées créent des profils suggestifs sur Facebook, sous une fausse identité, et ce malgré l’interdiction dans la charte d’utilisation du site de publier des informations à caractère pornographique. Elles sont également actives sur les forums de discussion.
 
Capture d'un profil Facebook rassemblant diverses annonces de prostituées de Téhéran
 
Un autre subterfuge permet de faciliter la prostitution : le Sigheh, ou mariage temporaire. Ce mariage qui existe dans l’islam chiite permet de légaliser les relations de court terme entre les deux sexes. Généralement une dote ou compensation est versée à l’épouse. Ce contrat peut durer de 15 minutes à 99 ans et ne nécessite pas de divorce en cas de séparation. Les époux n’ont pas à déclarer cette union aux institutions civiles, mais disposent d’un document permettant de prouver ce mariage. Un excellent moyen, entre autres, pour couvrir des relations sexuelles rémunérées.
 
De nombreux internautes n'hésitent pas à laisser leur numéros de portable afin d'être contactés par les prostituées
Contributeurs

"Je connais des filles qui sont obligées de se prostituer pour payer la drogue de leur mari ou d’un membre de leur famille"

 
Fahrad est un jeune iranien qui se dit familier du secteur de la prostitution
 
Depuis quelques années, la prostitution se passe sur les réseaux sociaux tels que Yahoo 360 (très utilisé par les Iraniens) et ensuite sur Facebook. Les prostituées récupèrent ainsi le numéro de leur futur client qui paie avant même de bénéficier du service. La transaction se fait via du crédit téléphonique : le client transfère un crédit sur la carte SIM de la prostituée, que cette dernière convertira ensuite en liquidité par la revente de la carte SIM à des commerçants du bazar.. Il n’est pas rare que ces commerçants demandent d’ailleurs également une compensation en nature…
 
La transaction se fait via crédit téléphonique : une prostituée indique ci-dessus à un client de lui transférer du crédit sur son téléphone portable
 
Cependant, depuis un certain temps, beaucoup de gens ont créé de faux comptes. Ces personnes récupèrent du crédit en se faisant passer pour une fille et effacent ensuite immédiatement leur profil. Avant, tu pouvais faire confiance à ces profils, mais maintenant c’est bien moins sûr. Nous sommes en partie revenus aux méthodes traditionnelles "du bouche à oreilles", même si Facebook sert toujours.
 
Parmi les prostituées, il y a des filles qui restent toute la nuit mais qui sont très chères. Les prix ont augmenté ces dernières années. Par exemple, une fille qui voulait 15 € en 2011 demande à présent le double. Le prix de la passe est entre 30 et 50 €. Les filles qui restent toute la nuit sont très chères et demandent environ 80 euros. Les prostituées de luxe se situent dans les 100 € et celles qui accompagnent les footballers ou les étrangers demandent plus de 250 €.
 
Mais je ne vais pas dire pas que ces filles mènent une vie de rêve. J’en connais qui sont obligées de se prostituer pour payer la drogue de leur mari ou d’un membre de leur famille. Ces dernières années le profil de ces femmes a changé : elles peuvent désormais avoir bac +4 ou bac +6 ! Pour certaines, c’est une activité complémentaire à leur profession principale qui permet d’augmenter leurs revenus.
 

Récemment, j’ai ouvert un profil sur Facebook mais n’ai pas encore eu de clients par ce biais

Tina est une prostituée iranienne vivant à Téhéran
 
 Je ne vis plus avec ma famille, je partage un appartement avec une amie, et pour gagner de l’argent nous nous prostituons. Récemment, j’ai ouvert un profil sur Facebook mais n’ai pas encore eu de clients par ce biais. Je trouve ma clientèle en transmettant mon numéro à des clients qui le transmettent à leur tour au sein de leur entourage. Je les trouve aussi en me promenant avec mon amie dans les parcs. Je demande environ 50 € par client mais ça peut être plus cher s’ils sont plus âgés. Je gagne environ 250 € par mois (le salaire minimum étant de 150 €) sans travailler beaucoup.
 
 

Commentaires

Bien observé l'internaute !

Dans certains voyeurismes modernes, on fouine* dans
les bas-fonds du genre humain par des pulsions narcissiques propres,
provoquant ainsi de la manipulation perverse inconsciente chez le provocateur
et son provoqué, n'étant rien d'autre que lui-même: " l’Égo arrogant " .

( Je suis de ton avis Bruno, de la part de Mr DULICITE en arabe " Halâl " )

(*)
http://www.france24.com/fr/20130619-berlin-obama-affirme-renseignement-americain-fouine-pas-e-mails-citoyens-prism

C'est quoi ce charabias

...Ca ne veut rien dire du tout.

Pardon?

Strictement incompréhensible. On frole la crise mystique.

Comment trouver une prostituée en IRAN

L'article n'attaque pas l'Islam mais l'hypocrisie de la société iranienne. Si la prostitution est présente dans toutes les religions, pourquoi prévoir la peine de mort pour les prostituées. Le problème c'est que lorsqu'on veut diriger les consciences des gens sur le plan spirituel, on en fait des hypocrites. Malgré la peine de mort, la prostitution ne disparaitra jamais de l'IRAN. Laissez les iraniens vivre en liberté et toute cette hypocrisie disparaitra.

ça existe chez tous les

ça existe chez tous les peuples du monde et dans toutes les religions même chez les juifs en israel
Pourquoi encore et toujours essayer de ternir l'image de l'iran et de l'islam
Vous confondez liberté d'expression et insultes gratuites ???

islamophobie

effectivement aucune attaque ni denigrement dans l'article, la stigmatisation des musulmans est le fruit des musulmans

Bruno: Je viens de lire

Bruno: Je viens de lire l'ensemble de l'article et je n'y ai relevé aucune insulte et encore moins gratuite. Il y est tout simplement fait état de la difficulté particulière qu'ont les travailleuses iraniennes du sexe à exercer leur métier et des risques encourus - la peine capitale - dans un pays dirigé par des chiites orthodoxe!
Je n'ai vu dans cet article aucune attaque contre l'islam ni même d'ailleurs contre le régime iranien chose qui par contre m'étonne! Je peux très bien m'attaquer au régime des Mollahs Iraniens et le dénoncer sans pour cela attaquer l'Islam!



Fermer