Les terrains de football n'échappent pas aux gaz lacrymogènes au Bahreïn

 
Depuis le début du mouvement de contestation chiite contre le gouvernement à majorité sunnite du Bahreïn, les forces de l’ordre usent et abusent des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Mais, d'après ces images, ce sont de simples footballeurs qui ont été la dernière cible de ces tirs toxiques alors qu'ils jouaient sur un terrain de Buri, village à majorité chiite du nord-ouest du pays.
 
 
La vidéo a été postée sur le compte YouTube du principal parti d’opposition bahreïni, Al Wefaq. Elle aurait été filmée le 2 mars 2013. La description précise que "l’incident a eu lieu après qu’un des joueurs s’est dirigé vers les policiers qui leur criaient dessus". Comme on peut le voir sur la vidéo, les forces de police visent délibérément les joueurs qui n’ont d’autres choix que de s’enfuir du stade. Al Wefaq affirme que deux d’entre eux ont été blessés.
 
Pays à majorité chiite (environ 75 % de la population), le Bahreïn est dirigé par une monarchie sunnite avec à sa tête le roi Hamed ben Issa al-Khalifa soutenu, notamment, par l’Arabie saoudite. Depuis le mois de février 2011, des membres de la communauté chiite qui s’estiment victimes de discriminations descendent régulièrement dans la rue. Lors de ces rassemblements, certains manifestants bloquent les rues, brûlent parfois des véhicules et n'hésitent pas à utiliser des cocktails Molotov contre la police qui répond systématiquement par une répression brutale.
Contributeurs

Commentaires

tant qu'il y a de la vie,c'est comme au foot ball

et heu!les spectateurs n'ont pas à visionner des bandits,car ça eut payé disait un célébre artiste.



Fermer