Crise de fureur d'un officiel chinois ayant raté son avion

 
Quand Yan Linkun rate son avion, mieux vaut ne pas être sur son chemin.
 
 
Cette vidéo, postée sur le site Tencent Video, montre un homme qui apprend qu’il vient de manquer son vol à l’aéroport Changshui de Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, alors qu’il était parti prendre son petit déjeuner. Fou de rage, il tente de casser la vitre le séparant du tarmac puis détruit les ordinateurs et le matériel devant les membres d’équipage médusés.
 
 
L'officiel chinois commence à s’énerver à 1:10 et détruit tout ce qui lui tombe sous la main. Vidéo publiée sur Tercent.
 
On entend l’homme demander aux hôtesses d’embarquement "Savez-vous qui je suis ?" Et pour cause, Yan Linkun est membre de la Conférence consultative politique du peuple chinois, une assemblée sans pouvoir de décision qui conseille l’État chinois avant le vote des lois et décrets. L’officiel a été suspendu de ses activités pour son comportement.
 
En octobre 2012, un autre incident dans un aéroport chinois avait fait le tour du net. L’équipage d’un avion avait été retenue en otage six heures par des passagers mécontents à l’aéroport Pudong de Shanghai.
 
 
Contributeurs

Commentaires

C'est bien le comportement

C'est bien le comportement abusive d'un politicien appartenant à un régime totalitaire qui à l'habitude que les gens lui fasse des courbettes et devient colérique quand la situation lui échappe.

un officiel chinois pète les plombs à l'aéroport

Bravo..! Je suis bien de cet avis

Hooliganisme

Comme quoi on peut être puissant ou riche et ça n'empêche pas de pratiquer le hooliganisme.

Espérons qu'il passera devant un tribunal et sera condamné pour menaces, violence volontaire, et dégradations de biens, et insultes publiques. Aucun employé n'a à subit un tel comportement.
Ce "responsable" est en fait totalement irresponsable. Déjà c'est bien de l'avoir suspendu (il n'est plus responsable de rien du tout) mais cela ne doit pas le faire échapper à la condamnation : pour ça, n'importe qui d'autre aurait écopé d'une condamnation de prison d'au moins un mois et une bonne amende en plus du remboursement des réparations et le paiement d'un préjudice moral aux employés molestés injustement.

La prochaine fois il saura que s'il oublie l'heure en prenant son petit déjeuner sans faire attention aux appels à embarquer (les aéroports ont l'habitude de les répéter quand il y a des retardataires, mais pas au delà de quelques minutes, après c'est trop tard même si l'avion n'a pas encore décollé mais en en procédure préparatoire de décollage), il n'a qu'à s'en prendre qu'à lui-même et prendre un autre avion (même s'il a perdu le prix de son billet et dont en acheter un autre en dernière minute : s'il est puissant ce n'est pas le prix de ce second billet qui sera une réelle gêne, visiblement ce n'est pas largent le problème ici mais le temps qu'il a perdu) mais seulement selon les places disponibles (pas question de faire débarquer un autre passager prêt à embarquer pour lui faire de la place, ni même de lui consentir un prix favorable, aucune compagnie n'a d'obligation de lui fournir une autre place quand elle a fait décoller son avion à l'heure pour respecter ses plans de vol, et le temps des autres passagers, les retards coutent assez cher aux compagnies qui doivent sinon indemniser les passagers privés de correspondance à cause de retard à l'arrivée).

Comment se fait-il que la police de l'aéroport ne soit pas intervenu pour maîtriser l'énergumène ? Cela aurait été n'importe qui d'autre, cela n'aurait pas traîné. Et il n'aurait même pas pu prendre un autre vol le jour même et serait resté enfermé jusqu'à son jugement ou au moins jusqu'à la présentation à un tribunal fixant le montant d'une caution à payer. Au minimum il aurait perdu au moins une journée complète le jour même et aurait du se représenter dans le mois qui suit pour son jugement.

Cet énergumène n'est rien d'autre qu'un hooligan. Et dans un tel lieu, n'importe qui d'autre aurait été traité comme un terroriste.

Pas un cas isolé

Ce n'est malheureusement pas un cas isolé.
Je vis depuis 5 ans à Shanghai et je peux témoigner avoir vu de telles scénes dans des restaurants ou des magasins de la part de chinois qui n'étaient probablement pas des hommes politiques mais dont la réussite financière ostantatoire (d'une richesse au-delà de ce que nous pouvons imaginer en France) leur monte à la tête et qui développent des relations de maître à esclave avec les "petits" qu'ils croisent sur leur chemin.
J'ai remarqué l'attitude de sa femme, très "soumise"; elle copie l'attitude de son mari (très chinois). Le jeune (peut-être leur fils) semble géné de la situation.
Finalement, ils ont l'argent mais n'ont pas encore acheté l'éducation qui va avec.



Fermer