Des villages saoudiens assaillis par les babouins

 
En Arabie saoudite, les babouins n’hésitent plus à pénétrer les zones habitées, notamment dans le sud-ouest du pays, saccageant les poubelles et pillant les garde-manger. Cette situation crée un sentiment de panique chez les habitants, qui sortent les grands moyens pour se débarrasser des intrus.
 
Les babouins sont présents en grand nombre dans les régions montagneuses du sud-ouest de l’Arabie saoudite, notamment al-Qura, al-Baha et Abha. Depuis quelques mois, ces animaux s’approchent des villages et des zones agricoles. Leurs incursions sont jugées préoccupantes par le ministère des Collectivités locales, qui a lancé des campagnes de sensibilisation dans le sud du pays.
 
Des babouins prenant d’assaut des poubelles dans la région d’al-Ta’ef. Vidéo publiée sur YouTube le 2 janvier 2013.
Contributeurs

"Certains ont mis en place des pièges qui envoient des décharges électriques"

Fayçal al-Zahrani habite à Al-Qura, un village de la province d’al-Baha. Son quartier est régulièrement envahi par les babouins.
  
Ils arrivent généralement à l’aube, par groupes de 10 à 20 babouins. Ils s’en prennent d’abord aux champs autour du village, puis ils éventrent les poubelles et tentent même de s’introduire dans les maisons pour manger. Parfois, ils attaquent aussi les écoles et les lycées car ils savent que les étudiants ont de la nourriture. La semaine dernière, ils ont provoqué une panique à l’école des filles en attaquant tôt le matin. Ils ont réussi à piquer des biscuits dans les sacs des étudiantes. Un autre sujet d’inquiétude est qu’ils sont susceptibles de transmettre aux hommes des maladies graves.
 
Des babouins près d'une école à Assir. Photo postée par Muhammad Amara (décembre 2012). 
 
Au village, nous ne savons plus quoi faire pour nous protéger de ces animaux. Les bennes à ordures sont fermées avec du fil de fer et certains villageois ont même installé du fil barbelé pour les empêcher de s’introduire dans leurs maisons. D’autres ont mis en place des pièges qui envoient des décharges électriques. C’est une méthode que je désapprouve car je la trouve cruelle ; ces animaux ne sont pas violents, il suffit de lever la main ou d’élever un peu la voix pour qu’ils déguerpissent.
 
" Il y a une dizaine d’années, ces bêtes ne s’aventuraient jamais dans les villes"
 
Les agriculteurs sont les plus à plaindre car leurs récoltes sont souvent saccagées. Mon voisin a dernièrement eu la moitié de sa récolte de raisins détruite. Il avait installé des épouvantails pour les dissuader d’approcher, en vain.
Il y a une dizaine d’années, ces bêtes ne s’aventuraient jamais dans les villes parce qu’ils avaient peur des hommes. Mais au bord des routes et dans les petits villages, les promeneurs ont pris l’habitude de leur donner de la nourriture. Cela les encouragent à envahir les endroits habités. Nous somme livrés à nous même car pour l’instant les autorités n’ont pas fait grand-chose pour lutter contre ce phénomène. 
   
Un piège électrifié pour chasser les babouins, à Baha. Vidéo publiée le 5 septembre 2012 sur YouTube

Commentaires

Rédaction !

C'est plein de fautes d'orthographe !!!

En ne peut pas être plus hypocrite

Quelle hypocrisie le sous-sole malien regorge de richesse Or, pétrole et d'uranium qui rapporte des milliards et des milliards d'euro chaque jour, la France est en train de plie depuis plus de 100an. Et le gouvernement français ose sortir dans les médias pour dire qu'il va faire la charité au peuple malien en leur donnent quelques euros.

c'est le comble de l'hypocrisie.



Fermer