Ma femme veut garder la maison ? J’envoie ma milice…

Un assaillant attaquant la femme de Youssef Tazi.
 
Une vidéo amateur montre une villa d’un quartier résidentiel de Rabat prise d’assaut par une centaine d’hommes armés de pelles et de bâtons. Une descente commandée par un ancien parlementaire marocain qui utilise des méthodes peu orthodoxes pour régler un conflit avec sa femme.
 
Youssef Tazi et sa femme sont en instance de divorce. Il n’a donc plus le droit de résider au domicile conjugal jusqu’au jugement. Mais l’homme politique n’est pas prêt à lâcher sa maison, qui appartient officiellement à une société dont le couple et ses enfants sont actionnaires. Alors pour récupérer son bien, il fait donc appel à des hommes de main qui prennent d’assaut la villa et passent à tabac ses résidents. Une vidéo amateur témoigne de la violence de l’intervention.
 
Diaporamas de photos de l'attaque.
 
Plusieurs arrestations ont eu lieu à la suite de cet incident, qui s’est déroulé le 5 avril, et une enquête de la police est en cours.
 
Youssef Tazi est un ancien parlementaire marocain. Début 2013, il a été condamné à deux ans de prison avec sursis pour son implication dans une affaire de détournement de fonds publics.
Contributeurs

"Certains assaillants étaient même cagoulés"

Amine Fassi est le beau-frère de Youssef Tazi. Il a filmé l’attaque de la maison.
 
Ma sœur avait reçu un coup de fil anonyme lui disant que son mari avait envoyé un groupe d’hommes pour la virer de la maison. Elle m’a demandé de venir filmer afin qu’on puisse fournir des preuves à la police du harcèlement dont elle est victime depuis le début de la procédure de divorce, il y a quelques mois. Elle a également contacté un huissier de justice pour venir constater les faits.
 
Youssef Tazi est arrivé accompagné d’un groupe d’une centaine de personnes. Ils sont venus à bord de voitures et de camionnettes, armés de pelles et de bâtons. Certains étaient même cagoulés.
 
Une partie des assaillants ont forcé la porte d’entrée tandis que les autres ont escaladé les murs de la maison. Ma sœur et mes parents ont accouru, ainsi que trois gardiens et un ami de la famille. Ils se sont défendus, comme on le voit sur la vidéo. Ma sœur et notre ami ont d’ailleurs été légèrement blessés. L’attaque a duré une vingtaine de minutes, puis ils ont pris la fuite. Mais les gardiens ont réussi à en bloquer quelques-uns qu’ils ont livrés à la police.
 
Après l’interrogatoire mené par la police, nous avons appris qu’une trentaine de ces hommes étaient des ouvriers que mon beau-frère embauchait depuis quelques années sur ses chantiers. Quant au reste, ce sont des voyous qu’il a recrutés dans le quartier "Attakadom", une cité populaire où on a l’habitude d’aller chercher des ouvriers qu’on paye à la journée. Youssef Tazi leur a dit qu’un groupe d’individus avait squatté sa maison et qu’il avait besoin d’hommes pour les déloger. Les ouvriers ne s’attendaient donc pas à ce que nous appelions la police. Cela leur a fait peur.
Cet article a été rédigé en collaboration avec Sarra Grira (@SarraGrira), journaliste à France 24.

Commentaires

L'affaire Lamya Fassi Fihri contre Youssef Tazi

—Hassan Rafiq

Home
About

Archive
Monthly Archives: May 2013
Qui veut gagner des millions, la suite.
May 6, 2013
Uncategorized
Leave a Comment

Exclusif. Enquête sur le couple Youssef Tazi et Lamya Fassi Fihri. Une affaire de gros sous. Les dessous d’une incroyable machination.

