Les Malaisiens dénoncent l’utilisation d’une encre "pas vraiment indélébile" lors des élections

 
L’encre bleu foncé utilisée pour marquer les doigts des électeurs malaisiens était censée être indélébile afin que personne ne puisse voter plus d’une fois lors des élections du dimanche 5 mai. Pourtant, des dizaines de vidéos ont été publiées sur Internet montrant des électeurs enlevant leur marque bleue en utilisant un simple produit vaisselle.
 
Les élections législatives, dont le taux de participation s’est élevé à 80 %, sont les plus serrées depuis que la Malaisie est indépendante. Cependant, le Barisan Nasional, parti au pouvoir depuis plus d’un demi-siècle, a remporté la majorité des voix. Le Premier ministre, Najib Razak, a prêté serment lundi pour un second mandat, alors que plusieurs organisations dénonçent de multiples fraudes.
 
Les partis d’opposition et les groupes de défense du droit des électeurs se sont particulièrement inquiétés de l’encre utilisée lors du scrutin, affirmant qu’elle était très facile à retirer. Le Premier ministre avait pourtant affirmé que le produit était parfaitement indélébile. De nombreuses plaintes ont été enregistrées par les organisations à ce sujet.
 
La Commission électorale a admis lundi que l’encre utilisée en Malaisie n’était pas aussi forte que celle utilisée dans d’autres pays parce qu’elle devait être "halal". Néanmoins, le président de la Commission, Tran Sri Abdul Aziz Mohd Yusof, a affirmé qu’il ne pensait pas que cela ait pu entraîner des fraudes car les électeurs devaient aussi présenter leurs papiers d’identité.
 
Vidéo publiée par un blogueur malaisien, Bernard Eng.
 
Contributeurs

"L’encre est partie facilement quand je me suis lavé les mains"

W.L. a voté lors des élections du dimanche 5 mai.
 
Je suis allée voter avec ma famille vers 9h30. À 13h, après le déjeuner, une grande partie de l’encre est partie quand je me suis lavé les mains, pas plus énergiquement que d’habitude. J’ai donc pris une photo [voir la photo en bas à droite]. Plus tard, quand j’ai fait la vaisselle, l’encre était quasiment invisible ! [Voir photo en bas à gauche]. Malheureusement, ce n’était pas un cas isolé : la plupart de mes amis m’ont raconté qu’ils avaient connu la même expérience...
 
 
W. L. a photographié son doigt après le vote, après avoir lavé ses mains et après avoir fait la vaisselle.
 
 

"Le problème est apparemment lié au fait que l'encre sèche trop lentement"

Fahmi Fadzil est le secrétaire politique de la candidate de l’opposition Nurul Izzah Anwar. Il a supervisé la campagne à Lembah Pantai, un quartier de la capitale, Kuala Lumpur.
 
 
J’ai reçu beaucoup d’appels de la part de résidents que je connais personnellement qui m’ont dit qu’ils étaient capables de retirer l’encre en lavant leurs mains avec du produit vaisselle. Le problème est apparemment lié au fait que l’encre sèche trop lentement. Il suffisait donc de se laver les mains rapidement pour effacer toute trace.
 
Malheureusement, ce n’est pas le seul problème que nous avons rencontré. Notre quartier comptait 14 bureaux de vote, tous dans des écoles, avec des représentants de notre parti contrôlant chacun d’entre eux. Dans plusieurs bureaux, nous avons remarqué des véhicules qui n’avaient visiblement rien à faire là. Ils circulaient à l’intérieur et à l’extérieur du périmètre de l’école tandis que les bureaux étaient encore ouverts. Dans plusieurs bureaux, nous leur avons bloqué l’accès. Nous ne savons pas ce qu’ils transportaient mais nous ne pouvons pas écarter le fait qu’il s’agisse d’urnes pré-remplies.
 
"Quand les bureaux ont fermé, les équipes organisant le vote ont demandé à nos observateurs de 'faire une pause' et de quitter la pièce. Bien sûr, nous avons refusé"

Mais ce n’est pas tout. Dans un bureau, l’équipe de mon parti a vu un agent de vote remplir les bulletins des personnes âgées à leur place. Par ailleurs, dans le bureau de vote où je travaillais, nous avons remarqué que quelques immigrés venant de Birmanie avaient participé au vote. Ces personnes arrivées récemment en Malaisie avaient leur papier en ordre mais il était clair pour nous qu’ils avaient obtenu leurs papiers dans le seul but de mettre leur bulletin dans l’urne [D’autres groupes d’opposition ont fait des remarques similaires sur des 'incidents' impliquant des étrangers qui auraient reçu très rapidement la citoyenneté afin de pouvoir voter]. Quand ce bureau de vote a fermé, les équipes organisant le vote ont demandé à nos observateurs de 'faire une pause' et de quitter la pièce. Bien sûr, nous avons refusé.
 
 
Article écrit par Gaëlle Faure, journaliste à FRANCE 24 (@gjfaure). 

Commentaires

Pathetique

Si c'est halal, les tricheurs du BN seront punis! Une partie du monde est au 21eme siecle, une autre au 4eme...

Elections tres serres et bien sur il ya des fraudes

Le barisan nasional (au pouvoire) avaient des craintes , cette election etait la plus importante pour les 2 camps la plupart des pronostic prevoyaient ;une victoire de l opposition ou un score de 48% pour le Bn
le systhem electoral favorise le Bn dont la mesure ou la compagne a plus de candidat par rapport au centre urbains,les zone ruraux malaisienne dont la totalite des ces habitans sont malais vote pour Bn car joissant d allocation et differentes aides financierement dont les quotas les plus importante reviennent au malais

C est cette discrimination positives pour certains et racial pour d autre que Anwar Ibrahim a plusieurs reprise fait de ce sujet un programme

Des fraudes il y on a eu ,des etrangers souvent issue de la main d ouevre asiatique a ete muni de cartes d identite uniquement pour voter pour Bn,des observateurs du Pkr(opposition) ont ete expulsee dans un village,
des militants de Bn propose des billet d argent si les feilles du Pkr leur est apporte



Fermer