Arrestation de Congolais au Pendjab, "l’enfer des Noirs africains"

 
L’arrestation de 21 étudiants congolais par la police du Jalandhar, une ville du nord-ouest de l’Inde, provoque depuis lundi l’indignation de la communauté noire-africaine de l’État du Pendjab. Sur place, les Congolais dénoncent un climat de racisme insupportable. 
 
Le groupe d’étudiants congolais a été interpellé, samedi 15 juin, à un arrêt de bus de Jalandhar, près de l’université Lovely Professional où ils étudient.
 
Les causes de ces interpellations restent floues : selon le représentant de la police de Jalandhar, les forces de l’ordre enquêtaient sur un vol de bagages survenu la veille à cet arrêt de bus et étaient en train de vérifier l’identité de ressortissants congolais. Ces derniers auraient refusé d’obtempérer, donné des coups et, selon le rapport, cassé la caméra d’un journaliste présent sur les lieux. Une version relayée par les médias indiens.
 
Dans un rapport transmis à l’ambassade du Congo à New Delhi, la Communauté congolaise d’Inde (CCI) évoque, quant-à-elle, des provocations racistes et des menaces d’un groupe d’Indiens envers un étudiant congolais. Ce dernier aurait ensuite appelé ses amis et une bagarre aurait éclaté. La police a alors interpellé les Indiens et les Congolais impliqués dans la bagarre. Pourtant, à l'issue de la garde à vue, aucun Indien n'a été retenu, contrairement aux Congolais.
 
Dimanche 16 juin, les ressortissants congolais sont transférés du commissariat vers la cour de justice de Jalandhar. Vidéo publiée sur Youtube.
 
Jugé en comparution immédiate, ils ont été placés en détention provisoire pendant 14 jours, durée de détention maximale prévue par la loi, à l'issue desquels ils seront jugés. Selon la CCI, qui dit avoir rendu visite aux détenus, "les conditions de détention [des ressortissants congolais] sont inhumaines, et [ces derniers] disent être victimes de tortures et d’insultes en tout genre".
 
Contacté par FRANCE 24, le premier secrétaire de l’ambassade du Congo en Inde, Jean Baptiste Kasongo, "condamne fermement ce qui s’est passé" et s’étonne que seuls des Congolais aient été jugés. Il réclame une "justice équitable" et ironise sur le fait que, pour les forces de l’ordre, "les criminels ne pouvaient être que les Congolais".
Le ministère de l’Intérieur indien a également été invité à s’exprimer mais n’a pour le moment pas répondu à nos questions. Nous publierons sa réponse si celle-ci nous parvient.
 
Les Congolais arrêtés sont transférés à la cour de justice de Jalandhar dimanche 16 juin. Vidéo relayée sur Facebook.

"Ils nous provoquent car ils savent que, quoi qu’il arrive, c’est le Noir qui sera interpellé"

Keita (pseudonyme) est étudiant en informatique à l’université Lovely Professional de Jalandhar. Il faisait partie des Congolais interpellés mais a réussi à s’enfuir du commissariat où les policiers les interrogeaient.
 
Le Congolais qui a été pris a parti par des Indiens, à l’origine de la bagarre, est un de mes amis. Alors qu’il retirait de l’argent, une voiture s’est dirigé vers lui et l’a "tamponné". Ces "tamponnages" en voiture sur des Noirs africains sont très fréquents dans le Pendjab, c’est une façon d’intimider et de provoquer pour pousser à la faute car ils savent que, quoi qu’il arrive, c’est le Noir qui sera interpellé.
 
Mon ami a alors demandé des explications, et les Indiens sont descendus de voiture avec des battes de cricket en lui disant qu’ils allaient lui faire la peau. C’est à ce moment qu’il nous a appelés, que nous l’avons rejoint pour le défendre et que ça a dégénéré. [Cette version n’a pu être vérifiée indépendamment par FRANCE 24, NDLR]
 
Lorsque les policiers nous ont arrêtés, ils n’ont pas été agressifs. Mais une fois dans le commissariat, ils ont été de plus en plus menaçant. J’ai réussi à m’enfuir en courant, en échappant à la vigilance de l’un d’entre eux. J’ai entendu à ce moment-là mes amis crier et aperçu de loin les policiers les frapper.
 