Mariés depuis 1982, Lamya et Youssef était un couple plutôt heureux, malgré l’omniprésence de la belle- mère de Youssef dans toutes les facettes de leur vie. Elle la régentait réellement puisque Youssef Tazi, au cours des ans, s’est retrouvé à prendre en charge et à loger chez lui sa belle-soeur, à employer son incapable de beau-frère amine (connu depuis internationalement à travers le montage vidéo grossier qu’il a réalisé et diffusé même en-dehors des frontières nationales). Amine Fassi-Fihri a perçu pendant plus de dix ans un salaire de 35000 dh, inversement proportionnel à ses compétences mais suffisant pour assurer à Youssef les bonnes grâces d’une belle-mère insatiable. Cette situation avait même fini par détériorer les relations de Youssef avec sa propre famille, ses parents étant systématiquement mis à l’écart de tous les évenements de sa petite famille. Les enfants subissaient l’influence de leur grand-mère maternelle qui n’avait de cesse de dénigrer leur famille paternelle, allant jusqu’à saper l’autorité du père. Plus ses affaires prospéraient, plus Youssef devenait la proie de sa belle famille.

Puis vint la découverte du cancer de Youssef en 2007. Cette épreuve rapprocha Youssef de ses parents et provoqua en lui une réelle remise en question de l’influence qu’exerçaient sur lui sa femme et sa belle-famille.

D’autre part, la pression financière pour subvenir aux besoins de sa femme, de ses enfants étudiants à l’étranger, de sa belle famille était devenue tellement forte à cause de leurs revendications toujours croissantes qu’il décida de réagir ; un jour il proposa entre autres de réduire le nombre de chauffeurs à la maison, la dernière de ses filles étant partie faire ses études au Canada. Son épouse lui signifia en hurlant qu ‘elle n’était pas de famille à subir des restrictions de budget. À noter que chez le couple, on en était arrivés à employer à domicile et à temps plein treize personnes, ce qui paraissait insensé au pauvre mari. Quant à son oisive de femme, elle profitait de la vie tout en clamant à toutes ses relations que ces abus étaient la volonté d’un mari mythomane et ayant la folie des grandeurs, mais qu’elle n’approuvait pas ces dépenses inconsidérées!! La réalité est que dans ce couple, le mari n’arrêtait pas de trimer du matin au soir, prenant tous les risques du monde pour assurer à sa femme et sa famille le standing de vie élevé qu’ils lui réclamait, tandis que l’épouse, qui n’avait jamais travaillé une heure dans sa vie, ne se réveillait tous les jours qu’après une heure de l’après-midi, passant ses nuits à voir des films et à lire des romans policiers. Est-ce l’influence de ses lectures conjuguée à la peur de perdre le contrôle de l’homme qui lui assurait sans contrepartie cette vie de rêve? Elle en vint à utiliser des méthodes peu orthodoxes, allant des écoutes téléphoniques à la filature et à l’enregistrement des communications de toutes sortes, l’espionnage de la vie professionnelle de son mari… qui ne pouvait plus supporter d’être suivi et surveillé. La vie conjugale était devenue impossible d’autant que les enfants avaient grandi et que Youssef ne pouvait concevoir certaines choses se passant sous son toit. D’abord le fait que les petits amis de leurs filles passaient la nuit à la maison, et en leur présence, un fait imposé par Lamya sans que Youssef ne puisse y changer quoi que ce soit. Youssef, scandalisé par la permissivité de sa femme et le manque de respect que tous manifestaient pour ses opinions, voyait se détériorer les relations familiales. Un fossé séparait les deux familles en matière de valeurs et de conception des pratiques admissibles ou non admissibles, Lamya faisait chambre à part, depuis des années et ce, même en voyage où il fallait réserver des chambres d’hôtel séparées pour monsieur et pour madame Tazi… Youssef cessa d’accepter de sa belle-famille leçons, remontrances et remarques méprisantes, notamment de sa belle-mère.

Échappant à son influence, avec du recul, la rupture était inéluctable. Elle fut définitive pour Lamya quand elle apprit que tous les biens que son mari avait mis en son nom étaient redevenus la propriété de Youssef Tazi.

