De Boston à Waco, des chiens au chevet des blessés

Les chiens rendent visite aux blessés des explosions du marathon de Boston. Avec l’aimable accord de Lutheran Church Charities.
 
En l’espace de trois jours, les États-Unis ont vécu deux événements traumatisants. L’attentat du marathon de Boston et l’explosion d’une usine à West, près de Waco dans le Texas, où dix-sept personnes ont été tueés en tout, ont également laissé des séquelles psychologiques importantes chez les nombreux blessés. Pour les réconforter, une organisation mise sur la présence de chiens pour apaiser les personnes affectées.
 
Le projet "K-9 Comfort Dogs" a été lancé en août 2008 par la mission de l’Église luthérienne pour la charité. Soixante-sept chiens spécialement dressés interviennent dans sept États américains. En temps normal, ils se rendent dans les écoles dans un but pédagogique, ou sont présents dans les églises et lors d’événements caritatifs. Mais selon l'organisation, en temps de crise, les meilleurs amis de l’homme peuvent aider les victimes à tourner la page d’un événement marquant.
 
Ces chiens n’en sont pas à leurs premières missions : déjà présents dans les hôpitaux pour réconforter les blessés de la tuerie de Newtown en décembre dernier, ils sont également intervenus lors du passage des ouragans Sandy et Katrina. Après six jours à Boston, lundi, une équipe de chiens est partie pour Waco où 160 personnes ont été blessées.
 

Contributeurs

“Après un traumatisme, les victimes s’ouvrent plus facilement lorsqu’elles sont au contact d’un animal”

Tim Hetzner est président de la mission de l’église luthérienne pour la charité. Il vit à Chicago, mais a été mobilisé pour partir à Boston puis à Waco avec cinq chiens.
 
 
Après l’ouragan Katrina, nous nous étions rendu compte à quel point les gens étaient attachés aux animaux et à quel point c’était inconcevable pour eux de les abandonner, même au péril de leur vie. J’ai réalisé à ce moment là combien les animaux pouvaient apaiser les souffrances. S’occuper d’un chien a des vertus apaisantes, et des études montrent même que cela diminue le stress.

Tous nos chiens sont des labradors spécialement entraînés pour rester calmes lorsqu’ils prennent l’avion ou dans toute situation bruyante. C’est important qu’ils soient éduqués à être aussi doux avec un enfant qu’avec une personne âgée. [selon la Lutheran Church Charities, tous les chiens ne sont pas aptes à être un "chien de réconfort" ; les golden retriever sont les plus adaptés à ce type de mission, à condition d’être dressés dès leur plus jeune âge – entre quatre et six semaines – à ne pas aboyer ou à ne pas sauter sur un être humain].
 
Un groupe s'arrête près de l'église luthérienne de Boston pour rencontrer les chiens.
 
Après un traumatisme, il est étonnant de constater que les victimes s’ouvrent plus facilement aux êtres humains lorsqu’elles ont été au contact d’un animal. C’est comme si les chiens avaient un sixième sens, celui de l’empathie, et qu’ils étaient capables de guérir des souffrances. Mais on ne peut pas aider tout le monde. [L’organisation avoue faire face à de nombreuses demandes et doit procéder à des choix arbitraires : ce sont les pasteurs de l’église luthérienne qui décident des missions en fonction des besoins.]

C’est très difficile de dire combien de personnes ont été aidées par la présence de ces chiens, mais en tout cas, à Boston, une centaine de personnes, blessées ou pas, les ont rencontrés et ont trouvé du réconfort à leur contact. Lorsque j’étais en visite dans un hôpital jeudi dernier, une femme qui venait juste de subir une opération à la jambe s’est levée de son lit pour venir caresser le chien ! Comme si sa douleur s'était atténuée au contact d’un animal.
 
 
La mission de "Comfort Dogs" est arrivée aujourd'hui à Waco au Texas.
 


Fermer