"On nous interpelle en faisant des bruits de singe"
 
Dans l’esprit des Indiens, et même des policiers, le Noir est suspect. Nous sommes régulièrement accusés d’être des dealers ou des alcooliques. Je ne peux pas aller chez le médecin sans que celui-ci ne demande si je prends de la drogue.
 
Il est fréquent que des Indiens nous interpellent en disant "kalou" ["nègre" en hindi, NDLR] en faisant des bruits de singe. N’importe quelle action quotidienne est plus compliquée pour nous. Lorsque l’on fait des démarches administratives, on tombe souvent sur des gens qui nous parlent en hindi et se moquent de nous. D’autres nous disent que l’Inde est déjà surpeuplé et qu’on n’a rien à faire ici.

"On a l’impression que pour eux, le Noir est maudit des dieux"

Christophe Okito est président de l’Association des étudiants Africains en Inde.
 
Les Africains viennent en Inde parce que les visas étudiants sont facile à avoir notamment dans le domaine de l’informatique et des technologies. Nous sommes entre 500 et 600 Noirs africains à Jalandhar dont une cinquantaine de Congolais. Le Pendjab est un État très religieux [60% des Pendjabis sont sikhs et l’État abrite le principal lieu saint du sikhisme, le Temple d’Or, NDLR], et de façon générale, les étrangers sont très mal perçus. Il y a une sorte de repli identitaire plus important qu’ailleurs en Inde.
 
On a vraiment l’impression que, pour eux, le Noir est maudit des dieux, qu’il est voué à être un esclave, alors que le Blanc est signe de réussite. Ici, l’intolérance et le racisme transforme le Pendjab en enfer des Noirs africains. C’est moins le cas à New Delhi, où la population est beaucoup plus multiculturelle.
 
Mais ce n’est pas la première fois qu’un Noir est pris à partie par des Indiens dans le Pendjab. En avril 2012, un jeune burundais avait été tabassé et est resté neuf mois dans le coma. Mais la situation est telle qu’on envisage en ce moment que les étudiants congolais qui ne sont pas en dernière année d’étude soient transférés dans des universités à New Delhi pour leur sécurité.
 
Cette nouvelle injustice a poussé tous les Noirs africains de Jalandhar à se réunir et nous planifions d’organiser prochainement des actions pour dénoncer ce que nous vivons.

Commentaires

au Congo ce sont les policiers!

Au Congo, les policiers s'en prennent aux adolescents, et les humilient! Pourquoi?

au Congo ce sont les policiers!

Au Congo, les policiers s'en prennent aux adolescents, et les humilient! Pourquoi?

Pourquoi devrons-nous

Pourquoi devrons-nous aujourd'hui le racisme anti-noir de l'Inde?
La population originelle de l'Inde était noire. La conquête du sous-continent indien par les Indo-aryens conduit de massacres de presque toutes les populations noires et la création de la caste des Intouchables, et à l'oppression des populations noires de l'Inde dont les Tamoules. Dans certains Etas de l'Inde, se produsient encore aujourd'hui e lynchages de noirs, des actes de violences fortuites contre les Noirs. C'est un sujet de préoccupation des activistes Américains Afrikains, dont l'activité principale et les minorités noires dans le monde, en dehors de l'Afrik. Il y a de photos prises par hasard dans la rue, qui montrent de scène de violences contre les Indiennes noires et les Indiens noirs indmissibles. Les étudiants noirs (afrikains ou kongolais) doivent se renseigner sur la politique raciale des pays, où ils veulent aller étudier. Nos ambassades doivent mettre ces infos à leur disposition.

Mon frèr tu as raison mais le

Mon frèr tu as raison mais le problème c'est que les diplomates ne donne jamais d fiable info aux étudiants. ils font rever avec des idées fausses. en plus de cela ces diplomates le plus souvent ignor ces racisms car ils ne sont jamais tuché. ils sont ds leurs buro ou a dé cocktails ils ne touchent jamais aux realité des etudiants alors comment vont ils reagir?
Moi suis étudiant en algerie et les africains des pays subsahariens ou en general les noirs vivent les memes conditions q'en inde ou peut etre meme pires.

Info ou intox : aide indienne (bourse étudiante, crédits, ...)