En effet en septembre 2012, alors que Lamya séjournait chez ses enfants au Canada, Youssef, insécurisé par ses problèmes de couple, crée une holding et décide de reprendre à son actif les sociétés et les biens mis au nom de sa femme pour des raisons de santé, et ce au moyen d’une procuration générale établie par la propre soeur de Lamya, notaire de son métier; lorsque Lamya apprend que son mari a utilisé cette procuration elle voit rouge et appelle du Canada sa mère qui la somme de rentrer immédiatement; et c ‘est là qu’un plan machiavélique se met en place pour mettre Youssef hors contrôle et faire main basse sur tous ses biens. l’histoire de la maitresse n’est qu’un prétexte pour crier au scandale . Le véritable mobile pour Lamya et sa famille, c’est la fortune de ce mari qui semble leur filer entre les doigts. Comment Youssef, qui était sous leur coupe, Youssef qui mettait tout au nom des Fassi-Fihri, comment pouvait -il échapper à leur contrôle avec tout ce patrimoine. L’idée même de perdre un seul de leurs privilèges était insupportable à ces gens qui vivaient depuis si longtemps aux crochets de cet homme sans aucune retenue et sans contrepartie, sans même le respecter…

Lamya porte d’abord plainte au pénal contre son mari, pour une cession de terrain a ksar lekbir. Il est de suite convoqué par la police et Lamya lui envoie un texto le défiant d’aller au commissariat et d’en sortir. Youssef se rend au commissariat, explique qu’il a utilisé une procuration établie par la soeur notaire en bonne et due forme, que ce terrain lui appartenait au départ et qu’il l’a mis ensuite au nom de son épouse, documents à l’appui. Les policiers sont stupéfaits. pourquoi Lamya a omis de dire la vérité? Elle qui avait une très importante recommandation !!! Un policier fait même remarquer à Youssef que celle qui devrait être mise au trou, c’est la soeur notaire Nayla, car d’ après la loi, elle n ‘a pas le droit de faire un acte pour sa soeur. Les policiers au vu des documents remis par Youssef le laissent partir immédiatement après sa déposition. Lorsque Lamya apprend que son mari n’a pas été inquiété, elle devient folle de rage. Elle lui envoie un texto où elle jure par tous ses grands dieux qu’elle “ aura sa peau “… clairement. il n’a malheureusement pas pris la mesure cette menace.

La machine familiale se met en branle pour trouver le moyen de coincer Youssef. Tous les après-midi, la mère Rachida se réunit avec Lamya, avec Nayla la soeur notaire, en présence d’une autre amie notaire du nom de Ihsane Soufi , vieille fille cupide, qui avait déjà soutiré à Youssef la somme de trois millions de dirhams, demandés par Lamya à son mari pour une réconciliation passée, le tout maquillé en transaction imaginaire avec de faux reçus. Cette histoire fait d’ailleurs l’objet d’ une plainte pénale déposée chez le procureur général et les convocations sont lancées. Lamya décide, à ce stade, de tendre un piège à Youssef.

D’abord toute la famille investit la maison de Youssef et de son épouse Lamya. La belle-mère s’installe dans la chambre de son gendre et dort dans son lit. La famille refuse l’accès à Youssef Tazi de sa propre maison. Ce dernier va voir le procureur pour avoir l’aide de la force publique et se rend sur ordre du procureur chez lui assisté de policiers. La mère Rachida hurle de toutes ses forces de l’intérieur de la maison et ordonne à Lamya de prendre un bâton et de frapper Youssef. Lamya fait fi de l’ordre du procureur et de la présence des policiers et n ‘ouvre pas la porte. Devant ce déchainement hystérique, et pour ne pas créer de scandale, Youssef renonce à rentrer chez lui mais il fait remarquer à sa femme que toutes les autres personnes sont chez lui sans droit ni titre.

Ce 4 mars, pour Youssef, la belle-famille a pour objectif de faire main basse sur la villa qu’ il a mis tant d ‘années a construire. Sa belle-mère, qui a toujours habité en appartement, rêvait de cette maison.

