"La Ligne directe des Observateurs"

 
 
Fort du succès de l’émission hebdomadaire "Les Observateurs de FRANCE 24", notre équipe a le plaisir de vous présenter une nouvelle émission, une mensuelle de 12 minutes, dans laquelle nous allons à la rencontre de nos Observateurs aux quatre coins du monde. Découvrez "La Ligne directe des Observateurs".
 
"Ligne directe", c’est l’aboutissement d’un cycle d’information pluri-média. Tout commence avec notre réseau d’internautes, ces Observateurs du monde entier qui nous envoient des photos, des vidéos, et des témoignages. En cinq ans, nous avons créé une communauté de plus de 3 000 Observateurs qui contribuent aux articles publiés sur nos sites en français, anglais et arabe. Nous travaillons ensemble de façon virtuelle - au travers des réseaux sociaux, par webcam ou par téléphone - pour recueillir des informations exclusives, vérifiées par notre équipe de journalistes. Avec "Ligne directe", nous allons maintenant prolonger cette expérience sur le terrain.
 
Notre premier épisode s’intéresse à une guerre du zébu aux confins de Madagascar. Une Observatrice nous avait envoyé des images de cadavres qu’elle avait prises dans un petit village du sud du pays. Nous avions publié un article sur notre site qui racontait comment des villageois avaient massacré des voleurs qui tentaient selon eux de faire main basse sur leurs troupeaux de zébus. Un incident qui avait fait 86 morts. Mais nous souhaitions en savoir plus sur cette histoire tragique : pourquoi les villageois s’étaient-ils fait justice eux-mêmes ? S’agissait-il vraiment de légitime défense ? Julien Pain, journaliste aux Observateurs, est donc parti rendre visite à notre Observatrice, qui l’a accompagné dans les montagnes de Madagascar pour aller rencontrer les villageois et les autorités de l’île.
 
Découvrez par vous-même le résultat dans ce premier épisode de "Ligne directe…"
 
Contributeurs

Commentaires

Acte barbare

Ce que cette image montre n est pas un acte poli,nous sommes dans une société qui veut que nous nous tolérions les uns les autres .

A quelle société faites-vous

A quelle société faites-vous référence ?

Jugement facile

Très bon reportage ; bien que tragiques, les images sont belles.

Mais la conclusion mettra certainement mal à l'aise les Malgaches : "Madagascar, pas un Etat de droit" sonne comme une leçon de vasaha à un pays du Sud, plongé depuis 4 ans dans une grave crise politique ! l'augmentation du nombre d'agressions dûes aux dahalos et la vindicte populaire qui en découle sont évidemment des symptômes de cette crise qui a mis un coup d'arrêt à tant de progrès de la Grande Île. Ses citoyens ont appris à se débrouiller sans l'aide de fonctionnaires mal payés, sous-équipés et bien souvent corrompus.
Les sourires généreux et dignes des Malgaches cachent bien la détresse et le fatalisme qu'ils ressentent plus que jamais.

Evitons ce genre de conclusions un peu faciles.

Entièrement d'accord avec

Entièrement d'accord avec votre analyse, à une exception.
Comment peut-il y avoir un état de droit, quand les villageois ne peuvent compter que sur eux pour se défendre. Croyez vous que l'attaque d'un village par une horde de dahalos se fasse sans "casse" ?
D'un autre côté, ces dahalos ne sont que de simples exécuteurs, qui dans cette partie de l'île déshéritée n'ont trouvé que ce moyen pour survivre.
C'est aux commanditaires qu'il faudrait s'attaquer, mais ceux-ci sont intouchables.
Vos deux derniers intervenants ont peut être une petite idée sur l'identité de ces commanditaires. Quand à leurs réponses, celle du gendarme en poste dans la région, me parait beaucoup plus près de la réalité.
Bravo à France 24 pour ce reportage, même que s'il ne donne qu'une image des faits. En 12 minutes, on ne peux développer un tel sujet. Par contre, un reportage sur un village venant d'être attaqué par les dahalos donnerai une autre vision des choses.
Un vasaha vivant dans le sud depuis quelques années, amoureux de ce pays à la fois extraordinaire et par certains cotés désespérant.

Il aurait été préférable de

Il aurait été préférable de commencer par un sujet moins grave. Le décalage entre l'échelle du massacre et l'indifférence des acteurs ainsi que la forte suspicions d'assassinat de prisonniers laisse plus mal a l'aise qu'autre chose.

Julien Pain,merci....Mais

Une anomalie que vous supposez,et que les armées d'Europe,d'Amériques ,de Russie et d'Asie,ne laissent pas indifférents quant aux 86morts contre 1.(Je sais ce que je dis).Les morts,ventres gonflés,sans leurs proches pour les pleurer.Prévenus qu'ils étaient par leur village voisin,et de si nombreux attaquants (pas un petit commando)pour...combien de zébus?.Là,votre enquéte,bien que sérieuse manquait d'une perception qui n'aurait pas démérité auprés du TPI,"armée avec épaulettes".

C'est tragique cette

C'est tragique cette histoire. Le gouvernement devrait donner des explications suffisantes et répondre de ses responsabilités. Il n'y a pas de raisons de laisser de tels actes impunis.



Fermer