Certains de mes compatriotes là-bas reprochent au gouvernement indien d'accueillir des étudiants africains et d'autres pays pauvres ailleurs aux frais de l'état et d'accorder des crédits financiers aux états africains sans aucune garantie en retour pour nos intérêts commerciaux là-bas.

Certains se demandent pourquoi est-on généreux avec les Africains alors que des centaines de millions de gens vivent dans la misère en Inde ?!

la seule reponse à ce racisme

la seule reponse à ce racisme à travers le monde est de rester en afrique. L'afrique a tout ce dont elle a besoin. Les africains doivent s'organiser, s'unir, compter sur eux-memes.

L'informatique peut s'apprendre partout - on a besoin seulement de liberté, de démocratie, de l'électricité, d'un ordinateur, des livres d'informatiques et le reste la bibliothéque universelle Google donne son aide - Essayer, essayer,essayer dans la patience - à la fin - on devient profi. Tout est possible - Dieu nous aime tous, noirs, blancs, jaunes, rouges et toutes ces diversités fantastiques de la nature.

Je peux vous dire, les indiens ne font pas autrement. Quand on travaille avec un indien, un europeen ou un autre on se rendre compte que chaque homme peut y arriver et cela dans n'importe quel domain.

Les africains doivent de se débarrasser du complexe d'infériorité. La Chine de 30 ans avant n'est plus la Chine d'aujourd'hui - Cela ne sert à rien de critiquer les indiens ici. Aussi longtemps que l'afrique ne prendra pas sa destinée en main, elle vivra avec ces présentiments que nous rencontrons à travers le monde. Heureusement pour l'Afrique il existe à travers le monde l'organisation humanitaire - les droits des hommes.
Je pense pas que les africains feraient mieux, s'ils se trouvaient dans la peau des autres qui les séggrègent aujourd'hui. Il y a de cela 25 ans quand je travaillais dans un laboratoire avec une chinoise, moi le noir j'avais plus de considérations que la chinoise mais et aujourd'hui? La Chine s'est réveillée et avec elle sa nation.

Alors frères africains, pas de haine contre une race - nous ferions selon la nature des humains la meme chose - au lieu des lamentations, mettons-nous au travail - nous n'avions rien perdu et rien ne nous a dépassé - nous pouvons changer aussi nos moyens de vie et venir aussi en aide aux autres peuples - les autres peuples font la cuisine aussi avec la meme eau.

Unissez-vous, mettez-vous au travail - la nature est pleine d'inconnues - la simple grippe n'est pas encore vaincue, depuis l'existence de l'humanité - il y a trop à faire - tous les jours - Pensez à comment je peux contribuer à améliorer la vie sur cette terre, aussi longtemps que je vie - pas de haine - elle ne sert à rien - personne ne restera éternel sur cette terre et n'atteindra le ciel - C'est le meme universum.

Tete haute - entraidez-nous et venons en aide à l'humanité, quand nous le pourrons.

Racisme international!

Excellente réponse! malheureusement elle est bien minoritaire; la pluspart des commentateurs se contentent de prendre la défense de leurs compatriotes, sans même savoir ce qui s'est réellement passé; si l'Inde est raciste, c'est tout autant que la Chine, et aussi les pays Africains!Les Ivoiriens de souche n'ont que mépris pour les Burkinabés, les Maliens et les Sénégalais; les Libanais méprisent les noirs; les Saoudiens traitent en esclaves les Asiatiques qui viennent travailler chez eux; les Tutsis ont massacré les Huttus... etc.. et les policiers congolais maltraitent et humilient les adolescents de leur pays ( sans doute ceux des ethnies différentes de la leur)!!

Arrestation des étudiants de la RDC à Pendjad

Je dénonce avec rigueur cette arrestation unilatérale des étudiants congolais par les autorités de la ville de Pendjad et je prône pour leur relâchement immédiat du lieu de l’incarcération car les raisons de leur détention ne sont pas fondées de toute évidence et si c'est derniers ont réellement commis des faits qu'ils leurs sont reprochés ,il est de toute logique que les indiens liés à cette affaire fasse aussi l'objet d'incarcération.

pitoyable

non je savais pas que c'etait aussi serieux
si je me fie aux temoignages de mes amis congolais ,je dirais que c'est injuste cette reaction de la part de ces policiers.
pourquoi seulement retenir les congolais ? c'est vraiment de le DISCRIMINATION.

Et la reponse des Congolais



Fermer