Entretemps, les avocats de Lamya le contactent. Rdv est pris au Sofitel à Rabat. Les avocats de haute pointure, demandent à Youssef de divorcer et transmettent les exigences de Lamya et sa famille. Lamya veut la villa de Rabat, la propriété de Marrakech, le terrain de ksar lekbir, trois voitures de luxe, deux millions de dirhams pour son frère amine (oui, encore lui!), vingt millions de centimes par mois, le tout couronné de la somme de deux milliards en liquide !!! Youssef n’en revient pas. Il a reçu par ailleurs une requête demandant 15 milliards de centimes à verser à la plaignante, Lamya Fassi-Fihri. En partant, les avocats de Lamya sont confus. Ils ne semblent pas être d’accord avec les demandes formulées mais ils ne font que transmettre les revendications de leur cliente. Un des avocats lance à Youssef Tazi, “c ‘est quand même quelque chose, la folie des femmes, mais que voulez-vous , notre espoir c’est que cette histoire s’ arrange sans trop de dégâts, surtout pour les enfants”. Youssef apprécie la qualité des avocats et ne manque pas de le leur dire.

Suite à toutes ces péripéties et à partir de ce moment là, Youssef n’ a plus qu’une seule idée en tête, rentrer chez lui coûte que coûte . Les provocations ont bien fonctionné, et le piège peut se refermer sur le mari trop confiant en son bon droit.

Ce 5 avril 2013 étant la veille d un week end, il décide de ramener ses ouvriers pour construire un mur afin d’accéder à un pavillon aménagé à côté de la piscine où il avait pris l’habitude de nager régulièrement pour maintenir sa forme sur indication de son médecin et pour y faire des exercices de rééducation de son bras malade, conséquence de son cancer. Son intention est de loger dans son pavillon, chez lui, même séparé de sa femme sans aucune provocation mais avec l’intention de demander à sa belle-famille de quitter les lieux au premier conflit. Il fait alors avertir sa femme qu’il vient s ‘installer ce vendredi après-midi et avise ses ouvriers qu’ils vont dormir dans le jardin sous des tentes le temps qu’ il faudra pour réaliser les travaux, avec le renfort d’occasionnels pour accélérer les choses.

Fort de son bon droit, il ne se doute pas un seul instant qu’il vient de fournir à sa femme l’occasion qu’elle attendait pour le piéger avec l’aide de sa famille.

C’est ainsi que sa belle famille simule une invasion avec coups et blessures, qui évoluera vers une accusation de meurtre avec préméditation!

À son arrivée, les caméras sont déjà installées et Amine, le beau-frère, a pris également une caméra pour faire le montage vidéo publié sur youtube. Auparavant, il s’est inscrit sur france 24 en qualité d’observateur pour pouvoir ultérieurement y diffuser son montage. À ce propos, pour une chaîne qui affiche des prétentions de qualité, on peut se demander sur quels critères reposent la sélection des observateurs internationaux et celle des reportages fournis… ainsi n’importe qui peut faire dire n’importe quoi à un montage même pas très subtil et raconter ce qui lui passe par la tête? La crédibilité de cette chaine ne sort pas grandie de cette affaire.

Autre preuve de préméditation de la part de la famille Fassi-Fihri: on appelle un huissier pour constater “l’agression” et ce beau monde se prépare à crier le plus fort possible pour faire croire qu’un massacre est perpétré. Youssef arrive comme prévu avec ses ouvriers a 5 heures précises Il sonne Personne ne veut ouvrir Les ouvriers installent leurs échelles pour passer à l’ intérieur du jardin et ouvrir la porte. À ce moment Amine Fassi-Fihri commence à filmer, tout le monde se met à hurler. À revoir la vidéo publiée sur youtube sans le son, on voit bien que personne n ‘a été touché à part le pauvre chef de chantier, assommé par la belle-mère de Youssef à coup de pelle sous les yeux indifférents du beau-père qui se contente de glapir avec conviction qu’il est ambassadeur, attention, et ceux de Anis, le petit ami de la fille cadette (oui, lui aussi habite dans cette maison, on ne sait pas à quel titre !). Dans le même temps, Amine Fassi-Fihri, tout en continuant de filmer, s’inquiète pour sa mère (“mama, mama ils vont te tuer”), mais ne bouge pas le petit doigt pour la secourir!!

