La police grecque "photoshope" le visage d’un détenu tuméfié

À gauche, la photo diffusée par la police. À droite, lors de l'arrestation.
 
C’est le dernier scandale qui éclabousse la police grecque : cette image d’un jeune homme accusé de vol à mains armées, blessé au visage lors de son arrestation, a été modifiée par les services de police avant d’être publiée dans les médias.
 
L’homme faisait partie d’un groupe de quatre personnes âgées de 20 à 24 ans arrêtées le 1er février alors qu’ils tentaient de faire un hold up dans une banque du nord-ouest du pays, un "acte de résistance" selon l’un d’entre eux. Les quatre jeunes hommes sont par ailleurs suspectés d’être liés à des groupes d’activistes anarchistes armés.
 
Deux jours après l’arrestation les médias grecs publiaient la photo de l’un d’entre eux diffusée par la police. Mais les proches du jeune homme ont rapidement affirmé que la photo avait été retouchée pour dissimuler les traces de mauvais traitements sur son visage.
 
Le ministre de l'Ordre public, Nikos Dendias, a répondu qu’il n’y avait eu aucune volonté de cacher quoi que ce soit, ajoutant qu’il s’agissait de "terroristes lourdement armés" qui ont "résisté lors de l’arrestation".  Le ministre a par ailleurs expliqué que la photo avait été publiée modifiée afin que le suspect soit "reconnaissable par la population" et que cela permette de rassembler de nouveaux éléments utiles pour l’enquête.
 
À la demande des proches, une enquête a été ouverte sur les violences.
 
La police grecque a souvent été dénoncée par des organisations de défense des droits de l'homme pour des abus de pouvoir et une utilisation excessive de la violence.
 
Contributeurs


Fermer