Pourquoi Al-Qaïda dévoile son implication dans la guerre en Syrie

Capture d'écran montrant des djihadistes du Front Al-Nosra.
 
Le chef d’Al-Qaïda en Irak a rendu publics, mardi, les liens de l’organisation terroriste avec le groupe djihadiste syrien du Front Al-Nosra. En retour, le chef du Front Al-Nosra a voué allégeance au chef de l’organisation et successeur d’Oussama Ben Laden, Ayman al-Zawahiri. Le 7 avril, ce dernier avait appelé au djihad en Syrie. Un chef combattant djihadiste décrypte la stratégie syrienne des chefs de la nébuleuse terroriste.
 
Dans sa dernière déclaration, Abou Bakr al-Baghdadi, à la tête d’Al-Qaïda en Irak, aussi appelé l’État islamique d’Irak, a officialisé l’appartenance du Front Al-Nosra à son organisation. Apparu début 2012, le Front Al-Nosra compte désormais parmi les groupes armés les mieux équipés et les mieux structurés de l'insurrection syrienne. Dans ce même communiqué, al Baghdadi annonçait vouloir intégrer Al-Qaïda en Irak et Front Al-Nosra sous la nouvelle bannière de l’État islamique d’Irak et de Cham [Syrie historique].
 
Attaque du Front Al-Nosra contre le ministère de l'Intérieur syrien le 12 décembre dans la capitale syrienne Damas. Vidéo de propagande.
 
Dans un document audio posté sur YouTube, Abou Mohammed al-Joulani, chef du Front Al-Nosra a affirmé ne pas avoir été consulté. Il explique toutefois "répondre favorablement à l’appel de Baghdadi pour se hisser vers le meilleur en vouant allégeance au Cheikh Ayman al-Zawahiri". Et sans pour autant refuser l’intégration dans le nouvel État Islamique d’Irak et de Cham, il dit vouloir maintenir l’existence de la "bannière du Front Al-Nosra".

Louaï Mokdad, porte-parole de l’armée syrienne libre (ASL) auprès de laquelle le Front Al-Nosra a combattu, a déclaré que l’ASL "n’adopte pas l’idéologie d’Al-Qaïda et que la coopération avec le Front Al-Nosra a été imposée par la situation sur le terrain". Il y a quelques semaines, l'ancien chef de l’ASL, Riyad al-Assaad avait pourtant ouvertement affiché son soutien au groupe djihadiste et refusé que le front soit qualifié d’ "organisation terroriste" par Washington.
 
Les autorités syriennes ne se sont pas exprimées après ces déclarations. Pour le journal El-Watan, proche du régime, les prises de positions d’Al-Qaïda confirment le fait que l’armée syrienne régulière "lutte contre des terroristes".
Contributeurs

"Un État islamique s’inscrit dans la suite logique de notre combat"

Mohammed, chef d’Ansar al-Chariaa, un groupe djihadiste proche du Front Al-Nosra.
 
Dans le fond, on est tous d’accord avec les déclarations d’al Baghdadi et on se réjouit de cette déclaration. Mais on rejoint aussi le chef Joulani qui appelle à attendre les conclusions d’une choura (concertation) entre les différents groupes actifs sur le territoire syrien pour voir les modalités de cette allégeance et comprendre pourquoi le groupe n’a pas été concerté.
 
Tout le monde connaissait les orientations du Front Al-Nosra et son affiliation avec l’État islamique d’Irak, ce n’est pas un secret. Je ne pense pas que cela ait un impact négatif sur le terrain, car jusqu’à présent la communauté internationale ne nous a rien donné alors que ça fait deux ans que le peuple syrien se fait massacrer. Dans tous les cas, un État islamique [aussi appelé califat, NDLR] s’inscrit dans la suite logique de notre combat.
 
Je viens de participer [le 10 avril, NDLR] à une réunion avec les différents groupes combattants actifs dans ma zone y compris de l’ASL. Il faut savoir que tous ceux qui sont venus œuvrent aujourd’hui pour un État islamique. Pourquoi avons-nous fait tous ces sacrifices si c’est pour donner le pouvoir à des personnes nommées par les puissances étrangères ? Ou même pour instaurer une démocratie ? On a vu les expériences démocratiques dans d’autres pays arabes après les révolutions et le résultat n’est pas du tout encouragent.
 
Beaucoup estiment que cette annonce de Baghdadi était précipitée, mais il y a deux paramètres à prendre en considération. Tout d’abord, depuis peu des groupes de combattants apparaissent, notamment dans la région de Ghouta al-Charkiya [près de Damas, NDLR] et de Deraa. Ces groupes empruntent des noms islamistes. Mais derrière, ce sont des combattants contrôlés par Washington, pour contrer la montée en puissance du Front Al-Nosra. Les chefs d’Al-Qaïda ont donc voulu lancer un appel à tous les combattants djihadistes pour qu’ils se mettent sous leur bannière.
 
Le deuxième volet est politique : on sait que des groupes de djihadistes, comme la brigade Al-Fourkan, sont directement soutenus par le Qatar, d’autres sont directement soutenus par l’Arabie saoudite et il semblerait que ces groupes s’apprêtaient à déclarer leur propre État islamique. Or, le Front Al-Nosra, aurait eu du mal à refuser d’intégrer cette entité islamiste sans que cela ne soit considéré comme une scission avec tous les autres groupes combattants djihadistes. Donc al-Baghdadi a préféré prendre les devants en déclarant l’État islamique d’Irak et de Cham, bloquant toutes les autres initiatives. 

"Cette annonce est un cadeau inestimable pour Assad et pour sa propagande"

 Salam Mohammad, activiste et porte-parole de SNN Sham News Network, le premier groupe organisé sur les réseaux sociaux pour la diffusion de vidéos amateurs de la rébellion.
 
La déclaration d'al Baghdadi comme celle de Joulani ne concerne qu’une infime partie de la rébellion syrienne. Notre volonté depuis le début de la contestation est d’instaurer une démocratie et un État de droit pour toutes les composantes, aussi diverses soient-elles, de la société syrienne.
 
C’est une déformation de la réalité syrienne et de la volonté du peuple syrien. Il faut admettre néanmoins qu’il y a une grande confusion dans les rangs des rebelles depuis cette annonce, qui est un cadeau inestimable pour Bachar al-Assad et pour sa propagande. La communauté internationale était déjà réticente à nous venir en aide et je pense que, dans les prochains jours, les choses risquent encore de se dégrader.
 
Mais quoi qu’il arrive, l’avenir de la Syrie reposera sur un État séculier et démocratique pour tous.
Billet rédigé avec la collaboration de Wassim Nasr (@SimNasr), journaliste à FRANCE 24.
 

Commentaires

le scenario probable est le

le scenario probable est le suivant, l installation d un regime des foux qui se couvre de la religion et la salir encore plus , ceci se concorde avec la tactiques du diable, la premiere victime sera la femme qui represente la moitie de la societe ,apres ca au nom de la solidarite des peuples et la liberte et la democratie l ingerence de la communaute international qui en faite nest que la volonte des anciens et nouveaux colonisiateurs , et ceci entre dans le modellage du grand moyen orient , affaiblir ces pays et les detruire par les mains de ses propres fils. merci les gas reveillez vous , vous detruisez vos patrie.

Proverbe.

Dis moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es !

bonjour les gas, bravo vous

bonjour les gas,
bravo vous avez reussit a detruire votre pays, un pays ancestral , vous etes entreint de s autodetruire au nom de quoi .

la rose des sables

la rose des sables
Cordialement "la base de la base"



Fermer