Cette mise en scène grossière est clairement réalisée et surmédiatisée par la famille Fassi-Fihri pour piéger Youssef Tazi et essayer de l ‘envoyer en prison, lui et ses directeurs de sociétés, sans doute pour négocier par la suite un désistement, en lui prenant tout au passage. Cette nuit- là, la belle famille se déplace au commissariat pour porter plainte. Entretemps, elle passe dans un hôpital pour récupérer les certificats médicaux qui vont appuyer la plainte pour coups et blessures. Toute la belle-famille déclare avoir reçu des coups, en particulier Lamya et le petit ami de la plus jeune des filles, un certain Anis Jdidi. La petite bonne de Rachida fait également une fausse déclaration où elle dit avoir vu Youssef piétiner Lamya alors qu’on voit bien Lamya dans la vidéo, debout jusqu’à la sortie des ouvriers en train de filmer la scène. Jusqu’à la dernière minute elle est présente arrosant son mari avec un tuyau , photos à l’appui, puis après, reprenant la caméra pour parfaire la mise en scène.

Par la suite Lamya se fait bander le corps, se fait photographier en civière et médiatise l’incident pour faire croire à l’opinion publique qu’elle a été victime d’une tentative de meurtre.

Au jeu “qui veut gagner des millions”, Lamya Fassi-Fihri a délibérément écarté le joker du 50/50 qu’aurait pu lui assurer une séparation digne, à l’amiable, qui la mettait à l’abri du besoin et préservait l’équilibre de ses enfants… elle a préféré la stratégie de l’appel au public pour empocher le gros lot, n’hésitant pas à se mettre en scène pour détruire et déposséder le mari qui lui avait assuré une vie de rêve. Quant à ses enfants, ils ne semblent pas être sa priorité, sauf pour se servir d’eux contre son mari. Et devinez, sa stratégie a fonctionné et les manifestations de soutien à la pauvre épouse se sont multipliées, et le monstre s’est retrouvé en détention provisoire avec une accusation de meurtre sur le dos… incroyable mais vrai!

Deux jours après la scène, Lamya Fassi-Fihri était debout à 11 h 30 devant le tribunal d’appel de rabat aux côtés de son père, le tout filmé par des caméras. Le comble, c’est le mercredi suivant quand elle fait irruption dans les bureaux de son mari pour investir les lieux avec son frère Amine. Elle y entre en chaise roulante. Après une altercation avec le personnel, dans sa fureur, elle oublie son rôle, se met debout et monte à toute vitesse les escaliers pour insulter le secrétaire général du groupe et remettre une procuration faite à son frère pour l’investir dans la gestion des sociétés. Dans cette affaire Youssef Tazi s’est jeté dans la gueule du loup, l’objectif de sa belle- famille étant de se débarrasser de lui et de ses directeurs, donc des gestionnaires pour y installer le frère. Ces directeurs sont également appelés par la justice à donner leur version des faits mais sous la contrainte d’une éventuelle incarcération.

Les médias, alimentés par la famille de Lamya, se sont empressés d’écrire que la maison de Lamya Fassi-Fihri avait été envahie par Youssef Tazi, comme si cette maison ne lui appartenait pas. Lui, le mari, lui qui voulait tout simplement entrer chez lui, mais qui n’a assurément pas choisi la bonne méthode en prévenant sa femme de son arrivée, Il s’est fait tout simplement piégé comme un débutant, lui qui a la grande réputation d’être futé. Ses amis n’ont pas manqué d ailleurs de le traiter de « balide », terme en arabe signifiant idiot. La presse s’est également empressée de parler d’invasion de la maison de l’ambassadeur alors que ce monsieur n’a objectivement aucune raison d’habiter en ces lieux. Contrairement à ce qu’on a voulu faire croire encore à l’opinion publique, Rachid Fassi-Fihri, père de Lamya, a toujours été un honnête homme, fonctionnaire des affaires étrangères, depuis des lustres et n ‘a jamais eu la moindre fortune personnelle à transmettre à sa fille Lamya. D’ailleurs il vit avec une simple retraite de fonctionnaire dans un appartement à l’agdal. Or Lamya prétend être a l’origine de la fortune de son mari et le cerveau du groupe communément appelé groupe Tazi, connu depuis des decénnies. Tous les milieux avertis savent que le capital initial est venu des Tazi. c’est très étonnant de voir aujourd’hui Lamya Fassi-Fihri, qui est architecte et non ingénieur comme elle dit dans la presse et qui n’a jamais exercé, prétendre aujourd’hui avoir construit le groupe. C’est pathétique de voir une mère de famille de plus de cinquante ans piétiner trente ans de vie commune pour faire main basse sur ce qui ne lui appartient pas. D’ailleurs historiquement les Fassi-Fihri n’ont jamais été des gens d’argent. On peut vouloir travestir la réalité pour un fait donné, mais pas l’histoire connue des grandes familles de notre pays.

