Soupçonné d’espionnage, un Syrien lynché et humilié au Liban

Capture d'écran de la vidéo ci-dessous.
 
 
Frappé, couvert de bleus, dénudé et promené pendant trois kilomètres avec une corde au cou : c’est l’humiliation subie par un Syrien alaouite à Tripoli au Liban lundi après-midi, dans un quartier sunnite de la ville. Ses agresseurs le soupçonnaient d’être lié au régime syrien.
 
L’homme a été attaqué alors qu’il était au souk Dahab de Tripoli, deuxième ville du Liban, située au nord du pays, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière syrienne. Ce marché est un lieu de rendez-vous des salafistes sunnites de la ville. Selon nos Observateurs sur place, les hommes qui l’ont interpellé estimaient qu’il était en possession d’un papier témoignant de son appartenance aux services secrets syriens. L'homme a été mis à nu par ses agresseurs, qui ont écrit sur son torse : "je suis un shabiha alaouite", en référence aux shabihas de Syrie, des milices à la solde du régime. Après l’avoir violemment frappé, puis l’avoir exhibé dans les rues, les agresseurs ont mené l'homme auprès des services de renseignement de l’armée, qui l’ont interrogé et relâché.
 
ATTENTION: Cette vidéo peut choquer.
 
Cette vidéo amateur a été relayée par de nombreuses chaines de télévision libanaises. 
 
Tripoli est peuplée à 80% par des sunnites, très majoritairement opposés au régime de Bachar al Assad. Mais la ville compte également un quartier alaouite, Jabal Mohsen, favorable au président syrien lui-même tenant de cette branche du chiisme. Depuis mai 2012, en marge du conflit syrien, elle est régulièrement le théâtre d’affrontements entre des milices de Bab el-Tebbaneh, quartier populaire acquis à la cause de la révolution syrienne, et des miliciens alaouites de Jabal Mohsen. Pour notre Observateur, l’interpellation de cet homme lundi sonne comme un avertissement des sunnites envers les alaouites qui s’aventureraient dans certains quartiers de la ville.
Contributeurs

"C’est un message aux Alaouites pour leur dire que toute personne soupçonnée d’être liée au régime syrien peut subir le même sort"

Abou Baker (pseudonyme) est sunnite et vit à Tripoli, où il travaille dans la communication.
 
Je n’étais pas sur place lors de l’arrestation de l’homme, mais j’ai parlé avec des témoins. Sur le marché, un enfant l’a entendu parler, a reconnu son accent syrien et en a informé des adultes. Les salafistes ont alors interpellé l’homme et lui ont demandé ses papiers. Il avait une carte d’identité syrienne et un laisser-passer qui lui permet d’aller et venir entre les deux pays, mais sûrement pas une carte des services secrets du régime comme on a pu l’entendre. S’il avait effectivement été un espion, il ne se serait jamais promené avec de tels papiers sur lui !
 
Cet homme n’avait donc rien à voir avec le régime d’al Assad, il était juste syrien. Pour moi, il n’y avait aucune raison qu’il se fasse arrêter. Des alaouites travaillent chaque jour à Tripoli en bonne entente avec des sunnites. Outre les périodes d’affrontements que connaît la ville au gré de l’actualité du conflit en Syrie, il arrive qu’il y ait parfois des incidents de ce genre. Pour moi, le but de ceux qui l’ont arrêté et lynché est simple : c‘est une façon d’envoyer un message aux alaouites pour leur dire que toute personne soupçonnée d’être liée au régime syrien peut subir le même sort .
 
Les salafistes l’ont ensuite conduit auprès des autorités en charge du renseignement. Le fait qu’aucune force de police ne soit intervenue alors qu’il était promené corde au cou et qu’on voyait qu’il avait été frappé, montre une fois encore l’incapacité de l’Etat libanais à contenir les tensions dans les rues de Tripoli.
 

Commentaires

ces gens(agresseurs) me

ces gens(agresseurs) me donnent la nausee et les gouvernements ne font jamais rien pour proteger les minorites surtout dans un pays comme le liban qui a ete infiltre par le hezbollah.

Choquant

Contraire à l'éthique et à la conduite du bon musulman, je rappelle un verset parmi tant d'autres prohibant le mauvais traitement des personnes non combattantes - « Et combattez pour la cause de Dieu contre ceux qui vous combattent, mais ne commettez pas d’agressions, car, certainement, Dieu n’aime pas les agresseurs »

Ce verset permet toutes les interprétations.

"Ceux qui vous combattent"? "ceux" comme groupe ou comme des individus? Ceux qui combattent quoi? Les personnes ou une idée (la religion). Ceux qui combattent comment, par les armes ou par les mots? Ce verset permet parfaitement de justifier l'agression commise si l'on considère que les Alaouites sont des hérétiques et qu'ils sont collectivement responsable d'une agression conte l'Islam sunnite. C'est aussi ainsi que le Hamas justifie ses roquettes et attentats car pour eux les Israéliens sont collectivement responsables et agresseurs, femmes, enfants, vieillards et civiles.

Aucun dogme ou texte religieux n'a jamais remplacé le bon sens et la charité. A ce niveau l'humanisme et la tolérance laïque est bien plus acceptable.

un syrien lynché

Bien évidemment le verset est clair et net mais l’interprétation, voire la compréhension n'est pas la même dans toutes les têtes des musulmans. On se rend de plus en plus compte de certains arrangements, utilisation facile du Saint Coran, pour donner cours à nos actes se trouvant trop souvent à coté de l'islam.

Quelle mascarde....

Quelle honte!!!! Cette histoire m'a certainement atristé en tant que Libanais. Quand on voit circuler sur la toile et les tv dfu monde entier une info pareille, je me sens humilié en tant que jeune, indpépendant vivant dans un pays phare comme le Liban....Nous assistons depuis des années à la montée alarmante de plusieurs courants salafistes que je qualifie de sectes....Cette tendance est de plus en plus visible dans les régions les plus défavorisés du pays. De plus en plus de jeunes s'enrolent dans des mouvements à coloration religieuse. La situation régionale et notamment la guerre qui ensanglante la syrie pousse les détracteurs à Bachar el Assad à verser dans l'extrémisme. Bab el tebbaneh (un quartier défavorisé de tripoli qui est sans doute le quartier le plus pauvre du Liban) est devenu un bastion salafiste par excellence...Cet acte odieux et horrible m'a outré...Il a certainement choqué bon nombre de Libanais qui refusent la "sauvagerie" et la barbarie....Les autorités sunnites instrumentalisent désormais la religion et profitent de la détresse des gens pour leurs faire subir leurs diktats: Quand on est pauvre, délaissé on est facilement récuperer par n'importe quel réseau rigoriste, de prostitution.....
ce n'est pas le Liban que vous voyez à travers cet article: La valeur de mon pays passeau-delà d'un tel act anarchique médiéval....Halte aux salafistes et à l'idéeologie wahhabite qui envahie le monde arabe.....



Fermer