Guerre en Syrie : retour sur une seconde année de conflit en images amateur

 
Ce 15 mars marque le second anniversaire du déclenchement de la contestation en Syrie contre le gouvernement de Bachar al-Assad. Le mouvement de protestation, pacifique à ses débuts en mars 2011, est désormais organisé en brigades armées dont la plupart se réclament de l’Armée syrienne libre. Certaines d’entre elles n’hésitent plus à se définir comme djihadistes. Retour en images amateur sur les moments marquants qui ont jalonné cette deuxième année d’un conflit aujourd'hui enlisé.
 
En ce jour anniversaire, les opposants au régime ont décidé de défiler avec pour mot d'ordre : "Deux ans de sacrifices vers la victoire".
 
La veille, le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, a déclaré qu'il allait demander à ses partenaires européens une levée de l'embargo sur les armes défensives pour aider l'opposition syrienne à se défendre contre le régime de Bachar al-Assad. Le conflit a causé 70 000 morts et il y a 1 million de réfugiés, selon l'ONU.
 
Les risques pour les journalistes de travailler sur le terrain s’étant accrus depuis l'été 2012, les médias ont essentiellement recours aux images envoyées par des activistes locaux pour rendre compte de la situation.
 
Le spectre du pillage sur les sites archéologiques ravivé par la vidéo d’un Observateur
 
La guerre civile en Syrie ne menace pas uniquement les habitants, le très riche patrimoine culturel du pays fait également l’objet de toutes les inquiétudes. Sur une vidéo amateur publiée en juillet par l'un de nos Observateurs à Palmyre, une oasis qui abrite les ruines monumentales de l'un des plus importants foyers culturels du monde antique, des hommes en uniforme apparaissent en train de manipuler sans ménagement des pièces archéologiques. Lire l'article...
 
Capture d'écran d'une vidéo réalisée sur un site archéologique de Palmyre, en Syrie.
 
À Alep, l’Armée syrienne libre verrouille sa communication…
 
 
À Alep, où se joue la "mère de toutes les batailles", les combats font rage au mois de juillet 2012. Pour la première fois, l’opposition explique que des cameramen amateurs sont chargés de suivre l’Armée syrienne libre (ASL) dans les affrontements. La plupart des images amateur des combats qui sont diffusées sur Internet à partir de là sont contrôlées par le bureau de communication militaire de l’ASL. Lire l’article…
 
Capture d'écran d'une vidéo publiée par le bureau de communication militaire où des soldats de l'ASL tirent sur un avion de l'armée régulière.
 
… mais cela n’empêche pas la diffusion des premières vidéos d’exactions commises par les rebelles
 
Des images d’une rare violence, mises en ligne le 31 juillet quelques heures après avoir été tournées, montrent un groupe d’hommes accusés de faire partie d’un clan proche de Bachar al-Assad se faire froidement exécuter par des combattants de l’Armée syrienne libre à Alep. Des dérives qui se sont multipliées au cours de l’année. Lire l'article...
 
Capture d'écran de la vidéo d'exécution.
 
Le plus grand camp de réfugiés palestiniens en Syrie, cible de l’armée régulière
 
La famille Assad s’était toujours présentée comme l’alliée indéfectible de la cause palestinienne mais les forces syriennes ont attaqué en juillet Yarmouk, un camp installé à Damas qui abrite près de 150 000 personnes, des réfugiés palestiniens mais aussi des Syriens de condition modeste. L’objectif était de déloger les rebelles qui s’y étaient regroupés. Lire l'article...
 
Capture d'écran d'une vidéo montrant les chars de l'armée dans le camp de Yarmouk.
 
Quand les leaders kurdes de Syrie décident de se ranger du côté du régime
 
Le dernier week-end d’octobre 2012 marque un tournant dans le conflit syrien. Pour la première fois, des membres de l’Armée syrienne libre et des milices kurdes s’affrontent à Alep. Les Kurdes, qui ont rejoint le soulèvement populaire contre les forces du régime au début de la révolte en Syrie, sont accusés d’avoir négocié leur soutien à Bachar al-Assad. Lire l'article…
 
Capture d'écran d'une vidéo montrant les affrontements entre des rebelles et des milices kurdes dans la quartier d'Achrafiyé, à Alep. Postée sur YouTube le 28 octobre 2012.
 
Damas à l’épreuve des attaques rebelles
 
Le 7 novembre, Damas est le théâtre de tirs de mortier qui atteignent les quartiers où vit une grande partie de la communauté alaouite proche du pouvoir. Un assaut qui constitue une première pour cette communauté. Et qui débouche sur de violents affrontements entre rebelles et forces régulières aux portes de la ville. Un vent de panique s’empare des habitants dont beaucoup décident de fuir la zone. Lire l'article...
 
Capture d'écran d'une vidéo montrant la fumée des bombardements qui s'élève du quartier de Mazzé, à Damas, mercredi 7 novembre 2012.
 
Le Front al-Nosra, le compagnon d’armes djihadiste qui met l’ASL dans l’embarras
 
Apparu en janvier 2012 et inscrit sur la liste des "organisations terroristes étrangères" par les autorités américaines depuis qu’il a revendiqué plusieurs attaques et attentats-suicides, le groupe djihadiste du Front al-Nosra est un fidèle allié de la rébellion syrienne, elle-même soutenue par la communauté internationale. Un Observateur, qui fait partie de l’ASL, justifie cette alliance gênante au nom de la lutte contre le régime de Bachar al-Assad. Lire l'article...
 
Capture d'écran d'une vidéo annonçant une opération kamikaze, postée par une chaîne YouTube qui se réclame du Front al-Nosra. Le drapeau noir porte la mention "Il n'y a de dieu que Dieu et Mahomet est son prophète" et le nom du groupe armé.
 
En images : l’armée de Bachar al-Assad utilise des missiles balistiques
 
Alors que le régime syrien rejetait l’accusation selon laquelle il faisait usage depuis quelques mois de missiles balistiques, une arme particulièrement meurtrière pour les populations civiles, plusieurs vidéos postées fin février 2013 attestent que des missiles sol-sol Scud, de fabrication soviétique, ont été tirés par l’armée régulière dans plusieurs régions du pays. Lire l'article...
 
La tête d'un missile Scud non explosé dans le village de Hour, dans la région d'Alep, le 26 février 2013.
 
Contributeurs

Commentaires

une opposition qui prend des armes

jamais, des hommes manipulé qui font soufrir le peuple

l ONU SERT A QUOI

il faut qu'ont se disent la verité je suis malien mais, ce qui se passe en syrie c est la faute des occidentaux qui continu de soutenir les rébelles en les fournissants des armés. même si un enfant de 10ans prend des armes contre sont payes n est plus considérer comme un civil. y a t il une opposition armée en france soyons sérieux le président syrien tue des bandits armées un point un trait.

ONU SERT A QUOI

Mec! Tu es africain et tu te dis être malien, et tu as le courage de condamner les occidentaux en disant c'est la faute aux occidentaux... C'est bon seulement quand l'armée française intervient chez vous pour libérer du joug des jiadistes et des mujaos qui vous amputaient chaque lundi les jambes et les bras. Quand il faut aider les rebelles syriens qui luttent contre leurs grands jiadistes et grands mujaos qui sont le président Bacher Al Assad et son système, là ils ont tort. Il faut voir les choses du bon côté. Bachar a assez tué, il faut qu'il quitte le pouvoir et laisse les syriens en paix, qu'ils reconstruisent leur pays.



Fermer