Aujourd’hui le problème qui se pose pour Youssef Tazi et ses directeurs est clair; ils sont menacés de lourdes peines de prison pour une histoire somme toute banale, et qui aurait dû rester dans la sphère privée et familiale, mais qui a été présentée comme un crime à cause d’un montage vidéo et d’une surmédiatisation orchestrée.

Youssef Tazi n’a pas que des qualités, c’est sûr. Il est connu pour être impulsif, joueur et hâbleur, mais il est également courageux, travailleur acharné et, s’il n’a pas forcément géré à la perfection la seule crise conjugale qu’il ait eu à affronter en trente ans de mariage, il est resté silencieux face aux insultes et aux diffamations de sa femme, par égard pour ses enfants et par dignité. Il n’a bien sûr jamais eu l’idée d’attaquer physiquement sa compagne et la mère de ses enfants, encore moins de la tuer.

Cet homme, présenté par sa femme comme un criminel, a toujours été un entrepreneur très actif employant des centaines de personnes, qui aujourd’hui risquent de perdre leur emploi à cause des agissements douteux d’une femme aveuglée par la vengeance et la cupidité.

Sur le plan familial il a toujours veillé au bien-être de son épouse et de ses enfants. D’ailleurs la mensualité qu’il offrait à sa femme rendrait jaloux un ministre!

Aujourd’hui ses directeurs sont eux aussi passibles de prison pour avoir aidé leur patron à rentrer chez lui et pour avoir voulu l’aider à construire un mur dans sa propriété. Si ses directeurs sont visés, c’est tout simplement à cause de la haine que leur voue le frère Amine et, par transitivité, toute la belle famille.

Mais le plus dramatique dans ce mauvais film indigne pour les deux familles, c’est la situation de ces deux ouvriers, pris sur les lieux, emprisonnés avant d’avoir réalisé ce qui leur arrivait, qui étaient venus sur ordre de leurs directeurs pour effectuer des travaux dans la villa de leur patron, ne s’ imaginant pas un seul instant qu ‘il y avait un problème conjugal à la clef, et qui continuent de croupir en prison dans l’indifférence totale des plaignants. Leur sort préoccupe Youssef Tazi, à l’heure où lui-même subit une détention provisoire pour tentative d’homicide volontaire avec coups et blessures, et il a du mal à réaliser que la mère de ses enfants puisse proférer des accusations aussi terribles que mensongères pour l’éliminer de sa vie et le déposséder de ses biens.

Aujourd’hui l’affaire a été envoyée par le procureur général de la cour d’appel de Rabat au juge d’instruction pour enquête. Affaire à suivre…

Youssef tazi a ete condamné à

Youssef tazi a ete condamné à 4 moi. tout ceci est de la diffamation et un tissu de mensonge Nourdine B (hassan rafik pff). Youssef est un escroc qui a utilise tout une famille pour faire sa fortune car aucune banque ne lui prette de l'argent, les ayants tous arnaqué. et j'en passe et des meilleures , mais de la part d'un alcoolique comme vous complice d'escrocerie et de falsification, rien ne m'etonne.au fait mon salaire n'est pas de 35000 dhs car la moitiée sert à payer le credit d'une voiture utilisée par tazi et sa bande de criminels toujours recherchés par la police. Car encore une foi tazi utlise sa famille pour prendre des credits et ne pas les payer,c'est de la manipulation et de l'escroquerie, mais il se croit un sain alors que ce n'est qu'un petit pervers manipulateur qui a cru qu'il pouvait avoir ce qu'il veut avec la corruption. vous voulez que je parle aussi de la caisse marocaine des marchés ou vous etes complices?et les elections?et les faux bilans, et les gens que vous avez escroqué en falsifiant leur signature?
Ne salissez pas mon pere, ce "retraité" comme vous dites, car tout le monde le sait il n'a jamais volé quoi que se soit de sa vie, pas comme vous !!

je suis d'accord avec vous Mon sieur Hassan

Hassan Rafiq

Home
About

Qui veut gagner des millions?
April 11, 2013
Uncategorized
Leave a Comment

Jusqu’où est-on prêt à aller pour l’argent? Ou comment une procédure de divorce a pris une ampleur médiatique inconsidérée, au point de faire le buzz dans tout le royaume et au-delà de ses frontières.

En réponse à la vague d’attaques diffamatoires à l’encontre de Youssef Tazi, il est nécessaire d’éclaircir les faits face à ce qui semble être une gigantesque et grossière manipulation, dont il faut relever les incohérences flagrantes.

Youssef Tazi n’a jamais dénoncé sur la place publique les agissements et le harcèlement continu qu’il subit de la part de sa belle-famille et sa femme depuis la procédure de divorce. Cette dernière, se servant de son silence, n’a reculé devant rien pour arriver à ses fins. Peu après avoir quitté d’elle-même le domicile conjugal et s’être installée chez ses parents, elle cambriole sa propre maison en forçant plusieurs coffres. Quelques semaines plus tard, entourée de ses enfants et de ses hommes de main, elle déloge son mari en changeant les serrures de la maison, lui en interdisant ainsi l’accès. Enfin, informée de la venue de son mari qui souhaitait récupérer ses affaires, elle prépare la mise en scène rocambolesque d’une agression qu’il aurait prémédité. Toutefois, depuis la mise en ligne de la vidéo filmée par le frère, beaucoup de gens le soulignent: si la scène avait été vraisemblable, pourquoi un fils ne serait-il pas allé protéger sa mère contre une horde d’ouvriers armés? Aussi, comment se fait-il qu’un huissier ait été là lors d’une agression impromptue, et qui l’a mandé? Bien trop d’incohérences peuvent être relevées pour croire aveuglement à la version unilatérale présentée par la femme et son frère.

Faisant irruption au siège de la société de son mari, ce mercredi 10 avril, et accompagnée de son frère, la femme qui entrait la veille chez le procureur en civière -et dont la photo faisait la une d’un journal marocain- revendiquait avec vigueur la présidence de la société, en hurlant et insultant les employés. Mais où étaient donc les photographes cette fois-ci? Et ce beau- frère qui dénonce en ligne la condamnation de Youssef Tazi pour détournement de fonds mais qui vient ce matin prendre le contrôle de cet argent qu’il pense pourtant mal acquis, quel sens moral à géométrie variable!

Car on peut se demander finalement quelles sont les raisons qui motivent les actes et si crime il y a, de quel côté se situe-t-il et à qui profite-t-il? La réponse n’a mis que vingt-quatre heures à apparaître, avec cette intrusion agressive du frère et de la soeur aux locaux de la société convoitée…

L'affaire Lamya Fassi Fihri contre Youssef Tazi

Mesdames indignez vous l'affaire Lamya Fassi Fihri(LFF) nuira à nos filles ,et nos soeurs Leurs maris ne les protégerons plus financiérement lorsque se sera nécessaire en cas de maladie ou autre circonstances qui nécessiteraient cette protection ,de peur de se voir dépouillés par ces dérniéres
Mesdames indignez vous contre la calomnie,les diffamations ,les truquages et les mises en scénes orchéstrés par LFF Ses procédés mafieux ,sa vendetta dictés par une avidité et un esprit de vengeance à cause des différents conjugaux
Stop à la manipulation des médias et des autorités
Stop à la diabolisation d'un homme malade et qui n'a comme faiblesse que celle d'avoir voulu garder la mère de ses enfants sans se douter qu'elle n'avait comme unique objectif que celle de le déposséder et de se débarasser de lui en montant de toute piéce cette soit disant volonté de la tuer afin de le jeter au trou
Messieurs indignez vous LFF narcissique abuse des pouvoirs de son nom de naissance pour détruire son mari et de celui de son mari pour se pavaner avec des bijoux couteux et dans les plus belles voitures que son mari lui a offert
Mari qui à cause de son cancer et ayant confiance en elle lui a mis tout ce qu il possédait en son nom pour la protéger elle et leurs enfants
Mais des difficultés conjugaux (comme chez beaucoup de couples ) à propos de choses et d'autres ont vu le jour Madame décida de se débarasser de son mari le plus longtemps possible en le calomniant de choses graves pour le mettre entre les mains de la justice afin de s'approprier tout le patrimoine ,ainsi faisant d'une pierre deux coups
Mobilisez Messieurs contre ces femmes machiavéliques et faiseuses de mal
Mobilisons nous contre l'injustice féminine ou masculine
Messieurs ne laissons pas les femmes abuser de la nouvelle moudawana

Le coup de fil n'était pas du

Le coup de fil n'était pas du tout anonyme mais il provenait de Youssef Tazi ,qui avait mis sa femme au courant de sa venue ce fameux jour, il venait pour construire un mur de séparation dans sa maison ,puisque sa femme refusait qu'il entre chez eux aprés sa demande de divorce Et ce groupe d'hommes c'était des ouvriers,mais en fait se sont les ouvriers qui se sont vus attaqués par un groupe d'hommes armés sortant de l'intérieur de la maison comme le démontre la vidéo Ta soeur et tes parents n'ont pas accouru mais ils attendaient ce moment ,quand on se sent en danger on se bariccade dans la maison ,et on appelle la police ,et si réellement ta soeur était en danger comme tu le dis tu aurais du aller la défendre au lieu de filmer la scéne commanditer par vous ,et pendant ce temps ta mére attaquait à coup de pelles un ouvrier et ton pére au lieu d'aller à son secours il se déhambulait dans le jardin en criant "je vais appeler la police ,je vais appeler le procureur du roi " est ce vraiment un comportement de gens qui ont peur et qui se sentent en danger Et à la fin de la vidéo que tu as filmé ta soeur était sur ses jambes et elle suivait les ouvriers avec un tuyau,donc elle n'était pas du tout blessée Les certificats de complaisance sont facile à obtenir au Maroc,et quand on veut mettre son mari en prison pour mettre main basse sur sa fortune, il est facile d'inventer n'importe quelle histoire et de se faire pistonner par des gens influents et hauts placés (et les Fassi Fihri ont n'en pas mal) Il faut arreter cette polémique et ces mensonges Car en fait vous etes en train de nuire à la liberté de la femme et à ses droits en les bafouants comme vous le faites

L'homme est un loup pour l'homme...

Dans ce qui paraît en vidéo,il semble que les "assaillants" cherchent à faire fuir les "occupants"...en leur fi
chant la "frousse"...pour les faire décamper...!!C'est possible aussi d'emmurer les occupants...!!

C'est un coup monté !!!!

Sérieusement si tu faisais partie d'une milice , et tu as rencontré se genre de lâche et une femme qui essaye de frapper ... !! tu vas faire de sérieux dégâts sans te souciant de la police ni les autorités !! cet un complot !!!

C'est du montage

MADAME,si vous n'avez pas votre pièrre des la construction de cette maison, alors dégagée!!!ya tellement de voleuse de patrimoine dans notre monde d'aujourd'hui elles sont prètent à tout.;;;;;;;;;;;;;;

Comment se fait il que

Comment se fait il que l'huissier de justice et le "cameraman" etaient sur place avant l'incident ??? !!! quand on parle d'assaut , on est pas sensé le savoir !!! les squatteurs avaient preparé le necessaire pour attaquer et jouer aux victimes !!

bravo tu as bien analysé la

bravo tu as bien analysé la situation ,je te félicite Et Amine Fassi Fihri est un des plus grands sqatteurs ,a qui Youssef Tazi a fait beaucoup de bien en le faisant travailler dans sa boite et en le payant gracieusement alors qu'il ne vaut rien sur le marché de l'emploi ,quand à leur soeur qui est notaire ,elle habitait chez lui aussi
Et on ne fait pas d'assaut chez soi bon sens il est venu faire des travaux chez lui ,si avec les Fassi Fihri on n a plus le droit de faire des tavaux chez soi c'est vraiment grave



Fermer